À Tulsa, Trump passe 10 minutes à prouver qu’il sait marcher et boire de l’eau

0

Donald Trump n’a pas apprécié les rumeurs sur son état de santé et s’est mis à rejouer la scène qui avait alerté certains observateurs le 13 juin.

ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE – Le président américain a assuré ce samedi 20 juin lors de son premier meeting post-confinement qu’il était en bonne santé, revenant longuement sur une cérémonie au cours de laquelle il avait semblé donner des signes de fatigue.

S’il y a un problème, je vous le dirai”, a lancé Donald Trump devant ses fans à Tulsa, dans l’Oklahoma. “Il y a quelque chose qui ne va pas concernant Biden, ça je peux vous le dire”, a ajouté le républicain de 74 ans, évoquant son adversaire démocrate âgé de 77 ans pour l’élection présidentielle du 3 novembre.

Les spéculations sur son état de santé avaient été alimentées lorsqu’il avait effectué en novembre une mystérieuse visite à un hôpital militaire près de Washington, en dehors du calendrier habituel. Le 13 juin, des inquiétudes étaient réapparues quand il était venu saluer, malgré la pandémie, la promotion 2020 de la prestigieuse académie militaire de West Point, près de New York.

Invité à quitter la scène après s’être adressé aux futures élites de l’armée américaine, il avait semblé connaître quelques difficultés sur la rampe d’accès, descendue à petits pas précautionneux. Des médias avaient également relevé qu’il avait eu besoin de ses deux mains, au milieu du même discours, pour porter un verre d’eau à ses lèvres (vidéo ci-dessous).

C’était comme une patinoire

Une séquence à laquelle il a consacré pas moins d’une dizaine de minutes ce samedi 20 juin, agacé des rumeurs qui circulent. Dans cette curieuse parenthèse en plein milieu de son discours très attendu, le président des États-Unis a tenté de rejouer la scène, déambulé en mimant sa démarche.

Parce que je portais des chaussures aux semelles en cuir”, a justifié Donald Trump, en précisant, mi-plaisantin mi-indigné : “Ce qui est bien si on marche sur des surfaces plates. Ce n’est pas bon pour une rampe”. “Il n’y avait pas de quoi se tenir, a-t-il ajouté. C’était comme une patinoire. J’ai dit ’Général, j’ai un problème (…) il n’y a pas moyen que je (…)

………Lire la suite sur le Huffington Post

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here