Non-respect de l’Etat d’urgence : Les boites de nuit, IBZA et BiBLOS sont-elles au-dessus de loi ?

89

Le Mali a été victime d’un attentat terroriste, vendredi 21 novembre 2015. Le bilan  est cauchemardesque : 21 morts dont 7 blessés. Le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, qui se trouvait au Tchad pour un sommet, a écourté sa visite. Il a cependant décrété un deuil de 3 jours et un Etat d’urgence de dix(10) jours. Cela sous-entend que le pays est en alerte maximum. Les regroupements, rassemblements et autres manifestations sont interdites pendant l’Etat d’urgence. Le ridicule ne tuant pas et croyant tout permis, les boîtes de nuit IBZA et BYBLOS ont ouvert leur établissement le samedi soir. Elles voilent non seulement l’Etat d’urgence, mais elles se désolidarisent du deuil qui a frappé le Mali. Avec leurs gestes peu orthodoxes, elles ont encore mis en danger les populations maliennes. Puisque les 3 terroristes en fuite qui sont recherchés pouvaient se servir de leur boîte de nuit pour mener d’autre attentat. Ces 2 boîtes de nuit situées en plein cœur de Bamako(en commune II du District de Bamako) sont des endroits parfaits pour mener un attentat. Les responsables de ces boîtes de nuit(IBZA et BYBLOS) sont suivies par leurs incivismes caractérisés par d’autres boîtes de nuits que sont : Palace et Obama(située en commune I du District de Bamako).

Avec l’attentat de l’hôtel Radisson Blu, en toile de fond des morts, tout le monde entier a manifesté son soutien au Mali. Mais il est cependant inadmissible que des boîtes de nuit (IBZA et BYBLOS…) maliennes violent l’Etat d’urgence et le deuil national. Sont-elles au dessus de loi ?

En tout cas, les hautes autorités sont fortement interpellées afin qu’elles infligent une cuisante correction aux responsables de ces différentes boîtes de nuit pour leurs irresponsabilités caractérisées.

Aliou Agmour

PARTAGER

89 COMMENTAIRES

  1. Donnons-nous la main pour l’éradication de ce phénomène sur notre territoire. L’heure n’est pas aux critiques mais plutôt à l’union, à la réconciliation et à l’entente. Si nous voulons lutter contre le terrorisme, il faudra que nous soyons unis.

  2. En tant que malien, nous devons tous respecter l’Etat d’urgence c’est dans notre intérêt. Ces terroristes peuvent frapper à tout moment, ces dix jours sont même minime par rapport de l’état dans lequel notre pays se trouve.

  3. Nul n’est et ne sera au-dessus de la loi, dirigeants de BYBLOS et IBIZA ont agi à l’insu du gouvernement. Force est de reconnaitre que nos autorités n’étaient pas au courant de cela, sinon cette histoire allait se terminé autrement.

  4. Ben, qui sème le vent récolte la tempête, ces gens ont fait exprès d’ouvrir leurs boites en cette période difficile. Tout ce qui pouvait les arriver en ce moment était de leurs fautes à eux-mêmes.

  5. Les dirigeants de ces deux boites de nuit ont tort, ils devaient respecter cet état d’urgence. Sachant bien que, notre pays fait face à une situation insécuritaire délicate.

  6. Toutes mes condoléances les plus attristés aux parents des victimes de cette attaque survenus à l’hôtel Radisson Blu. Cet acte fait partis des actes les plus meurtrières de l’histoire de notre pays.

  7. Surement que nos plus hautes autorités n’étaient pas au courant de cela, sinon ils allaient en décider autrement. Cet état d’urgence est valable pour tous, c’est d’ailleurs pour notre propre bien.

  8. Franchement dit, ces deux boites de nuit ont exagérés, ces dix jours d’état d’urgence ne perd pas grande chose dans leurs budgets. Il s’agit quand même de la vie des citoyens, ils devraient au moins respecter cela.

  9. Merci, d’avoir soulevé ce point, bref vous avez reconnu votre devoir. Nos dirigeants ont ordonné en fonction de la douloureuse situation et l’incontestable problème d’insécurité qui animent notre pays. Donc, Byblos et Ibiza tout comme d’autres boites nuit se doivent de respecter cette décision.

