Crise économique et politique de juillet 1962 : Comment Fily Dabo Sissoko a été arrêté et sauvagement assassiné en 1964 ?

10

Premier Député du Soudan-Niger à la première assemblée constituante en octobre 1945, fondateur du premier parti politique en octobre 1946 à savoir le Parti Progressiste Soudanais devenu en 1991 Parti pour la Solidarité et le Progrès, Fily Dabo Sissoko fut arrêté le 20 juillet 1962 à la faveur de la manifestation des commerçants qui protestaient contre la politique économique drastique du régime de Modibo Keita. Accusé à tort d’être le commanditaire de cette révolte des commerçants, il sera jugé et condamné puis assassiné en 1964 dans le désert malien en compagnie de ses compagnons d’infortune. En réalité son seul tort c’est son combat pour la liberté d’expression, d’opinion et pour le pluralisme politique.

Tout est parti de la crise économique qui avait touché le pays après deux ans seulement de la création du franc malien. Ce qui avait affecté durement les marchands ambulants et toute la population flottante vivant de petits travaux dont la situation devenait de plus en plus précaire avec la rareté de produits vivriers. Comme le régime de Modibo Keita était basé sur le communisme où tout était géré par les autorités du pays. Face à cette misère grandissante des populations, dont la principale activité était le commerce, les commerçants et les petits détaillants organisent les 18 et 19 juillet 1962 une marche de protestation et marchent sur le Commissariat central (actuel 1er arrondissement) scandant des slogans hostiles au régime. Rappelons que l’époque tous les commerçants et petits détaillants étaient regroupés au sein d’une association dirigée par El Hadj Kassoum Touré dit Maraba Kassoum, membre influent de l’US-RDA et non moins principal bailleur de fonds du parti crée en octobre 1946.Comme il fallait s’attendre les forces de l’ordre tirent à balles réelles provoquant deux morts, plusieurs blessés par balles et l’arrestation de 196 suspects à Bamako dont Maraba Kassoum et d’anciens militants du RDA qui n’étaient plus d’accord avec la politique de leur parti. A l’intérieur du pays, les arrestations ont eu lieu. A la surprise générale et au grand étonnement des responsables et militants du PSP, leur leader charismatique sera accusé d’avoir poussé les commerçants à la révolte contre le régime. Une belle occasion pour se défaire de cet homme politique gênant à travers ses œuvres littéraires, pour son combat pour la liberté, la justice et la vérité pour les citoyens du pays et surtout pour avoir refusé d’adhérer à l’US-RDA malgré la dissolution injuste du PSP en 1959. Et du coup l’occasion fut idéale en le mêlant d’une affaire qui ne concerne pas Fily Dabo. Aussitôt il fut arrêté et jeté en prison en compagnie de son compagnon d’infortune. Selon un document du Ministère de l’intérieur du 26 juillet 1962, 335 personnes avaient été interpellées ; certaines seront relâchées, d’autres graciées ou acquittées. Quant à Fily Dabo Sissoko, Hammadoun Dicko, El Hadj Kassoum Touré, ils seront désignés comme responsables des troubles par la commission nationale désignée par l’US –RDA pour faire la lumière sur ces évènements. En contradiction flagrante de l’organisation judiciaire de la République du Mali, un tribunal populaire présidé par le commissaire politique Mamadou Diarrah, comprenant 39 jurés, n’ayant aucune existence légale fut mise en place pour juger les accusés. N’ayant en son sein qu’un seul juriste professionnel et pas d’avocats, le tribunal va siéger pendant quatre jours (du 24 au 27 septembre 1962) dans la salle des anciens combattants, place de la République. Les accusés au nombre de 94 tenaient difficilement dans la salle. Dans son réquisitoire, le président du tribunal retiendra que Fily et ses compagnons (dont certains ne savaient même pas pourquoi ils sont dans le box des accusés) étaient à la tête d’un complot visant à renverser le gouvernement légal du Mali. A la barre des témoins appelés furent impliqués et considérés comme membres du brain-trust. Ce fut le cas de Mamadou Faganda Traoré, de Lahaou Touré, de Gaoussou Coulibaly etc. Et le verdict fut impitoyable à l’égard de Fily Dabo Sissoko, Hammadoun Dicko et El Hadj Kassoum Touré qui furent condamnés à mort. Il y eut 15 acquittements au bénéfice du doute ; 21 condamnations à 1 an d’emprisonnement ; 26 condamnations à 5 ans de travaux forcés et 5 ans d’interdiction de séjour ; 6 condamnations à la peine de 15 ans de travaux forcés ; 14 condamnations à la peine de 20 ans de travaux forcés ; 9 condamnations à perpétuité par contumace. Les condamnations à mort, après une lettre de Fily Dabo Sissoko, Hammadoun Dicko et El Hadj Kassoum Touré, adressée au Président de la République, furent commuées en détention à perpétuité. Mais deux ans après soit le 30 juin 1964, on apprenait ce qui devrait arriver la mort de Fily Dabo Sissoko et de ses principaux compagnons dans le désert malien. Avant cette date, beaucoup de détenus des évènements du 20 juillet, comme on les appelait, étaient décédées des suites de mauvais traitements, de malnutritions. Rappelons que les évènements du 20 juillet 1962 ont marqué une rupture dans l’histoire du Mali. Ils ont creusé le fossé entre le peuple et le gouvernement en témoigne l’utilisation des armes de guerre contre les manifestants, les arrestations massives qui ont touché presque toutes les familles, vont complètement traumatiser les maliens qui refusent de jurer par le seul nom du prince du jour. La multiplicité des services de renseignement, la délation et les dissensions au sein du parti-Etat ont vite fait d’asseoir un régime policier dans lequel toutes les dérives autorisées avec les milices populaires. Certes il est bon de reconnaitre le mérite du premier président du Mali indépendant, mais il est impérieux aussi de reconnaitre que des hommes dignes et honnêtes à savoir Fily Dabo Sissoko et Hammadoun Dicko ont œuvré pour le pays dans la quête de son indépendance en 1960 et qui ont été sauvagement assassinés à cause de leurs ambitions politiques. Si les autorités actuelles de la transition du pays veulent une réconciliation réelle digne de ce nom et cicatriser la plaie noire de l’histoire du pays, Fily Dabo Sissoko et Hammadoun Dicko méritent eux aussi les honneurs et la reconnaissance de la nation malienne pour avoir œuvré au bonheur du Mali.

