Mohamed Ag Intallah, Amenokal de Kidal : « Il faut instaurer la confiance entre les mouvements et le gouvernement pour faire face à autre chose : la construction de notre pays »

76

Dans une interview exclusive qu’il a bien voulu nous accorder chez lui à Magnambougou/Faso Kanu, le samedi 2 janvier 2016, l’Amenokal de Kidal, Mohamed Ag Intallah parle de l’accord et de la nécessité de la paix pour le Mali, afin qu’on puisse se consacrer à l’essentiel : son développement. Lisez plutôt !

Vous venez d’adopter la loi des Finances 2016. En tant que député, quelle lecture faites-vous de ce budget ?

Bon, pour moi vraiment c’est un bon budget. La population a fait confiance aux députés qui l’ont voté. Je crois que le ministre de l’Economie et des Finances, qui l’a défendu, et le gouvernement, ont tous confiance à ce budget.

Donc, c’est un bon budget ?

A mon avis, c’est un bon budget.

En plus d’être député, vous êtes aussi Amenokal de Kidal. Est-ce qu’il est facile de jongler les deux ?

On essaye de faire aller. On essaye de faire aller. Avec l’accord d’Allah, tout ira bien, Inch’Allah. Ça va aller.

Parlons un peu de Kidal. Comment se porte sa situation sécuritaire ?

La sécurité à Kidal est comme presque partout au Mali. Les gens attendaient l’Accord, maintenant ils attendent son application. Il y a de l’espoir, Inch Allah, ça va arriver dans les jours à venir. Ça va se  faire un jour.

Et la situation socio-économique ?

La situation sécuritaire et celle socio-économique sont pareilles. Il faut la paix, il faut la stabilité pour faire le développement.

Sept mois après la signature de l’Accord, quelle lecture faites-vous de sa mise en œuvre ?

Nous, on attend l’application. Mais quelque chose qui est bon, est toujours lent. Il ne faut pas précipiter les choses. Il faut regarder de l’avant pour faire un bon travail. Je pense que c’est le bon travail qu’on est en train de faire.

Avec cet accord, est-ce qu’on peut dire que cette fois-ci, c’est la bonne ?

Je sais que s’il y a la confiance entre les mouvements et le gouvernement, ça sera un bon accord. Ce n’est pas un accord entre un ou deux pays, c’est un accord international. C’est un accord de tout le monde. C’est un instrument très important pour moi. Mon message à tout le monde, c’est de faire instaurer la confiance entre les mouvements et le gouvernement pour faire face à autre chose : la construction de notre pays.

Qu’est-ce que « Terakaft » ?

Terakatf  qui veut dire caravane, regroupement en Kel-Tamacheq  est une association de chefs de fractions et de tribus de la région de Kidal. Son objectif est d’œuvrer pour la paix et la réconciliation nationale.

Existe-t- elle encore ? Si oui peut-elle encore jouer un rôle ?

Elle existe, nous sommes en pourparlers avec des associations de Gao, Tombouctou et les Dogons pour l’élargir. Et elle pourrait jouer un grand rôle dans le cadre de la réconciliation nationale.

Je sais qu’en mai 2014, vous aviez envisagé de réunir chefs de fractions et de tribus. Pensez-vous que cela est possible actuellement ?

Oui, mais le contexte a changé. Les accords ont été signés il faut plutôt veiller à leurs applications. Il faut savoir tourner la page.

Au cours des assises nationales, on a demandé de revaloriser le rôle du chef traditionnel. S’agit-il de lui conférer le pouvoir qu’il avait sous le pouvoir colonial ?

On ne demande rien d’autres que la restauration de ce qu’on nous a enlevé : notre dignité

Merci Amenokal, j’aurais souhaité faire cet entretien chez vous à Kidal.

Mais ici, ne suis-je pas chez moi ?

Mais si Amenokal, vous êtes bien chez-vous ici à Bamako. Vous avez parfaitement raison !

Réalisée par A. V. S. D.

PARTAGER

76 COMMENTAIRES

  1. Les autorités maliennes ont toujours montrées leur ferme volonté de mettre en application ces accords qu’elles ont-elles-mêmes voulus.
    Mais les responsables des autres mouvements signataires de l’accord doivent être sans ignorer que la mise en œuvre d’un tel accord nécessite beaucoup de moyens financiers matériels et humains donc contribuons tous à l’application de cet accord.

