ABFN : Un projet pour la sauvegarde du fleuve Niger

1

Il consiste, entre autres, à former des enquêteurs sur les techniques de prélèvements de l’eau du fleuve qui serviront à faire des études et analyses pour constater l’état de pollution de l’eau du fleuve Niger

En vue d’informer et de sensibiliser les riverains et les usagers sur  l’importance de son  projet pour la sauvegarde du fleuve Niger, l’Agence du bassin du Fleuve Niger (ABFN), en partenariat avec la Coordination nationale des usagers des ressources naturelles du bassin du Niger au Mali (CNU-Mali) a organisé hier  une rencontre au siège de la CNU-Mali sis à Torokorobougou. Elle a permis  d’améliorer les connaissances des riverains et les usagers sur la problématique de la qualité de l’eau du fleuve Niger. L’ABFN par cette démarche veut contribuer  à la protection et à la sauvegarde du fleuve, pour que  les générations futures puissent tirer profit de ce patrimoine commun.

Plusieurs  communications ont été présentées aux participants.  Ce qu’a permis aux usagers et riverains présents, d’avoir une meilleure connaissance  dudit projet. Aussi, les 50 utilisateurs des ressources de ce bien précieux  au quotidien  qui ont pris part à cette rencontre, ont été informés sur l’état de la pollution du   fleuve Niger. Les échanges ont également permis d’élaborer des stratégies afin d’améliorer la qualité de l’eau du fleuve à Bamako et environs.

Le chef de projet «  Collecte et partage continus des données sur la qualité de l’eau du fleuve Niger » Baba Faradji N’Diaye a d’abord fait un rappel du contexte ayant favorisé la création de l’ABFN. Celle-ci relevant de la gestion du Ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable a été créée par le gouvernement d’alors  pour protéger et sauvegarder  le fleuve Niger. Aussi, le présent  projet qui est géré par l’ABFN prend en charge le programme N03 dudit département. Le projet consistera aussi à former des enquêteurs sur les techniques de prélèvements de l’eau du fleuve. Ces prélèvements serviront à faire des études et analyses pour constater  l’état de pollution de l’eau du fleuve Niger.

Auparavant, Baba Faradji N’Diaye a présenté un film sur  les activités qui concourent à la pollution de l’eau du fleuve Niger à Bamako et environs. Un film qui a suscité  l’engouement chez les participants. Certains  d’entre eux  ont même soulevé des inquiétudes, tout en posant des questions au coordinateur du projet. Les riverains et usagers ont aussi fait comprendre à l’assistance qu’ils ne sont pas les seuls concernés par ces activités qui polluent le l’eau du fleuve. Ils ont également attiré l’attention de l’équipe du projet  sur  la contribution des hôtels  dans une pratique de pollution.

La cérémonie d’ouverture de la rencontre était co-présidée par le président de la CNU-Mali Nouredine Zakaria Touré et le chef de projet Baba Faradji N’Diaye. Chacun dans son intervention a insisté sur l’importance de ce projet, tout en invitant les utilisateurs des ressources en eau du fleuve Niger à prendre des mesures, pour que les futures générations puissent  tirer profit.

Diakalia M Dembélé

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Paris va tenter de refourguer Véolia pour traiter les eaux …
    Alors que de l’autre côté ils les ont refourguer leurs déchets afin de polluer ces eaux, aujourd’hui on comprend la manip …

Comments are closed.