Coup de bec de Soloni : Le Président Modibo Kéita : Un leadership sacrificiel !

Spéculer sur la qualité du président Modibo Keita, est tout simplement une tentative de restaurer l’histoire, et aussi de stimuler la jeune génération à suivre  son exemple.

0
Modibo Keita

L’esprit de sacrifice de Modibo frôlerait l’extrême. Pour cause, le 19 novembre 1968, ce jour-là, jour où  la démocratie malienne a pris un sérieux coup d’arrêt, le président Modibo s’est donné, on dirait même qu’il s’est livré à ses bourreaux comme un mouton qu’on conduit à l’abattoir sans dire mot et sans  garder rancune même contre ceux qui lui ont annoncé de visu sa destitution par des militaires instrumentalisés et peu  patriotes. Quelle grandeur d’esprit ! Le besoin de restaurer  l’histoire réside dans ce fait historique que le président Modibo a été trahi pas parce qu’il mettait mal le peuple à l’aise, mais parce que certains leaders de partis d’opposition qui  avaient vendu leur âme à l’ancien colonisateur, se sont ligués avec lui  contre le président MODIBO. Et les militaires incultes ont été mis à contribution pour achever la sale besogne. A la mort de  Modibo  le 16 mai 1977, les militaires ne le  reconnaissent pas  comme  ancien président, mais laconiquement   un « Instituteur à  la retraite ». A l’Ecole normale de Gorée, Modibo est considéré par ses professeurs comme « Instituteur d’élite, très intelligent, mais  antifrançais. Agitateur de haute classe, à surveiller de près » (Jeune Afrique, No 856 du 3 juin 1977).Le besoin de  stimuler  la jeune génération tient au fait que l’exemple du président  Modibo devra  l’inspirer quant à la gestion et au goût  du  pouvoir. Son sens élevé de responsabilité et  son humilité  lui  ont valu  d’être mort  en  martyr  pour  son  pays. Il  ne pouvait en être autrement pour qui  sait  le  combat qu’a livré Modibo  pour  l’indépendance  de sa  patrie. La  jeune  génération  devrait apprendre à moins  désirer  le  pouvoir qu’à aimer  leur  patrie. Le témoignage de son rival Sénégalais Mamadou Dia, est une forte  illustration. Le 20  janvier lors de la proclamation de l’indépendance de la fédération du Mali, Mamadou Dia déclare «Modibo fut un élément déterminant non seulement pur l’indépendance de la fédération du Mali, aussi pour celle de l’Afrique de l’Ouest toute entière ». Plus loin Mamadou  continue en ces termes « Qu’on le veuille ou non, la silhouette de Modibo Keita émerge de cette histoire encore trouble des premières années des indépendances africaines » (Jeune Afrique, No 856 du 3 juin 1977).Certains dirigeants  du  Mali  ont  abandonné le pays  pour  se  sauver  et  sauver leur famille. L’important pour  eux, c’était pour leur  propre vie. D’autres,  tombant  sous  le piège  de l’illusion  de leaders politiques  ont pris  le pays  en  otage pendant 23 ans avant de se rendre compte de leur ignorance. Et que dire des dirigeants de nos jours ? Peuvent-ils faire preuve de sacrifice pour la cause de la patrie malienne ? L’histoire nous le dira. Comme disent les anglophones : « wait and see !»

DJIRE

PARTAGER