  2. La volonté affichée des autorités de Bamako doit un être un gage de bonne foi de leur part. Je pense que le processus de paix ce sont des étapes et le gouvernement va permettre les conditions en place pour les franchir dans les conditions idéales. Il ne sert à rien d’entamer des actions que certaines personnes attendent pour mettre leurs plans sataniques en œuvre.
    Les acteurs engagés doivent parler de la même voix pour une réussite des accords.

  3. L’accord de paix connait des obstacles comme tout accord d’ailleurs mais il y a des avancées.
    Je pense donc qu’il est temps qu’on se donne la main, soutenir le président, nos forces armées, le gouvernement, leurs montrer à quel point ils peuvent compter sur la population, c’est sure que le Mali retrouvera le bonheur car avec l’accord de paix.

  4. Si au_delà de la commission vérité et réconciliation; d’autres structures qu’elles soient communautaires ou étatiques s’investissent dans la recherche de la paix je crois que ce serait un autre pas vers la paix consolidé et il faut encourager toute initiative de ce genre.

  5. “La situation sécuritaire et celle socio-économique sont pareilles. Il faut la paix, il faut la stabilité pour faire le développement”.
    La paix est la prérogative à tout développement; sans paix on ne peut rien construire, on ne peut rien investir car pour qu’un quelconque investissement puisse se faire il faut des garanties en termes de stabilité et je crois que ça ne saurait durer car les parties signataires des accords de paix ont malgré leur volonté et je crois sincèrement que nous sommes sur la bonne voie.

  6. Nous, on attend l’application. Mais quelque chose qui est bon, est toujours lent. Il ne faut pas précipiter les choses. Il faut regarder de l’avant pour faire un bon travail. Je pense que c’est le bon travail qu’on est en train de faire. 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛
    C’est ce genre de parole que nous devons prononcer; et les autres parties signataires de l’accord doivent adopter cette vision des choses plutôt que de toujours crier au scandale.
    La mise en œuvre d’un accord demande beaucoup de moyens donc soyons un peu patients.

  7. Nous devons tous être optimiste quant à la mise en œuvre de l’accord de paix car les signataires multiplient de plus en plus les actes de rapprochement qui sont de nature à favoriser un climat de plus en plus apaisé. Nous devons nous approprier cet accord et aider nos autorités dans leur souci de nous ramener la paix.

  8. L’accord de paix est “un espoir pour tous” et il convient de ne pas le remettre en cause pour un quelconque motif. Nous avons atteints des points de non retour et nous ne devons pas mettre à mal tous ces progrès difficilement obtenus en mal. Vive la paix et l’unité pour une nation plus forte.

  9. Je pense que nous ne sommes plus à l’heure des déclarations qui risquent de compromettre l’accord de paix. Toutes les parties signataires de l’accord d’Alger sont engagés pour sa mise en œuvre malgré les obstacles ça et là. Nous sommes engagés; allons-y sans que rien ne puisse nous détourner de cette voie.

  10. Moi je pense que même si l’accord de paix connait des difficultés; les machines sont déjà lancées et nous ne devons pas compromettre cet accord qui a été obtenu après plusieurs sacrifices.
    Et ce message d’Ag Intallah doit nous interpeller afin que nous puissions tous nous engager dans la mise en œuvre de cet accord.

  11. La lutte contre le terrorisme est une lutte très ardant. Le terrorisme est fléau qui vit partout dans le monde entier. Main dans la main nous pourrons combattre le terrorisme.

  12. 409 commentaires
    La Paix ce n’est pas quelque chose qui vient de l’extérieur. C’est quelque chose qui vient de l’intérieur.
    C’est quelque chose qui doit commencer au-dedans de nous-mêmes; chacun à la responsabilité de faire croître la Paix en lui afin que la Paix demeure générale.

  13. Il est vrai que beaucoup reste à faire pour la mise en œuvre effective de l’accord de paix.
    Mais il faut aussi reconnaitre que beaucoup a été fait par le président tous les signataires et acteurs de cet accord de paix..

  14. Le Mali est en ce moment sur la bonne voie pour aller à la normalisation.Cette normalisation est l’œuvre de tous ceux qui y on t mis du sien pour que notre pays retrouve la paix.
    De grâce,que certains ne viennent pas nous mettre les bâtons dans les roues.

  15. La paix dans notre Maliba est notre bien commun à tous.Nous devons donc travailler pour qu’elle soit effective pour le bonheur de tous. 😛 😛

  16. Pour que cet accord aboutisse il faut une franche collaboration de toute les parties prenantes.
    Alors il faut que nous travaillons tous dans ce sens.
    Vive le paix au Mali.

