Kabala : ‘’L’article 320’’ reprend du service

    1

    Dans la nuit du dimanche 27 au lundi 28 mars 2016, deux présumés voleurs de motos sont passés par ‘’ l’article 320’’, non loin du terminus Sotrama. Les deux présumés voleurs ont été tués et brûlés par une foule déchaînée apparemment non identifiée.

    Selon des informations, les faits se seraient produits aux alentours de 22 h, sinon avant minuit. Un autre présumé voleur aurait subi le même sort et la même nuit à Baco Djicoroni. L’enseignement qu’on peut tirer de ces fâcheux événements est que la nature a horreur du vide. On ne peut aucunement encourager les populations à se rendre justice, d’autant plus que des erreurs sont toujours possibles et donc que des innocents peuvent être victimes.

    Mais, pourquoi les populations se comportent-elles ainsi ? Chacun d’entre nous a la réponse : l’impunité est devenue la norme.’’ Vous vous donnez toutes les peines à appréhender un criminel ou un voleur, avec tous les risques possibles ; vous le remettez à la police ou à la gendarmerie ; et quelques jours après, vous voyez passer le même voleur, qui peut même avoir le toupet de vous narguer.

    Les policiers et les gendarmes se défendent, rejetant toute responsabilité sur les juges. Que reste-t-il alors à la population ?’’, s’interroge un citoyen très remonté contre l’Etat. Qui ajoute : «Tout ce dont ils sont capables, c’est de nous embêter pour la vignette ou les pièces d’identité, quand ce ne sont pas des trucs montés de toutes pièces pour nous extorquer de l’argent.  C’est la privatisation de l’Etat».

    A.K

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER

    1 commentaire

    Comments are closed.