Affaire assassinat de Kalilou Coulibaly dit Baba : Quand un certain Konaté se proclame créancier

    5

    Le samedi après l’enterrement  de Kalilou Coulibaly, sauvagement assassiné par son propre ami qui lui devait, un nommé Konaté s’est présenté dans la famille COULIBALY endeuillée par la mort tragique de Kalilou pour dire que feu Kalilou Coulibaly lui devait une somme de 1.000.000fcfa.

    Tout est parti du fait qu’après les funérailles, la famille selon les habitudes religieuses, a  demandé si le défunt a de l’argent avec  quelqu’un et vice-versa, la famille est là, que cette personne se manifeste sans se gêner de venir s’annoncer. Alors sans vergogne, animé  par la vie mondaine Mr Konate est venu réclamer tout en affirmant avoir prêté une somme d’un million à feu Kalilou vivant. Aussitôt, sans hésitation aucune, la famille lui rembourse les 1 million car il y va du repos éternel de l’âme du disparu qui, de son vivant était pieux et large.

    Dieu faisant bien les choses la famille a retrouvé après, un bloc-notes  de Kalilou sur lequel les noms de toutes les personnes qui devaient à Kalilou et celles à qui Kalilou devait y figure, mais le nom de Konate ne figurait nulle part, Kalilou notait pourtant tout selon des témoignages. Intriguée par ce fait, la famille décide de rentrer en contact avec Konate en vain.

    Elle alerta alors la police qui va lancer des recherches. Coup de théâtre, l’indigne Konaté a été retrouvé à la pâtisserie Amandine en compagnie de 4 filles arabes entrain de commander des poulets rôtis etc…

    Après son interpellation, il a reconnu son mensonge mais avait  déjà carotté 450.000fcfa sur les 1million.

    A la lecture de ce comportement sans foi ni loi de Konate des questions méritent de se  poser : où va le Mali ?

    Comment peut-on vouloir tirer profit d’un tel drame ? Que devient la conscience des humains ?

    Ben Abdoulaye

    Source : L’œil du Peon

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER

    5 COMMENTAIRES

    1. En la matière on doit demander au déclarant s’il a des témoins ou un acte certifiant (recommandé par la religion musulmane en matière de dette) la dette à défaut on lui demande la circonstance dans laquelle ça s’est passé. S’il y a un doute on le fait jurer sur ce qu’il a de plus cher.

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here