  17. le président IBK consent actuellement tous les sacrifices possibles pour parvenir à cette paix qui est la base de tout développement durable.
    Je pense que tous les maliens doivent aller dans ce sens pour donner une chance à la paix.
    Les mouvements armés doivent arrêter de poser des conditions stupide et favoriser le retour de la paix pour bonheur de tous les maliens.

  18. Je pense que pour l’application intégrale de l’accord d’Alger, il faut beaucoup d’indulgence et de patience. Car il ne s’agit pas d’aller vite, mais d’aller progressivement et qu’au bout du compte nous ayons les résultats attendus.
    QUE VIVE LE MALI UNI ET INDIVISIBLE DANS LA PAIX ET LA RECONCILIATION! ❗ ❗

  19. La paix dans notre pays est l’affaire de tous.
    Je pense que tous groupes signataires doivent comprendre cela et ne pas s’asseoir pour que la partie gouvernementale fasse tout le travail.
    Que chacun joue sa partition et tout ira pour le mieux.

  20. Il faut que tous les partis signataires de l’accord de paix respectent leurs engagement pour que la bonne application de cet accord, le gouvernement Malien a besoin la contribution de tout un chacun pour que la paix revienne au Mali de façon définitive.
    VIVE LE PRÉSIDENT IBK
    VIVE LA PAIX ET LA RÉCONCILIATION.

  21. A attendre toutes les parties signataires de l’accord, moi personnellement je tire une seule leçon dans leurs propos. Cette leçon n’est autre que l’envie d’aller résolument à la paix et la réconciliation nationale. Je leur demande toujours de faire preuve de sagesse et de responsabilité quant à une sortie parfaite et réussie de celle-ci.
    VIVE LA PAIX! ❗ ❗ ❗
    VIVE L’ACCORD D’ALGER! ❗ ❗ ❗

  22. Certains paramètres restent à être mis en œuvre pour une paix durable et efficace.Nous remercions ces acteurs qui participent pour la mise en oeuvre de l’accord de paix.

  23. Il est très bien de demander que le gouvernement crée un climat de confiance entre lui et et les mouvements armés.
    Mais lorsque certains de ces mouvement ne sont pas prêts à faire ne serait ce que quelques petites concessions,il faut comprendre que se sera très difficile.
    Tout le monde doit donc jouer son rôle pour donner toute sa chance à la paix…

  24. Je pense donc que le support de la mise en œuvre de l’accord qui est la volonté politique est là et le reste est à venir.L’accord de paix a été obtenu après d’énormes sacrifices.

  25. Depuis le signature des accords de paix,le gouvernement malien multiplie les efforts pour son application et sa bonne marche.
    Il est important que tous autres signataires en fassent autant car la paix est l’affaire de tous.

  26. Ceci est un appel à l’endroit du peuple Malien.J’aimerais qu’il s’approprie cet accord et accompagner les acteurs dans leur mission.Ainsi, nous retrouverons la paix tant attendue.

  27. Créer un climat de confiance entre les différents signataires de l’accord de paix?
    Le gouvernement ne fait que cela depuis que ces accords ont été signés .
    Nous avons pour preuve la libération massive de prisonniers qui doit vraiment montrer toute le bonne foi des autorités gouvernementales.

  28. Cette interview accordée par Ag Intalla est la bienvenue en ce sens qu’elle permet d’éclairer la population nationale et internationale sur l’évolution du processus de paix et de réconciliation. J’invite la population Malienne à accompagner et encourager le processus de paix. Le faisant, nous vivrions dans un Mali paisible où il fait bon vivre.

  29. “Mais quelque chose qui est bon, est toujours lent. Il ne faut pas précipiter les choses.”
    Tous nos compatriotes sceptiques à propos des accords de paix doivent adopter cette position de Mohamed Ag Intallah car il ne sert à rien de se précipiter pour finalement aboutir à quelque chose de pas bon pour notre pays.
    Il faut donc être patient car le gouvernement est au travail…

  30. A l’unisson et à l’effort conjugué de tous c’est-à-dire les partis politiques, la Misahel et la population, nous pourrons parvenir à une application stricte de l’accord d’Alger qui favorisera la paix et la réconciliation tant souhaitées…

  31. Nous nous égayons d’apercevoir que les frères qui étaient opposés farouchement décider de faire taire les armes et de donner une place à la paix et la réconciliation nationale. Sincèrement en tant que Malien je me dois d’accompagner et encourager cette initiative et appeler tout le peuple d’aller dans cette dynamique. Car en accompagnant et en encourageant ceux-ci, c’est le Mali qui gagne.
    Vive le MALI uni et indivisible !!!