  10. Personne n’est au-dessus de la loi, le gouvernement a décrété l’état d’urgence et c’est valable pour tous. Si ces boites de nuit n’ont fait état de cette décision gouvernementale, elles ont tort.

  11. Je pense que les différents responsable de ces différents clubs doivent répondre de leurs actes devant la justice. Plus généralement, ce sont les lieux de prédilections de ces terroristes. Une telle violation doit être punie sévèrement pour servir de leçon.

  12. Le respect de l’état d’urgence est une obligation pour le citoyen car il y va de sa sécurité. La violation de cet état d’urgence expose celui-ci à des risques.

  13. Tous les maliennes et tous les maliens doivent respecter les différent décisions du gouvernement, Un état d’urgence est certes pour privé la population de certain désir, mais il est important de le respecter lorsqu’il est là.

  14. Le plus important est de comprendre que cet état d’urgence vas à la sécurisation des maliens.
    Nous avons intérêt de respecter cet état d’urgence.

  15. Certaines personnes dans ce pays se croient au dessus de la loi.
    Une disposition comme l’état d’urgence doit être respecté par tout ceux qui vivent sur notre sol car il s’agit de sécurité nationale.Si des individus refusent de le respecter,ils doivent être jugés et jetés en prison.

  16. Je propose que les boîtes de nuit qui ont violées l’état d’urgence soit poursuivis par les autorités et qu’ils répondent de leurs actes. Ils peuvent même aller jusqu’à la fermeture temporaire de ces boîtes pour servir d’exemple aux autres.

  17. A mon avis,la police devait être sur le terrain pendant cette période pour contrôler les réfractaires à la mesure et leur donner une correction exemplaire.Mais maintenant que le mal est déjà fait,on doit interpellé les propriétaires de ces lieux pour qu’ils répondent de leurs actes.

  18. Je ne souhaite pas que de telles situations puissent sec présenter dans notre pays mais je souhaiterais que nos dirigeants prennent des dispositions assez fermes pour que les personnes qui dévieront son autorité soit sévèrement punis.

  19. Ce problème concerne tant les responsables de ces établissements et leurs clients car à mon humble avis je pense que s’il n’y avait pas eu de clients ils allaient fermer. Mais puisque les clients étaient là je pense que leur responsabilité sont engagés.

  20. Un État d’urgence doit être expliqué par les journaliste pour être compris les populations.
    Mais quand ces journalistes sont manipulés par des opposants sans scrupules pour écrire des articles et dénoncer cet état d’urgence,que voulez vous que la population fasse?
    Moi je pense donc que les journalistes maliens sont à la base de cette désobéissance.

  21. Je salue la mémoire des victimes du Radisson et je demande au autorités compétentes de punir les personnes qui ont défié l’autorité de l’état en ne respectant pas l’état d’urgence.

  22. Moi je pense qu’il faut mener des investigation.Et s’il s’avère que le boites citées étaient vraiment en activité,de sévères sanctions doivent être prises à leur encontre pour servir d’exemple aux autres.
    Nous ne pouvons pas du tout continuer dans cette désobéissance.

  23. L”acte de ces personnes est un manquement grave à l’autorité de l’état par conséquent il faut que des dispositions soient prises conformément à la loi pour que ces gens ne donnent plus le mauvais exemple aux autres.

  24. Dans ce pays force est de constater que nous n’avons aucun respect pour l’autorité. Ainsi, il faut que nos autorités soient plus ferme dans leurs décisions et mater ceux qui se jouent les rebelles dans ce genre de situation. Le président de la république a pris cette mesure pour notre sécurité; nous ne l’avons pas respecté cependant s’il y avait eu des dérives on allait crier sur tous les toits que l’état ne nous a pas protégé. Donnons l’exemple avant d’accuser les autres.

  25. Moi je pense que avant d’accuser quelqu’un il faut que nous même nous nous remettons en cause pour savoir ce que nous avons fait dans cette situation car les pires ennemis de la république sont parmi les journalistes et les opposants au régime en place qui ont passé leur temps à remettre en cause la décision de l’état d’urgence.
    Comment voulez-vous qu’il soit respecté donc?

