Bazoumana Fofana : Un citoyen à la quête de son TF

1

Depuis quelques temps, l’affaire continue de défrayer les chroniques. Victime de spoliation, sinon d’expropriation de son titre foncier, TF N°11247, Bazoumana Fofana ne cesse de réclamer justice. Il a tapé à toutes les portes. Du Ministère de la Justice à celui des Affaires Foncières et des Domaines de l’Etat, en passant par les différentes Institutions de la République, comme la Médiature de la République le Conseil Economique, Social et Culturel, Bazoumana a alerté tout le monde. Des correspondances en bonne et due forme leur ont été adressées. En vain !

Et lorsqu’il a eu droit à des audiences, il en fut ainsi avec le Ministre Mohamed Aly Bathily de la Justice à l’époque, ce fut finalement une fin de non – recevoir. Et pourtant, les services techniques du département avaient conclu à la poursuite de l’affaire dans le bon sens, celui favorable au plaignant Bazoumana Fofana.

C’était sans connaître la capacité de nuisance des adversaires de Bazoumana, Cheick Sadibou Cissé qui s’était approprié le titre foncier N°11247 à la suite d’une curieuse vente aux enchères, le céda à Dionké Yaranangoré dit Babou Yara. Or, tout le monde connait les liens unissant Babou Yara aux autorités actuelles du pays. Ses relations privilégiées avec le Chef de l’Etat, M. Ibrahim Boubacar Keïta, n’échappent plus à personne à Bamako. Dès lors, l’on comprend aisément pourquoi le bouillant ministre Mohamed Aly Bathily a baissé les bras, les armes. Des protagonistes de l’affaire comme Me Abdoulaye Garba Tapo et Me Mountaga Tall ne sont pas à ignorer.

Le dernier est d’ailleurs membre du gouvernement actuel.

C’est dire que ces gens sont aujourd’hui des Intouchables de la République du Mali.

Bazoumana Fofana aurait donc tout fait de leur réclamer son titre foncier.

En tout cas, c’est ce que l’on est tenté de comprendre. Fait alors gravissime dans un Etat de droit. Opérateur économique, soucieux du développement de son pays, Bazoumana avait osé mettre son énergie et son argent à l’Office du Niger.

L’incapacité de cette société à honorer ses engagements a conduit au clash avec la banque. Ses adversaires ont alors profité pour se jeter sur son titre foncier qui servait de garantie de traites.

Cela dit, que font les autorités pour que la justice suivie son cours normal ? Le Président Ibrahim Boubacar Keïta ignorerait – il ce qui se passe dans son pays ? Les Maliens ont pu le voir se plaindre à San sur le problème d’électricité. Le Chef de l’Etat a laissé entendre qu’on lui avait menti. Possible. Mais si le temps était permis entre lui et les citoyens, cela aurait contribué à être au courant de beaucoup de choses.

Pour rappel, des témoins assurent que le Chef de l’Etat avait promis un entretien avec Bazoumana Fofana. Des instructions auraient mêmes été données aux services du Protocole pour organiser cela. Il n’en a rien été jusque – là. Toute chose qui décourage le citoyen Bazoumana Fofana, opérateur économique de son état au point qu’il se décide à partir. L’attitude des autorités encouragerait – elle d’autres opérateurs à venir s’installer dans notre pays ?

Aujourd’hui, les investisseurs étrangers voient comment un des leurs, en l’occurrence Bazoumana Fofana, est torpillé dans son pays, le Mali. Vont – ils prendre le risque de s’aventurer ?

B Koné

PARTAGER

1 commentaire

  1. Franchement, arrêtons de voir du mal par tout et analysons avec lucidité et intelligence les différents événements.

    Une banque n’est pas une oeuvre de charité et un crédit bancaire se rembourse intégralement.
    Quand tu prends crédit à la banque (n’importe quelle banque du monde), la banque te demande des garantis.

    En cas de difficulté et selon les conditions du crédit que tu as signés, la banque fais appelle à ta garantie.

    Si c’est une hypothèque, la banque vend ta maison ou ton TF à la hauteur de ton crédit (sans faire des bénéfices) .

    Elle n’a pas besoin de ton consentement, tu as déjà donné ton consentement en signant la demande l’accord de prêt et en acceptant les conditions du dit prêt.

    Je suis vraiment désolé pour ce vieux Monsieur, il a pris le prêt pour faire construire une usine et donner de l’emploie aux Maliens.

    Mais, je le dit encore une banque ne gère d’oeuvre de charités. Derrière une banque, il y a des associés, des investisseurs locaux et étrangers qui veulent faire du bénéfice et avoir un retour sur investissement.

Comments are closed.