Prise d’otages sanglante à Sévaré : Quatorze morts – Sept suspects arrêtés

2
(image d'archives) Sept personnes, dont cinq militaires, ont été tuées dans un hôtel fréquenté par le personnel de la Mission de maintien de la paix des Nations unies. Crédits : PHILIPPE DESMAZES / AFP
(image d’archives) Sept personnes, dont cinq militaires, ont été tuées dans un hôtel fréquenté par le personnel de la Mission de maintien de la paix des Nations unies. Crédits : PHILIPPE DESMAZES / AFP

Le poste de Gendarmerie, à l’entrée de la ville et le camp militaire ont aussi été pris à partie par des hommes armés. L’on dénombre plusieurs victimes : cinq militaires, quatre assaillants, des clients de l’hôtel, … Sévaré est sous le choc.

Le week-end dernier aura été décidément horrible dans notre pays. L’insécurité qui y règne, vient de prendre en effet une nouvelle tournure. A Sévaré, vendredi matin, l’on a connu l’une des plus tragiques prises d’otages. Les faits se sont déroulés à l’hôtel Byblos, situé non loin de l’aéroport de la ville. Il abrite traditionnellement, selon des sources, des clients haut de gamme. Entendez par là des expatriés, sinon des employés des forces étrangères (MINUSMA, Barkhane).

Dès 7 heures 30 du matin, c’était le sauve-qui-peut général à Sévaré. Les armes crépitaient de partout. Les commerçants ont baissé leurs rideaux. L’Administration ferma ses bureaux. Tout le monde se terra chez lui.

Apparemment, les assaillants étaient venus par petits groupes. Le poste de Gendarmerie, à l’entrée de la ville, et le camp militaire ont essuyé des tirs à l’arme automatique. Du moins, nous-a-t-on rapporté, un soldat assurant la sentinelle aurait été touché.

Mais, c’est à l’hôtel Byblos que la tragédie survint. Des hommes armés avaient en effet pris possession de l’établissement qui hébergeait plusieurs employés de la MINUSMA. Dès l’alerte, le périmètre fut totalement bouclé par les forces de sécurité nationales. Il aurait fallu 24 heures pour pouvoir les déloger et sauver des vies humaines. L’action de libération de l’hôtel est à mettre à l’honneur de l’unité d’élite de la Gendarmerie, le GIGN.

Samedi matin, à 5 heures, tout était terminé. Le bilan est fort macabre et évolue progressivement. L’on a dénombré douze (14) morts dont cinq (05) militaires. Trois civils se trouvaient parmi les victimes. Les hommes armés ont laissé sur place quatre (4) corps. L’un d’eux portait sur lui une ceinture bourrée d’explosifs. Quatre (4) otages ont été libérés.

Malheureusement, trois sont morts. L’opération de ratissage qui a ensuite suivi, a permis d’appréhender sept suspects. La ville a été isolée. Les entrées et sorties filtrées. A l’heure actuelle, l’identité des assaillants n’était pas encore connue. La vigilance doit donc être de rigueur. L’ennemi est à nos portes partout, et nulle part.

B.Koné

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. A l’heure actuelle, nous n avons pas besoin des images d’archives. Tout le monde veut connaitre la realite

Comments are closed.