  26. Dans le cas où un danger public exceptionnel menace l’existence de la nation et est proclamé par un acte officiel ( comme l’attentat de 21 novembre dernier). Il est autorisé que l’état d’urgence soit instauré.
    Donc la volonté si la volonté des autorités n’a pas été respecté il faut que certaines rendent compte de leurs agissements.

  27. Très sincèrement moi je pense que ces établissements ne sont pas au dessus de la loi.
    C’est pourquoi pendant la dérive vous auriez du attirer l’attention des gouvernants sur ces faits mais maintenant que cette situation est passée; comment voulez qu’une quelconque action soit jugée?
    En Afrique on a coutume de dire que c’est lorsque le fer est chaud qu’il faut le battre. Mais maintenant qu’il est froid pourra t-on avoir l’objectif souhaiter?

  28. Tous ces pays qui ont été attaqué par le terrorisme utilisent l’état d’urgence pour la protection et la sécurité de leur population et c’est ce que IBK a fait.
    Le mali est fier de son armé
    Le Mali respecte les lois de IBK
    VIVE IBK-VIVE LE MALI

  29. Le ministre de l’intérieur, pour l’ensemble du territoire, et le préfet, dans le département, peuvent :
    ordonner la fermeture provisoire des salles de spectacles, débits de boissons et lieux de réunion de toute nature ;
    Cet article accuse la politique de IBK ou bien le respect mais sachons tous que Le peuple

  30. L’état d’urgence est déclaré par décret en conseil des ministres et ne peut être prolongé au-delà de douze jours que par la loi.
    La déclaration de l’état d’urgence donne pouvoir aux préfets de département :
    d’interdire la circulation des personnes ou des véhicules dans les lieux et aux heures fixés par arrêté ;Le peuple malien respecte les loi décrétées par IBK et pour rien au monde ces loi pourront être bafouées.

  31. « L’état d’urgence peut être déclaré sur tout ou partie du territoire métropolitain ou des départements d’outre-mer, soit en cas de péril imminent résultant d’atteintes graves à l’ordre public, soit en cas d’événements présentant, par leur nature et leur gravité, le caractère de calamité publique. »
    Alors journaliste nul de ce rang le peuple est fatigué de vos idioties

  32. e Comité des droits de l’homme de l’ONU peut examiner les éléments constitutifs du danger public invoqué et éventuellement solliciter l’élaboration de rapports spéciaux. Il a élaboré en 1981 une déclaration relative à l’interprétation de cet article. L’Égypte, entre autres, a ainsi été à plusieurs reprises épinglée pour son état d’urgence continu depuis au moins 19811.

    La proclamation de l’état d’urgence ne permet pas de déroger à certains droits fondamentaux et interdictions absolues, dont en particulier le « droit à la vie », l’interdiction de la torture et des traitements inhumains et dégradants, l’esclavage et la servitude et la « liberté de penser, de conscience et de religion ».

    La Convention européenne des droits de l’homme contient des dispositions dérogatoires du même type, mais ont été appliquées d’une manière beaucoup plus rigoureuse,

  33. Je suis tout de même d’accord avec absalon car selon mes recherches ce régime destiné à donner à un gouvernement, lors d’une crise intérieure grave ou d’une tension extérieure jugée sérieuse, tous les moyens nécessaires au maintien de l’ordre, l’état d’urgence est une mesure destinée à affronter une situation exceptionnelle.
    Ensuite il faut solliciter IBK pour la protection du peuple malien

  34. UN ETAT D’EXCEPTION. Par rapport aux conditions de proclamation de l’État d’urgence, Fousseyni Samaké explique que ni la Constitution ni la loi ne contient de définition de l’État d’urgence. « En fait, l’État d’urgence, comme l’État de siège, est un État d’exception ou État de crise dont la proclamation a pour effet de renforcer les pouvoirs de police des autorités administratives et de restreindre les libertés publiques en vue de faire face à un danger exceptionnel qui menace l’existence de la Nation. Il s’agit, en somme, de donner à l’État les moyens juridiques destinés à assurer sa sauvegarde, voire sa survie », dit-il.