Sadou Bocoum

Commentaires via Facebook :

10 COMMENTAIRES

  1. Vive Modibo keita et abas fily dabo Sissoko.
    Fily Dabo Sissoko et ses compagnons étaient des vrais traîtres qui sabotaient les projets sociétaux de Modibo keita et du peuple malien en général.

  2. Les pions de l’imperialisme francais ne meritaient pas de vivre. Le Mali voulait etre totalement independant et tourner le dos a la France neocolonialiste. Nous le savons, la France se sert toujours de nos freres africains pour perpetrer ses coups. Avec Filly Dabo Sissoko cela n’a pas reussit. Moussa Traore comme Blaise au Burkina, Eyadema au Togo….a execute la salle mission. Depuis le Mali vegete.
    Ne falsifions pas l’histoire au gre de nos sentiments personnels. Le Mali a perdu sa dignite avec la mort de Modibo KEITA. Le patriotisme est mort. Le reveil n’est pour demain.

    • Nous le savons, la France se sert toujours de nos freres africains pour perpetrer ses coups. Avec Filly Dabo Sissoko cela n’a pas reussit.

      Nous le savons, les arabo-islamistes se servent toujours de nos freres africains pour perpetrer ses coups. Avec Dicko, Kouffa, et autres cela semble reussir….

      FARAHOUNAH DENW

  3. Sadou BOCOUM svp ne viens pas essayer de modifier l’histoire …. laissons les gens de cette generation qui ne existe plus dormir en paix …leur affaire est jugée par le Seigneur. Parlons présentement de ceux qui viennent d’ assassiner des innocents manifestants du 10,11, 12 juillet 2020 … !

    • si Modibo etait vivant , ceux qui ont fait sortir les jeunes pour attaquer les institutions seraient tous fusilles…je parle de Dicko, Djim,Cissiko, Sow , Maiga et autres…

  4. Les Etudiants Maliens de l’Universite de Dakar ont rencontre le President Modibo Keita au Palais de Gouvernement et lui ont dit : Monsieur le President ,on ne tue pas son adversaire politique.Il etait si furieux qu’il bavait litteralement.Rentres au Mali,il nous a pas pardonnes car il considerait cela comme une inconsciernce politique.Tl croyait au parti unique,a la supremacie du Parti sur le Gouvernement.Mais il etait un grand patriote .Il etait le Mali.C’est pour cela que nous sommes retournes au Mali pour travailler pour le Mali.Quand j’ai quitte le Mali parce que je suis reste 3 ans sans etre paye ,Jean-Marie Kone , mon ministre, m’a dit, de passage a New York. que je devais etre nomme ministre au prochain Conseil de Ministres.L’exclusion des cadres formes a l’exterieur et l’accaparement du gouvernement par certains politiques opportunistes ou des cadres opportunistes a prive le pays d’une bonne direction economique,car laisse aux injonctions des influences exterieures,

  5. Douala
    Il faut faire la différence entre défendre MODIBO KEITA et défendre sa VISION POLITIQUE.
    MODIBO KEITA avait ses qualités et ses défauts comme tout être humain.
    QUAND LES SOUVERAINISTES PARLENT DE MODIBO KEITA,C’EST SA VISION POLITIQUE QUI EST SOULIGNÉE NOTAMMENT QUAND IL DÉCIDE DE S’ÉLOIGNER DU COLONISATEUR.
    Des décisions pour se débarrasser des adversaires politiques,même s’ils sont très proches de la France,sont les côtés néfastes de L’HOMME MODIBO KEITA.
    Aujourd’hui le nom MODIBO KEITA est mis devant pour saluer sa VISION POLITIQUE,pas pour valider toutes ses décisions présidentielles dont certaines sont très contestées comme cette décision s’excuter des adversaires politiques très utiles pour le Mali.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here