Scrutin législatif du 29 mars 2020 : Centres et bureaux de vote ont attendu les électeurs, désespérément !

0

Le 1er tour des législatives s’est tenu hier dimanche 29 mars 2020, dans plusieurs circonscriptions électorales, malgré la controverse qui a accompagné le processus. L’argument fondé sur la nécessité de combler le vide institutionnel a prévalu sur celui justifié par les crises sécuritaire, humanitaire, sanitaire et politique auxquelles le pays est confronté.

Et comme on pouvait s’y attendre, le taux de participation, un défi non relevé depuis plusieurs années au Mali, n’a jamais autant frôlé le plancher. Nos reporters en ont fait le constat. La principale d’observation nationale aussi.

 

Commune III du district de Bamako : Atmosphère morose !

En commune III où 44 candidats sont en lice pour un fauteuil de député, les électeurs sont sortis timidement pour aller exprimer leur devoir citoyen au moment de notre passage dans les différents centres. L’affluence matinale était très faible. 

Au centre de l’école Mamadou Konaté, entre 08h00 et 09h 45 mn, les 15 bureaux de vote attendaient désespérément les électeurs. Un exemple : seulement 14 sur les 485 électeurs du bureau de vote n°1, avaient déposé leurs bulletins dans l’urne ! À peine la dizaine sur les 485 et 483 électeurs inscrits respectivement dans les bureaux n° 10 et 15. Dans ce centre, on pouvait constater des gels hydro alcooliques dans les bureaux, des kits de lavage des mains pour se protéger de Covid-19.

Aussi morose était l’atmosphère à l’école de Darsalam. Sur les 17 bureaux de vote de ce centre, un seul  avait enregistré 20 votants à notre passage.

Par contre à N’Tomikorobougou, on notait une certaine ambiance devant les 24 bureaux de vote repartis en trois centres. La mobilisation était perceptible.

Traoré Sidi Lamine, président d’un bureau de vote du centre Amadou Ly de Badialan I a déploré la faible affluence des électeurs à ce premier tour du scrutin du 29 mars. Muni d’un cache-nez et d’un gant, il a déploré le non-respect des règles d’hygiène par la population dans le cadre de la prévention du Covid-19.

Bourama Camara

 

COMMUNE V : Affluence plutôt timide !

C’est sous une fine pluie que quelques électeurs de la commune V de Bamako se sont rendus aux urnes, hier dimanche 29 mars.

Dans les quelques centres où nous nous sommes rendus, l’affluence était plutôt morose. Ainsi, à notre passage au Groupe scolaire Kalabancoura Sud Extension, à 9h, à peine une poignée d’électeurs étaient sur place.

L’atmosphère était similaire à l’Institut ‘’Sacré cœur’’. Le Président de ce centre nous signale que certains agents n’étaient pas sur place au démarrage des opérations.

Si l’affluence était morose dans ces centres, elle était un peu plus forte à Kalabancoura vers 11H.

A.T une électrice a été fière d’accomplir son devoir citoyen, même si elle est consciente du danger lié au covid19 qu’elle court : «Je suis consciente que venir voter peut nous exposer au covid19, mais j’ai juste compris qu’il faut respecter les mesures barrières et c’est ce que j’ai fait », déclare-t-elle.

  1. Sow, en revanche, n’est pas de cet avis : «Je ne vais pas mettre ma vie en danger en allant voter, je préfère respecter les mesures barrières tout en étant loin des masses le plus possible».

Même si on déplorait à notre passage l’absence de certains matériels de vote dans des centres, les dispositifs sécuritaires, sanitaires étaient moyennement satisfaisants de façon générale.

Moussa DIARRA    

 

Kalabancoura ACI : Le smartphone pour gérer le temps !

Deux heures après leur ouverture, certains bureaux n’avaient enregistré aucun votant au centre sis au groupe scolaire de Kalabancoura ACI. On pouvait observer des urnes vides, des membres de bureaux accrochés à leurs  Smartphones pour gérer le temps.

 

Niamakoro Kôko 

Dans la cour, faute d’électeurs

Au groupe scolaire de Niamakoro Kôko, même constat. Certains membres de bureaux se promenaient dans la cour, faute d’électeurs.

S’agissant des mesures préventives contre le Covid-19, il n’y avait pas d’eau ni de savon pour se laver les mains, seulement quelques flacons de gels hydro-alcooliques.

Drissa Togola

 

Constat des observateurs : Moins de 20% ?

De 7,49% à la mi-journée, le taux moyen de participation était monté à 17, 2% dans l’après-midi.