    Notre interlocuteur précise, par ailleurs, que la loi malienne détermine les circonstances pouvant conduire à la proclamation de l’État d’urgence. En effet, aux termes de la loi du 10 août 1987 relative à l’État de siège et à l’État d’urgence, « l’État d’urgence peut être déclaré sur une partie ou sur toute l’étendue du territoire de la République du Mali, soit en cas de péril imminent, résultant d’atteintes graves à l’ordre public, soit en cas de menées subversives compromettant la sécurité intérieure, soit en cas d’évènements présentant, par leur nature et leur gravité, un caractère de calamité publique ».

  35. la base de la Constitution de 1974, la loi du 10 août 1987 relative à l’État de siège et à l’État d’urgence reste bien applicable en vertu de l’article 119 de la Constitution de 1992 selon lequel : « la législation en vigueur demeure valable dans la mesure où elle n’est pas contraire à la présente Constitution et où elle n’est pas l’objet d’une abrogation expresse », explique le directeur de l’ENA qui reconnaît que la législation de notre pays en matière d’État d’urgence, sur bien des aspects, a besoin d’être révisée pour être adaptée à un contexte qui a considérablement évolué.

  36. Les dispositions prises par l’état d’urgence peuvent de plus conférer au ministre de l’Intérieur ou aux préfets le pouvoir d’ordonner des perquisitions de jour et de nuit et les habiliter à prendre toutes mesures pour assurer le contrôle de la presse, de toutes publications et des émissions radiophoniques.
    Le peuple a confiance à son président et nous sommes fier de notre armée.
    Soyons fière de notre armée militaire .
    Si vous n’avez pas un petit tic de patriotisme en vous cela ne regarde que vous .
    VIVE IBK

  37. Quelques heures après l’attentat contre l’hôtel Radisson Blu de Bamako vendredi dernier, un conseil des ministres extraordinaire s’est tenu à Koulouba à l’issue duquel l’État d’urgence a été proclamé sur toute l’étendue du territoire national pour une durée de 10 jours. Ce délai peut être prolongé en cas de besoin par l’Assemblée nationale.

    Qu’est ce que l’État l’urgence ? Quelles sont les conditions de la proclamation de l’État d’urgence ? Quelles sont les conséquences de l’institution de l’État d’urgence ? Suivons les explications du directeur de l’École nationale d’administration (ENA), le professeur Fousseyni Samaké, spécialiste du droit public.

    Il rappelle d’entrée de jeu que l’État d’urgence fait l’objet des articles 49 et 72 de la Constitution du 25 février 1992. La disposition était prévue par la Constitution du 2 juin 1974 en son article 51. C’est sur le fondement de cet article 51 que sont intervenus la loi N°87-49/AN-RM du 10 août 1987 relative à l’État de siège et à l’État d’urgence et son décret d’application N° 247/PG-RM du 28 septembre 1987. La loi du 10 août 1987 a abrogé l’ordonnance N°35/PC-G du 23 mars 1959 portant loi organique sur l’État d’urgence.

    Nous devons tous le respect aux différents décisions du gouvernement ainsi qu’à un état d’urgence.

  38. l’état d’urgence favorise éventuellement l’interdiction de toute réunion de nature à provoquer le désordre ; remise des armes de guerre, de défense (revolvers, pistolets), de chasse. Des dispositions expresses du décret déclarant ou de la loi prorogeant l’état d’urgence est belle et bien respecté ici au Mali On assistait toujours au patrouilles des forces armées

  39. L’état d’urgence accorde des pouvoirs particuliers aux préfets dont le département est couvert par la déclaration d’urgence : interdiction de circulation des personnes et des véhicules ; institution de zones de sécurité à l’intérieur desquelles le séjour de certaines personnes peut être réglementé
    Cela permet le contrôle des personnes et la sécurité dans le pays.
    Un journaliste de pacotille dit toujours le contraire de ce qu’il entend pour dévier le peuple vers la republique

  40. Nous devons arrêter de prendre les choses en cœur. Le Mali est un pays pour nous tous et nous avons intérêt en prendre soin.
    Nous devons respecter les décisions du gouvernement car nul n’est au déçu de la loi. L’état d’urgence est dans l’intérêt des maliens eux même.

