Inondation à Bamako : Les quartiers Djicoroni Para et Baco Djicoroni submergés par une eau torrentielle…

    0




    Une forte délégation  composée du Ministre chargé de l’Equipement, du Gouverneur du Maire du District a constaté ce vendredi 3 Août 2010 les dégâts causés par une pluie diluvienne qui s’est abattue sur Bamako jusqu’à hauteur de 70mm.

    Les deux Djicoroni, celui de la rive droite et Djicoroni Para,rive gauche ont été envahis par des eaux torrentielles qui ont entraîné la mort d’une vielle dame sur laquelle une maison s’est écroulée  à Baco Djicoroni.

    A Djicoroni Para ACI 2000, secteur Tinticoumba, des maisons sont tombées, l’eau est montée dans des familles jusqu’à hauteur de la ceinture d’un homme soit un mètre.Celà a entraîné des dégâts importants, des vivres des habits et autres biens des familles ont aussi été emportés.Les deux pharmacies déplorent des dégâts à hauteur de plusieurs millions de Francs CFA, une importante quantité de produits est avariée donc impropre à la consommation.

    Les magasins d’alimentations, les salons de coiffure, les restaurants ont tous enregistré d’énormes pertes. Les victimes qui sont nombreuses dans ce quartier ont bénéficié du soutien spontané du Directeur du Centre de Formation de la Sotelma.

    Celui-ci a mis à la disposition des familles victimes, des salles de classe servant de logement aux sans abris en attendant l’aide de l’Etat.

    Le Chef de Quartier Moussa Doumbia est resté mobilisé aux côtés des victimes toute la journée. Il a surtout sollicité l’appui de la population pour venir en aide le plus vite aux sinistrés et c’est grâce à lui que le Directeur du Centre de Formation de la Sotelma a accordé le séjour aux victimes dans ses locaux.

    Un Chef dévoué au service des citoyens sans aucune considération partisane.

    Ce quartier de mémoire de résident, n’a jamais connu d’inondation depuis que Djicoroni a été fondé et fréquenté par les premiers habitants.

    Cette situation catastrophique est née de la mauvaise conception des échangeurs multiples depuis le monument de la Paix jusqu’au Camp Para. Il est urgent de revoir les canalisations et de situer les responsabilités afin d’éviter des désagréments

    La Rédaction

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER