Etats-Unis: propos raciste visant Michelle Obama, une maire démissionne

5
Convention démocrate: Michelle Obama et Bernie Sanders derrière Clinton
Michelle Obama, le 25 juillet 2016 à la conférence démocrate de Philadelphie pour lancer la candidature d'Hillary Clinton à l'élection présidentielle. REUTERS/Jim Young

La maire d’une commune de Virginie-Occidentale a démissionné mardi 15 novembre après avoir provoqué un scandale en se félicitant d’un commentaire raciste sur Michelle Obama. La fonctionnaire à l’origine des propos inacceptables a été sanctionnée.

La commune de Clay en Virginie-Occidentale ne sait plus comment rattraper l’affaire. La mairie est assaillie par les journalistes ou les appels téléphoniques de colère. Mais le mal est fait.

A l’origine du scandale, un statut Facebook écrit par Pamela Ramsey Taylor, la directrice d’une organisation de charité, juste après l’élection de Donald Trump : « Ce sera tellement rafraîchissant d’avoir enfin à la Maison Blanche une première dame belle, avec de la classe et de la dignité. Je suis fatiguée de voir un singe en talons ». Le propos a visiblement enchanté la maire de Clay, qui a répondu à la fonctionnaire : « Tu as illuminé ma journée ». Depuis, le statut et les commentaires ont été effacés.

Les deux femmes ne sont plus en poste, et le conseil municipal s’est excusé. Il invite les journalistes à venir visiter ce bourg de 500 habitants au cœur de l’Amérique profonde qui a voté pour Donald Trump. « Nous sommes des gens très convenables, s’il vous plaît, ne nous jugez pas sur cette affaire ». Une pétition dénonçant l’outrage a néanmoins rassemblé en 24 heures près de 200 000 signatures.

Pour le parti républicain, difficile aujourd’hui de nier que la campagne et l’élection de Donald Trump ont libéré une parole raciste. L’organisation antiraciste Southern Poverty Law Center (SPCL), qui a commencé après la victoire du républicain à la présidentielle américaine un recensement des débordements motivés par la haine et la discrimination, en a déjà dénombré plus de 200.

Par RFI Publié le 16-11-2016

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. “Singe en talon” a été la première dame de tous ces sales porcs racistes et dans quelques années elle sera également leurs présidente…
    Et ces ignobles racistes ont moins d’importance que les talons du “singe” ….

  2. Monkeys have nothing to do with it.The policies made the difference.The current first lady has dignity and class.

  3. C’est qu’a meme courageux de dire ce que l’on sent en soi, ce sont vraiment des soutiens de Trump qui disent directement ceux qu’ils pensent.
    Quel geant President pour les USA

Comments are closed.