  41. Un État d’urgence devait bel et bien être décrété dans ce pays, il faut être assez con pour ne pas vouloir ou respecter cela vu la tendance actuelle de notre pays !!!

  42. Encore un pangolin de journaliste qui dit vraiment des conneries sachez que tous les endroits étaient fermés de fond en comble alors arrêtez de mentir .
    Toute lois d’IBK sont bel et bien respectées .
    Avez vous vous même respectez cet état d’urgence que faisiez vous à ces heures pareilles

  43. Si on ne décrète pas un État d’urgence dans cette situation qu’est qu’on va faire alors ? Ne soyons pas aussi naïfs que cela, faisons face à la réalité pour une fois dans ce pays !!! Personne n’est au dessus de la loi, autant respecter la décision prise !!!

  44. Nous sommes à un moment où tous les fils du MALI doivent unir leurs forces pour aider nos autorités à lutter contre ces terroristes dans notre pays en respectant cette décision !!! Mes condoléances aux victimes et prompte rétablissement aux blessés de ce drame !!!

  45. Cette décision devait être prise dans ce pays, il y va de la sécurité des maliens et du MALI tout entier, celui qui ne voit pas cela franchement je me demande comment est-ce qu’il peut réfléchir !!!

  46. Moi j’appelle tous les maliens au calme, à ne pas se laisser emporter !!! Je les appelle aussi à soutenir nos autorités dans la prise les mesures nécessaires pour l’éradication de ce fléau de notre pays avant que ça ne dégénère !!!

  47. Les plus hautes autorités de ce pays sont interpellé à faire quelque chose pour que jamais personne ne viole un décret présidentiel et/ou ministériel. Si ça ne tenait qu’à moi, les deux boites de nuit allaient être suspendues pendant un certain temps. 😛 😛 😀 😀

  48. Après la prise d’otages de l’hôtel Radisson Blu de Bamako, le gouvernement malien lors d’une session extraordinaire a décrété une situation d’état d’urgence sur toute l’étendue du territoire nation. De ce fait certaines libertés étaient suspendues momentanément. Tous les citoyens sont sommés de respecter un tel décret. Donc la violation de cet état d’urgence ne doit pas rester impunie. 😀 😀 😛 😛

  49. Les maliens doivent soutenir cette décision d’État d’urgence quelque soit leur sentiment, de plus c’est pour notre propre sécurité. Nous sommes de cœur avec les victimes, c’est un acte vraiment odieux, j’espère que le tout puissant va les accueillir dans son paradis !!!

  50. Cet État d’urgence est le bienvenu dans ce pays surtout après ce qui vient de ce passer au Radisson, il ne serait pas judicieux de notre part de nous exposer encore plus !!!

  51. Il n’y à absolument rien à dire sur cet État d’urgence, c’est assez logique qu’il y ait un État d’urgence surtout après ce qui vient de ce passer, et nos autorités l’ont décrété donc tout le doit de le respecter !!!

  52. Un chapeau pour le journaliste qui fait preuve de professionnalisme dans le traitement des informations. Nous avons besoin de vous dans ces moments si difficile dans la vie de notre nation

  53. Le Mali est un état de droit. Toute personne qui viole la loi doit répondre de son acte devant la juridiction compétente de son lieu. Les responsables des boites de nuit BYBLOS et IBIZA doivent être jugés pour violation de la loi. Car le décret présidentiel tient lieu de loi. 😛 😛 💡 💡 💡

    • C’est tout a fait normal Oumarou@@, ils doivent répondre de leurs actes dans la justice. D’une part, ils ont violé la constitution malienne et d’autre part, ils ont mis en danger la vie des autres citoyens habitants le quartier. Cela fait un double délire et ils doivent être sévèrement punis pour servir d’exemple à d’autres.

  54. Tous les violateurs de l’état d’urgence doivent aller répondre à cet acte devant les tribunaux compétents. Cette violation ne doit pas rester sans sanction. Sinon ces responsables seraient au-dessus de la loi, contrairement à ce que nous savons tous de la loi : « Nul n’est au-dessus de la loi ». 😀 😀 😀

  55. Cette décision doit être respectée et soutenu par tous les maliens, car il y va de notre sécurité à tous !!! Nous n’avons à nous plaindre de quoi que ce soit dans cette situation !!!

