8è session de la 5è mandature du CESC : La situation sécuritaire au menu des échanges

0

La 8è session ordinaire de la 5è mandature du Conseil économique, social et culturel (CESC) se tient, depuis hier au siège de l’institution, à Koulouba. L’ouverture des travaux était présidée par le président du Conseil économique, social et culturel, Dr Boulkassoum Haïdara, en présence de Mme la ministre du Travail et de la Fonction publique, chargée des Relations avec les institutions, Mme Diarra Raky Talla, de son collègue en charge de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Dr Diakité Aïssata Traoré et de plusieurs invités.

Dans son allocution d’ouverture, le président du CESC a rappelé que conformément à l’application de l’article 107 de la Constitution, le Conseil a procédé à l’élaboration du Recueil annuel 2018 des attentes, des besoins et des problèmes des populations de l’intérieur et celles de la diaspora de certains pays d’Afrique et d’Europe. Par ailleurs, a-t-il ajouté, en application de l’article 108 de la loi fondamentale, l’Institution a été saisie en 2018 par le Premier ministre par rapport à la loi des finances 2019. «Les observations et recommandations pertinentes formulées par le Conseil ont été appréciées par le chef du gouvernement», s’est félicité Dr Boulkassoum Haïdara.

Selon lui, les Conseils économiques et sociaux et institutions similaires, conformément à leurs missions constitutionnelles ou réglementaires, jouent un rôle majeur par rapport aux faits engendrant des préoccupations nationales, internationales voire mondiales comme le dérèglement climatique, le phénomène migratoire, le radicalisme. S’y ajoutent, signalera-t-il, les stratégies de mise en œuvre des objectifs de développement durable, la lutte contre la pauvreté et les inégalités sociales dans le but de formuler des propositions concrètes et des orientations idoines pour les plus hautes autorités de leur Etat respectif.

Pour le président de l’institution, c’est en considération de ce devoir institutionnel et prenant conscience de la gravité de la recrudescence et de la généralisation de l’insécurité, d’abord au Nord, puis au Centre et actuellement en tout lieu et en toute circonstance avec l’intrusion du grand banditisme n’épargnant personne que les membres du CESC, ont estimé nécessaire de s’imprégner au cours de cette session, de tous les aspects de ce fléau.

«Durant 15 jours, nous serons édifiés par les exposés magistraux des acteurs directement impliqués dans la définition et la mise en œuvre d’une stratégie nationale et consensuelle de sortie de cette crise sécuritaire à travers une réforme approfondie du secteur de la sécurité», a-t-il déclaré.

Toutes choses qui permettront aux membres de son institution, a expliqué Dr Haïdara, dans l’exécution de leur mission de sensibilisation, d’information et d’éducation des populations et de collecte de leurs problèmes, besoins et attentes, de pouvoir mieux conseiller et mieux orienter les plus hautes autorités du pays sur les conditions et modalités d’implication de la société civile dans la lutte contre l’insécurité aux cotés de nos forces armées et de sécurité.
Enfin, le patron du CESC a félicité le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta pour les équipements de pointe acquis dans le cadre du renforcement des capacités opérationnelles de nos forces de défense et de sécurité ainsi que pour leur réarmement social et moral avec des logements sociaux. Il a aussi salué et encouragé les opérations de ratissage nocturnes actuellement menées par les forces de sécurité pour neutraliser les nids de délinquance, de toxicomanie et de crimes organisés.

Bembablin DOUMBIA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here