Selon le constat fait à la mi-journée par la Mission d’Observation Electorale de la Synergie, qui a déployé à l’occasion des législatives de 2020, 83 Observateurs à long terme et 1 145 Observateurs à Court Terme dans les 55 circonscriptions électorales du Mali,  le taux moyen de participation était de 7,49% ! Dans l’après-

midi, il était monté à 17, 2%.

Au titre des dysfonctionnements, les observateurs ont relevé qu’on n’a pas voté dans la commune de Saréyamou (cercle de Diré) les villages de Kalengué et Rabedjé (commune de Soboundou) dans la commune de Banikane (cercle de Niafunké) et les communes de Hamza Coma et de Séréré (cercle de Gourma Rharouss) ;

Au titre des incidents, le chef du village de Kalengué (cercle de Niafunké) et le président du bureau de vote de la localité ont été enlevés ; l&#39 ; accès a été refusé à 3 Observateurs du POCIM au centre de vote Kidal 1 : B.V 036, B.V 40 Aghabo, B.V 021 Kidal. On n’a pas non plus voté dans plusieurs villages et hameaux de Bankass

 

Le président IBK, après son vote : ‘‘Nous ne ménagerons aucun effort pour la libération de Soumaïla’’

Le Président de la République, Chef de l’Etat S E M Ibrahim Boubacar Keita a accompli son devoir citoyen, dans le bureau de vote No 14 du groupe scolaire Gaoussou Doumbia à Sébénincoro, en commune IV du District de Bamako.

Le Chef de l’Etat était accompagné de son épouse Keita Aminata Maiga, qui a également accompli son devoir de citoyenne dans le bureau No 18 dudit centre.

Deux fois reportées, ces élections législatives, qui s’inscrivent dans le respect des résolutions du Dialogue National Inclusif, se tiennent dans un contexte particulier marqué par une insécurité grandissante dans le pays en proie également à l’épidémie de coronavirus.

C’est dans ce contexte que le Président de la République après son vote a tenu à faire part de ses sentiments sur la question. Le Chef de l’Etat a une nouvelle fois insisté sur la nécessité d’observer scrupuleusement les mesures sanitaires pour le bien de chacun et de tous.

Le Président de la république s’est indigné de l’enlèvement du chef de file de l’opposition Mr Soumaïla Cissé président de l’URD : «Nous ne ménagerons aucun effort pour obtenir sa libération » a-t-il indiqué avant de saluer la maturité du parti URD pour avoir pris part à ce scrutin.

Rappelons qu’avant d’accomplir leur devoir citoyen, le Chef de l’Etat et son épouse ont observé scrupuleusement les mesures sanitaires mises en place dans le centre de vote, notamment le lavage des mains au savon, l’utilisation du gel et le respect de la distance règlementaire, pour contrer la propagation du coronavirus.

Source : Gouvernement du Mali

 

Commune IV : Affluence remarquable !

En commune IV de Bamako, précisément dans les bureaux de vote du centre de vote Aminata Diop de Lafiabougou, l’affluence était relativement plus remarquable.

Contrairement à bien d’autres centres de vote, il régnait une relative affluence dans les bureaux de vote du centre Aminata Diop de Lafiabougou, en commune IV de Bamako.

Les Sotrama loués par les partis politiques déversaient leurs contenus d’électeurs, sans se soucier des mesures sanitaires exigées par les autorités. «On n’a pas le choix. Les partis nous paient pour ça et nous sommes obligés de faire ce qu’ils nous demandent. Je viens de débarquer 18 femmes alors que les autorités nous demandent de ne pas dépasser dix passagers», nous édifie Moussa Konaté, chauffeur de Sotrama. A 10h 30, une dizaine de Sotrama sont garées devant le centre de vote Aminata Diop de Lafiabougou. Là, les bureaux 52, 26 et 02 ont franchi la barre de 50 suffrages exprimés. Korotoumou Cissé, 68 ans, nous explique: «Je suis là tôt parce que j’ai d’autres occupations. C’est un devoir pour tout citoyen de voter. Si nous respectons les mesures prescrites, le risque devient moindre», nous dit-elle après avoir voté dans le bureau 26.

Quid des mesures de préventions ?

Le port des masques et des gants est une exigence pour les agents électoraux, selon le Coordinateur du centre Moussa Traoré. «C’est le plus grand centre de la commune. Nous avons 80 bureaux, soit 39. 564 électeurs. Le gel n’est pas suffisant, donc nous avons remis un gel pour deux bureaux. La difficulté est au niveau des bureaux installés sous des tentes qui sont encombrées. Il est difficile de respecter la distance réglementaire», a-t-il souligné.   Quant à la sécurité, elle était assurée par une dizaine de porteurs d’uniformes constitués de policiers, d’agents de la protection civile et de la garde nationale.

Makan Fofana

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here