Fourou/cercle de Kadiolo : Des heurts entre populations et gendarmes font 2 morts

2

Selon nos sources, l’incident est survenu ce jeudi 29 janvier 2016, aux environs de 11 heures. En effet, des gendarmes en  patrouille dans le périmètre attribué à la Mine d’or de Syama (Somisy), commune de Fourou dans le cercle de Kadiolo (région de Sikasso) auraient tiré par balles réelles sur une foule d’orpailleurs non armés.  Ces derniers, scandalisés, auraient réagi. Bilan: un mort par balle et un blessé grave dans les rangs de la population civile et un gendarme tué. Le jeune Sidiki Konaté, un ressortissant du village de Mougnina (commune de Lobougoula) a été inhumé ce samedi 30 janvier dans le village de Bananso, un village situé à environ 5 km de la mine d’or de Syama. Samou Sidibé qui aurait reçu une balle dans le bras aurait été évacué d’urgence à Sikasso. Nos sources indiquent par ailleurs qu’un renfort composé d’un nombre important de gendarmes a été dépêché de Sikasso pour la sécurisation des lieux. C’est la énième fois que de tels incidents surviennent dans cette localité, et se soldent le plus souvent par des morts d’homme. Il faut dire que la gestion de la question de l’orpaillage reste une bombe sociale dans notre pays. Il est donc temps que l’Etat prenne toutes ses responsabilités en prévenant de telles situations.

La Rédaction

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. La rédaction relisez vous avant diffusion jeudi 28 janvier au lieu du 29.
    les informations très basiques.
    Merci

  2. Fourou/cercle de Kadiolo : Des heurts entre populations et gendarmes font 2 morts
    Par maliweb

    Syama, Sadiola, Kaba…toujours des victimes autour de l’orpaillage malien:

    -Victimes d’un système d’expoloitation inoui et sans intérêts pour eux sur leurs propres terres!
    -Victimes de la barbarie des forces de sécurités au service d’une politique d’exploitation intérieure et extérieure sans précédent!
    – Victimes des effets de cyanure et autres composés de l’anion!
    – Victimes entre populations locales qui s’entredéchirent pour des miettes!
    – Victimes de la dégradation du cadre naturel et autre accident de travail dû à une exploitation violente des terres…
    Reste à couper aux victimes l’air ambiant pour les empêcher de respirer, puisque rien ne les appartient, ils ne profitent de rien, ne bénéficient de rien pour mourir lentement et sûrement de tous!

Comments are closed.