Mali: Farabougou toujours sous le joug des jihadistes

4

Au Mali, où en est-on à Farabougou ? Cela fait tout juste une semaine que s’est conclu le Forum de Niono. Quatre ministres avaient fait le déplacement pour favoriser la réconciliation intercommunautaire et ramener la sécurité dans ce cercle de la région de Ségou, dans le centre du pays. Parallèlement, un pacte a été scellé entre chasseurs dozos et représentants de la communauté peule. Une semaine après, pourtant, la situation est loin de s’être améliorée.

Lors du Forum de Niono, les ministres s’étaient notamment engagés à « désarmer tous les détenteurs illégaux d’armes » et à « assurer la protection des personnes et de leurs biens ». En parallèle, les chasseurs dozos et la communauté peule avaient conclu un accord pour mettre un terme à leurs hostilités. Ce pacte de non-agression devait ramener la sécurité dans tout le cercle et notamment à Farabougou, village assiégé depuis début octobre par des jihadistes, sur fond de conflit intercommunautaire.

« Ça n’a rien changé pour nous »

Cet habitant de Farabougou est on ne peut plus clair : les villageois ne sont toujours pas libres. Jeudi, deux roquettes – c’est une première – sont même tombées dans Farabougou, à proximité des militaires maliens, présents dans le village, depuis trois semaines.

Le lendemain, vendredi, des villageois ont tenté d’aller dans leurs rizières Ils ont essuyé des tirs de la part des jihadistes et ont dû être secourus par des soldats maliens qui les ont évacués vers une localité voisine, après échanges de tirs.

Aucune victime n’est à déplorer pour ces deux incidents sur lesquels l’armée malienne n’a pas souhaité apporter de précisions. Des élus de la zone confirment ces informations et évoquent également, dans d’autres communes du cercle, des champs incendiés et des vols de bétail.

« Il n’y a pas eu de morts pendant la semaine », tente de se rassurer un élu du cercle qui ajoute que les conclusions du Forum gouvernemental de Niono et le pacte scellé entre chasseurs dozos et représentants de la communauté peule, il y a une semaine, « n’ont pas encore eu d’effet ». Il regrette que les chasseurs traditionnels dozos n’aient pas été désarmés, comme s’y sont engagés quatre ministres.

« Les dozos ont des fusils de chasse, pas des armes de guerre », explique un autre élu du cercle qui estime quant à lui que les chasseurs ne sont pas concernés par cet engagement et qui souhaite que l’Etat s’occupe, en priorité, des combattants jihadistes.

SOURCE: https://www.rfi.fr/fr/afrique

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Le problème est que les Gat sont dans la population
    Il faudrait interdire port d armes aux civils et acheter des drones pour l armée

  2. De toute facon nous negres nous ne sommes pas habitues a la negociation.Pour nous faire avancer il faut bander les muscles et prendre le baton.
    Les negociation ne servent a rien sinon a transferer le probleme dans le temps et dans l’espace.
    Le MPLA de Santos et l’UNITA de Savimbi, apres 2 decenies de guerre se sont retrouves sur la table de negociation.Et apres? Il il fallu ecraser Savimbi pour que l’Angola soit en paix.
    En RCI tout pret.Etait-ce vraiment la paix?

  3. Kinguiranke 15 Nov 2020 at 11:25
    “Ou est Assimi Goita?” 😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂

    Tiens, c’est curieux : JE ME POSAIS EXACTEMENT LA MÊME QUESTION !!!😂😂😂

    Si ce vulgaire petit Colonel-héros-sauveur à deux balles qui s’est DÉGUISÉ😁 en “grand quelqu’un” après la banale arrestation de Zonkeba chez lui, veut nous convaincre (enfin!) QU’IL SERT À QUELQUE CHOSE, il me semble que Farabougou assiégé EST UNE OCCASION RÊVÉE, NON ?😎😎😎😎😎

    Malheureusement, près de DEUX MOIS (!!!…) plus tard, nos troupes n’ont toujours pas osé tirer UN SEUL coup de ni lancer UNE SEULE offensive !!!😡😡😡

    Au lieu de ça, nos “héroïques colonels” à deux balles ont multiplié les bla-bla et les marmottes…….MAIS SURTOUT PAS DE SOLUTION MILITAIRE, comme dans n’importe quel pays en guerre de la planète !!!!!!

    Aller arrêter chez lui un vieux président fatigué et en fin de parcours, est “militairement parlant”, une simple formalités la portée de n’importe quel petit bidasse débutant…

    Par contre, pour organiser et planifier L’ASSAUT des positions jihadistes afin de libérer un de de nos villages assiégé, là, Y A PLUS PERSONNE !!!😡😡😡😡😡

    LA HONTE!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here