Election présidentielle 2018 : Plus de 29 milliards de FCFA pour l’organisation du scrutin

5
Boubou Cissé
Dr Boubou Cissé

<<Toutes insinuations tendant a faire croire que le gouvernement du Mali peine a mobiliser  les ressources nécessaires pour financer les élections générales sont fausses, infondées et malicieuses » dixit le ministre de l’Economie et des Finances

Le ministre de l’Economie et des Finance, Dr Boubou Cissé était l’invité principal de 20 heures du 1er juillet dernier pour parler du financement des élections présidentielles de 2018.

Dans son éclairage sur ce sujet, le ministre a rassuré que le Président de la République avait  instruit au gouvernement de  prendre les dispositions nécessaires, afin d’assurer le financement des élections  générales sur fonds propres. Toutes choses que l’hôtel des finances a pris en compte depuis l’arbitrage du budget 2018. Selon Boubou Cissé cette mesure visait à éviter que le financement soit dépendant des partenaires. Pour ce faire, dira Boubou Cissé, c’est un montant de  29 milliards et poussière de FCFA, qui a été réparti entre les six structures en charge de l’organisation de l’élection présidentielle de 2018, notamment le ministère de l’Administration territoriale, la Délégation générale des élections, la Commission électorale nationale indépendante, la Cour constitutionnelle, le Comité national de l’égal accès aux medias d’Etat et le ministère de la Sécurité et de la Protection civile. A en croire le ministre de l’Economie ce budget a été arrêté suite à un arbitrage avec les six structures en charge de l’organisation de ces échéances électorales.

Pour couper court aux rumeurs évoquant l’incapacité du gouvernement à faire face au financement, Dr Cissé a insisté qu’il n’en était rien, << j’insiste il n’y à pas de problème de financement des élections générales dans notre pays. Toutes insinuations tendant a faire croire que le gouvernement du Mali peine a mobiliser les ressources nécessaires pour financer les élections générales sont fausses, infondées et malicieuses>>a-t-il précise.

Parlant du cas de la CENI, Boubou Cissé a expliqué que le budget de cette structure a connu une augmentation significative. Le budget mis a la disposition de la CENI est suffisant pour organiser les élections de 2018. La CENI a reçu des crédits budgétaires à hauteur de 5 milliards 800 millions de FCFA pour le  suivi et la supervision des élections générales. Un montant supérieur à ceux de 2017, et 2013, où la CENI avait reçu respectivement, 1,3 milliard de FCFA pour 2007 et 4, 3 milliards pour 2013. Selon le ministre Cissé, la CENI n’étant pas le maitre d’œuvre de l’organisation des élections, peut assurer sa mission avec le budget qui lui à été alloué a estimé le ministre Cissé.

Il a également précisé que c’est un budget de 49 milliards pour l’organisation des élections générales de 2018. Le pays n’ayant pas des ressources illimitées a jugé nécessaire de loger l’argent au niveau du Trésor public sous l’œil vigilant du ministre.

Avant de finir, Dr Cissé a précisé que mise a part la distribution des cartes d’électeurs dans certaines localités difficiles d’accès, les partenaires du Mali n’ont contribué en rien dans le budget.

 

Mohammed Naman Keita

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. I’ LL SEND MY POST A NEW ..!

    REMARQUE JUSTE ET FERTILE, CHERS Wara Damba, N’diaye Sylla ET sentinelle …!

    SOLUTION :
    RETOUR A’ LA DE’MOCRATIE DIRECTE ET POPULAIRE, PAS E’LITISTE ET CORROMPUE.

    EXE’CUTER TOUS CES VAURIENS DE LA POLITIQUE DE LA POLITIQUE DES TECHNOCRATES-LARBINS DE LA MAFIA MONDIALISTE INTERNATIONALE QUI CRACHENT SUR LES INTERETS NATIONAUX LE’GITIMES DES PEUPLES.

    EMPIRIQUEMENT, SEULE UNE RE’VOLUTION POPULAIRE SANGLANTE POURRA FAIRE CHANGER CETTE DONNE INFERNALE QUE VOUS DE’CRIVEZ.

    WAZEKWA TOLO DOE, MAITRE VODOOU

  2. REMARQUE JUSTE ET FERTILE, CHERS Wara Damba, N’diaye Sylla ET sentinelle …!

    SOLUTION :
    RETOUR A’ LA DE’MOCRATIE DIRECTE ET POPULAIRE, PAS E’LITISTE ET CORROMPUE.

    EXE’CUTER TOUS CES VAURIENS DE LA POLITIQUE DE LA POLITIQUE DES TECHNOCRATES-LARBINS DE LA MAFIA MONDIALISTE INTERNATIONALE QUI CRACHENT SUR LES INTERETS NATIONAUX LE’GITIMES DES PEUPLES.

    EMPIRIQUEMENT, SEULE UNE RE’VOLUTION POPULAIRE SANGLANTE POURRA FAIRE CHANGER CETTE DONNE INFERNALE QUE VOUS DE’CRIVEZ.

    WAZEKWA TOLO DOE, MAITRE VODOOU

  3. franchement, je me demande a quand nos dirigeants et la societe civile malienne mettront un frein a ce gaspillage des ressources du contribuable puisque selon le ministre il n y a eu aucun financement extérieur, justement pourquoi toutes ses structures budgetivoires surtout la CENi pour organiser ds élections qui l ‘ont toujours été et qui peuvent bien continuer a etre organisées par le ministère de l ‘interieur et celui de la sécurité ?????????? et aussi ses strutures inutiles de comission d egal acces ou encore la HAAC , franchement c’est de l’arnaque pur et dur car tout se argent se retrouvera dans les poches de particuliers par le biais de la surfacturation meme si l argent est logé au tresor sous l oeil du ministre colle ils veuelent nos faire croire
    CORRUPTION QUAND TU NOUS TIENS!!!!!!!!!!!!

  4. Monsieur le ministre, la poussière dont vous parlez, elle est dans votre tête. c’est aussi une poussière de la gestion hasardeuse.
    Jamais je n’avais entendu un ministre des finances être aussi superficiel au point de parler de poussière en évoquant un budget.
    Comment rassurer les Maliens quand ceux qui gèrent le budget national méconnaissent les chiffres et ignorent la précision ?
    Et c’est ce même ministre qui aime se faire appeler docteur parce qu’il a un doctorat en économie.
    Docteur de la Poussière.

  5. ” c’est un montant de 29 milliards et poussière de FCFA, ”
    ” Il a également précisé que c’est un budget de 49 milliards pour l’organisation des élections générales de 2018. ”
    Et Combien de milliards ont été mobilisé pour l’accès à l’eau potable des populations autour de bamako et du reste du Mali ?
    Combien de milliards pour une école publique pour les jeunes Maliens issus de familles pauvres ?
    Combien pour la santé publique ?
    Combien pour l’assainissement des villes ?
    Combien pour l’accès à l’electricité dans nos regions ?
    On préfère depenser une fortune pour une démocratie de façade avec des elections truquées plutôt que de faire des investissements utiles pouvant beneficier à tous les Maliens.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here