Causeries entre Halil et Jean Pierre

0

Ibrahim Halil et  Jean Pierre sont deux cadres de la haute sphère de l’Etat. Ils ont coutume de communiquer par téléphone. La communication est interceptée (ce qui s’apparente beaucoup plus à l’espionnage qu’à l’enquête déontologique) par un de nos reporters, spécialisé dans l’investigation secrète. Lisons les causeries de J.P et d’I.H.

 

J.P.Apparemment, IBK est en train de s’attribuer beaucoup de projets qui ont été initiés par ATT et dont les financements étaient même acquis.

 

I.H.Que veux-tu ? Quand on est au pouvoir, on peut se prévaloir de ce qu’on est en train de superviser, puisque les projecteurs sont branchés sur soi et que les Ptf vous surveillent, en jouant le jeu.

 

J.P.En jouant quel jeu ?

 

I.H.Tu sais bien qu’il leur faut trouver les alibis pour financer votre pauvreté, même s’ils savent que vous surfez sur les acquis de votre prédécesseur.

 

J.P.A propos de l’E.i.d., sur plus de 100 dossiers, seule une vingtaine a été maintenue, surtout dans le foncier. Est-ce clair ?

 

I.H.Ce n’est pas tout, c’est toujours le dénigrement des mauvaises décisions de justice, leur non application. Mais ce que j’ai retenu cette année, c’est qu’un plaignant a signalé la complicité du médiateur avec la justice pour enfoncer le pauvre type. Dans ces conditions, à quoi sert donc un médiateur.

 

J.P.Sur ce point, on peut dire que l’Eid a sa raison d’être, car il devient le dernier maillon de la chaîne, après un médiateur qui prend parti pour le fort au détriment du faible.

 

I.H.Bien dit.

 

J.P.Parlons un peu de l’Assemblée nationale du Mali. C’est toujours la cacophonie en termes d’organisation, notamment de l’administration.

 

I.H.Oui ! mais il faut quand même féliciter l’attaché de presse Wagué qui avait pu se débrouiller pour fournir des dossiers aux journalistes, environ 10 dossiers par session, mais le nouveau directeur de la communication est pareil à celui que Wagué avait relevé, je parle de l’initiateur du journal des journaux de l’Ortm. Ce dernier voulait même démissionner de son poste puisqu’il n’avait pas accès aux dossiers de projets de loi.

 

J.P.Ne parlons pas de cette assemblée dont le niveau dont le niveau général est si bas qu’il devient inquiétant. On dirait une assemblée d’analphabètes.

 

I.H.Je constate effectivement que les anciens s’amusent souvent à signaler les entorses, si fréquentes, au règlement intérieur.

 

Propos interceptés par R.E.

Le Journal

 

 

 

 

 

 

PARTAGER