  56. Jusque là je me demande pourquoi ces boites ont réelles ouvert leur porte. Cela viserait attirer l’attention des terroristes afin de pouvoir les appréhender.

  57. Ces boites doivent être fermées jusqu’à nouvel ordre. C’est une décision présidentielle donc nous devons l’ appliquer pour la mémoire de nos victimes et notre propre sécurité également

  58. Les premières personnes à violer le décret instituant l’état d’urgence sont les hommes politiques de l’Adema-association et toutes les personnes invitées à leur anniversaire. Je vous informe même que le soi-disant plus grand démocrate de cette nation y était aussi, il s’agit de Tièbilé Dramé. Je ne pensais pas qu’il soit capable de commettre une telle violation après tant de débats sur les acquis démocratiques suite à son initiative de sabotage de la visite d’Etat d’Ibrahim Boubacar Keïta. 👿 👿 💡 💡

  59. Si les responsables des deux grandes boites de nuit de Bamako les plus fréquentées, à savoir, Byblos et Ibiza sont coupables de la violation du décret instituant l’état d’urgence, certains hommes politiques le sont aussi. Car la cérémonie de l’anniversaire de l’Adema-association ne devrait pas avoir lieu. Mais et pourtant les Tièbilé Dramé et consorts ont pris part à cet anniversaire. 😀 😀 😛 😛

  60. Je suis d’accord avec le journaliste s’agissant des sanctions à prendre contre les responsables des boites IBIZA et BYBLOS pour la violation qu’ils ont fait à l’endroit du décret décrétant l’état d’urgence pendant dix (10) partout au Mali. 😀 😀 😛 😛

  61. Les responsables des boites de nuits Ibiza et Byblos sont interpellé devant la justice pour l’acte de violation du décret présidentiel du vendredi. L’état d’urgence qu’avait décrété le chef de l’état suite à l’attaque de Radisson interdisait l’ouverture de toutes les boites de nuits de Bamako et du reste du pays. 😛 😛 😀 😀

  62. Le respecte du mot d’ordre d’état d’urgence est tout à fait primordiale, les boîtes de nuit qui ne respectent point cela montre qu’ils éprouvent des sentiments d’indifférence vis-à-vis de la population malienne. Les autorités malienne doit punir les responsables de ces boîtes conformément à la loi malienne.

  63. Nul n’est et ne sera au-dessus de la loi. Si réellement les deux boites de nuit, à savoir Byblos et Ibiza ont ouvert leur établissement le lendemain de la prise d’otages de l’hôtel Radisson Blu, les responsables doivent être traduits devant la justice pour fournir des explications dignes de ce nom. 😯 😯 😛 😛

  64. C’est une violation de la constitution malienne et cela ne doit rester impuni et encore exposer la vie d’autres citoyens maliens.
    Les autorités ne doivent pas restés indifférents face à ce délire

  65. Les responsables des boites de nuit, IBIZA et BYBLOS doivent répondre devant la justice pour la violation d’un décret présidentiel qu’ils viennent de faire. Pendant les dix jours d’état d’urgence décrété, ils ne devraient pas ouvrir leur porte le Samedi jusqu’à ce que cet état d’urgence prenne fin. 😯 😯 😯

  66. Les responsables des boites de nuit, IBIZA et BYBLOS doivent répondre devant la justice pour la violation d’un décret présidentiel qu’ils viennent de faire. Pendant les dix jours d’état d’urgence décrété, ils ne 😀 😀 😛 😛

  67. Le vendredi passé a été vraiment un vendredi noir pour tout le MALI et le monde entier. La population malienne prie le bon Dieu pour ne plus jamais revivre un semblable de cette tragédie dans le monde entier. Et aussi prie pour toutes les victimes maliennes et étrangères.

  68. Certes la faute est commit par les responsable des boîtes en question mais, je culpabilise les responsables du maintient de l’ordre et de sécurité. Comment cela puisse arriver sans qu’il n’interviennent? les responsables des boîtes n’ont aucune considération pour la population malienne qui a vécu cette tragédie très difficile à oublier. 👿 👿 👿

  69. Nous devons collaborer tous avec les autorités pour trouver une issue rapide à cette situation. Ils doivent être suivis pour incivisme comme l’ont signifié les autres boites.

