Litige Foncier en Commune I du district de Bamako : Simpara Saran Traoré et San Zou à couteaux tirés

1

Un terrain situé en  commune I du district de Bamako fait objet de litige entre   Madame Simpara Saran Traoré  et Monsieur Zoumana Traoré dit  San Zou. Sur ledit  site on assiste  à une cohabitation  anarchique des forces de l’ordre et des agents de sécurité.  Face à cette situation de tension,  des citoyens de la commune I  ont tenu à attirer l’attention des autorités en d’une potentielle échauffourée  dont nul ne peut prédire la force et les conséquences.  

La parcelle source de litige entre Simpara Saran Traoré et Zoumana Traoré fait face à la Mosquée de Ba Seydou Sylla  en commune I du district de  Bamako. Le président de l’association Mali  Kunko,  Ismaël Coulibaly  qui a décidé de saisir les autorités par voie  des médias,  à l’image d’autres résidents de  la commune I,  est préoccupé de la situation,  ce bras de fer opposant deux grands opérateurs économiques du pays.  « On a décidé aujourd’hui d’alerter les médias pour une situation difficile qui prévaut dans notre commune I depuis un certain temps.  Nous assistons   depuis quelques jours à la présence  des forces de l’ordre et des agents de sécurité. En effet, on a ouï dire que   San Zou  fait siéger des gardes pour  sécuriser la parcelle qu’il dit être sienne, selon certains dires. »  déclare le président de l’association Mali kunko inquiété   par de potentielle altercation entre les deux tendances qui  réclament  chacun la propriété.   Ismaël  Coulibaly de continuer,  «on constate que  depuis ce matin on observe d’autres personnes outre  les gardes et  les agents de sécurité. Nous sommes des maliens, des enfants de la commune I, on se préoccupe de   ce qui peut découler de pareille situation de tension. », craint –t-il .

Toujours aux dires de Monsieur Coulibaly, Zoumana Traoré et Simpara  Saran Traoré se sont retrouvés devant la  justice en  2007  pour chacun réclamer son droit de propriété. Faut-il le rappeler   que les deux parties prenantes possèdent chacune des documents des services des  Domaines et   du Cadastre.   Tous  deux  possèdent    respectivement  son  titre foncier  ( les numéros des titres diffèrents). Et pour Ismaêl Coulibaly, il urge que les autorités compétentes du pays, se saisissent de ce dossier pour les départager.  Par ailleurs, il déclare ,«  Même si nous ne sommes pas des personnes habilitées à attribuer ou dessaisir des terres,  lançons un appel pressant aux autorités à s’approprier cette situation et trancher.  Nous estimons que l’actuelle situation du pays,  ne peut nullement souffrir d’autres incidents. Nous avons une centaine de gardes mobilisés pour sécuriser la parcelle. Alors  que vue la situation,  nous pensons  qu’ils peuvent être plus utiles ailleurs pour la sécurisation du pays. Nous craignons également pour la mobilisation et l’implication des jeunes derrière chaque partie, et les conséquences de  tel scénario peuvent s’avérer dangereux pour le pays ».

Khadydiatou SANOGO /maliweb.net 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. vraiment ce pays ne change pas on envoie des centaines de militaires securiser une seule parcelle d’un richissime homme d’affaire alors que le pays entier est en insecurite totale il faut rapidement envoyer tous ces gens au nord au centre et l’ouest

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here