Insécurité : La communauté peule recommande!

2

Face à la dégradation de la situation sécuritaire dans les régions du centre, la jeunesse Tabital Pulaaku recommande au gouvernement de diligenter les enquêtes sur les graves violations des droits de l’Homme commises dans la région afin de lutter contre l’impunité. Elle souhaite aussi que le pouvoir s’engage à redéfinir le mandat des forces de défense et de sécurité dans ces zones d’intervention afin d’assurer la protection effective des populations et à poser des actions concrètes.

Le président de la Jeunesse Tabital Pulaaku, Hamadi Dicko, souhaite que le gouvernement prenne des dispositions urgentes pour démanteler les camps des chasseurs et lever les check-points illégaux érigés dans la zone exondée afin de permettre la circulation libre des personnes et des biens. «Rétablir la confiance entre la population et le gouvernement à travers le respect de ses engagements de l’impartialité vis-à-vis des différentes communautés », a-t-il demandé.

Les associations peules cherchent également que le gouvernement améliore la communication entre les forces de sécurité malienne et la population et mettre en place des structures respectueuses des droits de l’Homme; mettre en œuvre les recommandations élaborées au cours des différentes rencontres ; encourager les populations à lutter contre les amalgames et à privilégier la cohésion sociale et le vivre ensemble.

Il est aussi demandé au gouvernement de faciliter un dialogue franc entre les représentants des communautés peule et dogon en vue d’une réconciliation; examiner les moyens d’appliquer davantage les communautés concernées à la base et de fédérer les différents efforts de médiation en cours. Le gouvernement doit également examiner les moyens de résoudre les conflits fonciers qui alimentent les tensions intercommunautaires dans la zone exondée et mettre en œuvre les conditions nécessaires pour le retour des déplacés et la libération des détenus arbitraires peuls.

Autres requêtes adressées au gouvernement : sécuriser toutes les populations civiles; lever l’embargo sur les foires et les services sociaux de base et permettre la libre circulation des personnes et de leurs biens ; et surtout dialoguer avec les leaders djihadistes maliens. Aux partenaires, les jeunes de la communauté peule souhaite leur engagement à «encourager la MINUSMA à intensifier ses efforts de communication, de sensibilisation sur son mandat et ses différentes activités auprès des populations à travers les radios locales ».

Le vœu des jeunes du Pulaaku, c’est aussi encourager la MINUSMA à être plus apte aux cotés des Famas sur le terrain à travers des actions concrètes. «Appuyer l’Etat dans la réalisation des enquêtes sur les graves violations des droits de l’Homme commises dans la région afin de lutter contre l’impunité », souligne un communiqué diffusé par la jeunesse Tabital Pulaaku.

Soumaila T. Diarra

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Amadou vous avez bien résumer tout ces terroristes sons peul .Ceux qui ont attaquées nos gendarmes à Sokolo étaient à 100/100 des peul.Que tabital responsabilise ces frères sinon ils vont regrette amèrement.

  2. Les élucubrations de la jeunesse Tabital Pulaaku n’émeuvent personne dans ce Pays. Le malfaiteur qui crie à la victime voilà la méthode bien huilée des peulhs. Tous les jours la communauté dogon enregistre des morts suite aux attaques des peulhs sous le couvert des “hommes armés non identifiés, des assaillants armés, des bandits armés, des terroristes et des djahadistes, que sais-je encore “. Ces terminologies sont savamment utilisées et véhiculées pour endormir les non connaisseurs de la réalité de la situation dans le Pays Dogon.

    Les atrocités et les violences sont, à longueur de journée, commises par la nébuleuse, lâche et sans visage milice peulh contre la communauté dogon.

    Démanteler les camps des chasseurs suppose que les peulhs se sont débarrassés des malfaiteurs terroristes hébergés dans leurs villages. Quelles sont les conditions de négociations avec Amadou Kouffa? Peut-on négocier avec un détraqué qui a inutilement semé la mort de plus 4 000 personnes en trois ans? Jeunesse Tabital, donnez-nous les pistes au lieu des voeux pieux

    Les peulhs qui ont pactisé avec les bandits terroristes et pseudo djihadistes ont, aujourd’hui, perdu tout contrôle de leurs gênants étrangers. Ces derniers prélèvent impôts et dîmes et volent les animaux comme efforts de leur participation à la guerre aux peulhs. Le pire est qu’ils sont également déshonorés dans leur propre.

    La fierté du peulh qui ne jurait que par Sékou Amadou est bafouée car les préceptes malékites qu’il avait prônés sont rangés au rancart contre des idéologies inconnues jusqu’à présent dans la zone. Amadou Kouffa a poignardé Sekou Amadou dans le dos en voulant libérer le Macina, je sais, de qui.

    La communauté dogon appelle de tout son voeux à une enquête impartiale et équitable d’organisations crédibles. Mais d’ores et déjà la MINUSMA doit être exclue de cette enquête car ses rapports jusque là produits sont partiaux, parcellaires et même avec des partis pris flagrants
    qu’ils soient de Ogossagou, Koulogon, Sobane Da. Les turies de masse effecuées par les peuls maliens et burkinabé à Gangafani et Yoro n’ont pas eue d’enqêtes en ma connaissance.

    Mes chers frères peulhs du Séno, sortez des buissons touffus et foutus pour qu’ensemble on boute hors de la zone les terroristes que vous avez emmenés et payés en espèce sonnante pour faire le sale boulot. Ils vous ont réellement échappé. c’est la seule alternative qui vaille pour bâtir une paix durable.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here