  70. Dans un moment aussi sensible, nous devons respecter les conditions pour éviter un autre carnage. Ces propriétaires doivent être entendus pour la violation de l’état d’urgence

  71. Le respecte de l’État d’urgence décrété par les autorités doivent être respecter aux pied de la lettre si,o, les sanction seront immédiate. Les boîtes de nuits en particulier ceux indexé sont contrainte de respecter la réglementation. Cet mot d’ordre d’État d’urgence a été pris suivant les textes de la constitution malienne.

  72. Je profite de cette occasion et je me joins aussi aux dits du président de la république. Tous le MALI est ne deuil et toute la population malienne présente ces condoléances aux familles attristées nationalement comme internationalement. Et aussi toute la population malienne condamne avec la plus grande rigueur cet acte ignoble barbare et lâche.

  73. Je pense que si les responsables des boîtes ne respectent pas les règles de l’état d’urgence, ce sont les forces de sécurité qui doivent les obligés à respecter la loi, la loi c’est la loi et nul n’est au dessus de la loi. 👿 👿 👿

  74. Nul n’est au dessus de la loi donc tout le monde se doit de respecter l’état d’urgence décrété par l’état. Ces boites répondront dans la justice

  75. Je présent toute mes condoléances à tous les familles de cet drame. Toutes les personnes mortes lors de ce drame sont mortes dignement. Les terroristes sont des lâches qui ne savent que s’en prendre aux innocents et en plus désavantageux face à eux.

  76. Merci monsieur le journalisme, vous avez vraiment la déontologie du journalisme. Un journaliste doit informer la population sur des choses comme telle et sensibiliser la à éviter des mauvais comportements. Mais un journaliste mercenaire qui est mémorisé seulement pour diffamer, critiquer et semer du désordre n’est pas un journaliste.

  77. Tous les maliens conscients devraient respecter ces jours symboliques, mais malheureusement quant on est perdu dans la vie on se permet de tout. Les étrangers valent mieux que les maliens qui violent ces jours sacrés. Que Dieu nous sauve !!!

  78. Quand les fils même du Mali ne respectent pas les recommandations de nos autorités comment les étrangers vont les respecter? L’exemple doit venir de nous même au premier. Toutes mes condoléances victimes.

  79. Nul n’est au dessus de la loi et la loi est générale et impersonnelle, donc les propriétaires étrangers des boites de nuit sur notre territoire doivent respecter nos interdictions et nos cultures. L’autorité doit désormais veiller sur ces comportements des étrangers sur notre territoire.

  80. Si tous les journalistes maliens avaient la même façon de réflexion comme ce monsieur Aliou Agmour, la gestion de notre pays n’allait pas être si difficile que cela. Merci monsieur Agmour !!!

  81. Quel article!!!
    Cela fait plus de six mois que je ne lis pas des journaux comme tel. Apparemment nos journalistes sont actuellement comme des armes de guerre de nos hommes politiques. Les articles n’informent plus et sensibilisent plus sauf que diffamer et mentir. Merci monsieur le journaliste.

  82. Quand les libanais ne respectent pas l’état d’urgence et le deuil national, cela est un peu compréhensible mais quand les fils même de ce pays leur suivent c’est cela le terrible. Tous les maliens devraient accorder ces quelques jours en la mémoire des victimes pour montrer à leurs familles que tous les maliens sont des frères et de la même famille.

  83. Nos autorités doivent prendre des précautions contre ces comportements des acteurs économiques étrangers dans notre pays. Même s’ils ne sont pas des maliens, ils doivent se conformer aux conduites des maliens.

  84. Les propriétaires de ces boites de nuit ne sont pas des maliens, ils ne cherchent que leur argent et ils s’en fichent des intérêts du Mali, ce sont les dignes fils du Mali qui devraient tout faire pour respecter ces quelques jours symboliques.

  85. Merci monsieur le journaliste, c’est cela le journalisme. Informer sans intérêt politique et sans viser à nuire quelqu’un. Bravo monsieur le journaliste.

  86. Ibiza et byblos c’est l’association des libanais et du pouvoir ! Alors qui va sévir ?

Comments are closed.