  32. Il y a un proverbe qui dit que Paix trompeuse nuit plus que guerre ouverte. En effet pour mon pays, je voudrais une paix sincère et durable. Car la paix est un gage de développement durable.

  33. Vivement que la paix et la cohésion sociale qui a toujours prévalu entre les peuples revienne le plus rapidement possible. Car L’intelligence défend la paix. L’intelligence a horreur de la guerre. Le Malien défend la paix et a horreur de la guerre.

  34. Paix et tranquillité, voilà le bonheur que je souhaite tant à notre pays qui a trop souffert de cette crise. Et j’encourage le gouvernement et les protagonistes à tourner la page cette sombre tragédie qui n’honore pas notre chère patrie. Que chacun y mette du sien pour l’application diligente de l’accord pour une paix durable.

  35. “Mon message à tout le monde, c’est de faire instaurer la confiance entre les mouvements et le gouvernement pour faire face à autre chose : la construction de notre pays.”
    Effectivement, il faut que les uns et les autres apprennent à ce faire confiance afin que la mise en oeuvre de l’accord soit effective pour le bonheur de tous. Cette confiance rétablie, je pense que nous pouvons faire face aux grands défis de ce pays notamment sa reconstruction.

  36. Un gouvernement d’union de tous les partis signataires sera mis en place conformément aux accords de paix pour la satisfaction de tous.
    IBK tient à la paix et il a mis tout à la disposition de ce comité pour mener à bien leur mission. Les financements pour la construction du nord s’élève à plus de 300 milliards. Les choses avancent et nous saluons l’ensemble des acteurs de la paix

  37. Nous encourageons tous les partis prenants de cette crise. C’est le Mali qui gagne car nous voulons le développement dans l’ensemble du pays. Il est temps que nous nous donnions les mains pour le grand bonheur de tous

  38. Tous les maliens vous soutiennent dans cette lancée. Homme de conviction, Homme de paix. Merci les maliens ne se sont pas trompés. Nous félicitons et encourageons votre engagement inlassable pour la paix.

  39. Il ne faut jamais se venger, ni par les mots, ni pas les actes, il faut se venger en pardonnant.
    Voilà pourquoi depuis son accession au pouvoir IBK a multiplié les actions de paix et comme on le dit il est facile de faire la guerre que de faire la paix.

  40. Tout le peuple malien doit savoir que ceux qui aiment la paix doivent apprendre à s’organiser aussi efficacement que ceux qui aiment la guerre.
    Sachez que IBK travaille dans ce sens.

  41. Cela montre que tout le monde veut la paix donc ensemble nous encourageons l’applicabilité de ces accords et nous ne pouvons plus craindre d’autre embrasement dans notre pays pour le bien-être du peuple malien

  42. Avec IBK l’applicabilité de ces accords ne seront pas un problème car nous voulons que tout l’ensemble du pays se développe. Bonne mission à la commission de la réconciliation. Il est temps qu’on se parle pour situer les responsabilités et enfin se pardonner pour vivre parfaite symbiose

  43. Il ya un travail de synergie qui se fait selon les prescriptions des accords
    On a le désarmement qui est là avec le cantonnement et le financement des projets et enfin la commission réconciliation et vérité

  44. Aujourd’hui, les accords résument toutes les recommandations des partis signataires si ce n’est la mauvaise foi je pense qu’ils donnent la satisfaction à toutes celles-ci.
    Nous appelons tous les partis au respects strictes des accords aboutissant à une paix durable

  45. C’est la pure vérité, il faut vraiment qu’on se pardonne pour la paix qui est à la base de tout projet de développement.
    Les solutions sont déjà prises dans ce sens pour éviter une autre rébellion

  46. Le gouvernement a toujours respecté sa part de responsivité pour la mise en application de l’accord de paix et de réconciliation à nos frères que bien vouloir voir les réalités de céder à sa facilitation.

  47. Il est quand même important de faite la paix avec nous-même. Le pays a assez souffert il faut que nous vivons comme avant, sinon ça ne vas pas.

  48. C’est dans l’application de l’accord que nous pouvons avoir le Mali de notre souhait.
    Vivement sa mise en application.

  49. Parlant de la construction du pays, nous devons être d’abord nous-même ouverts à la paix avant de proposer quelconque appartenance au pays.
    A nous de faire la paix et personne ne viendra faire cette paix en nos places.
    Vive Le Mali, un Pays de paix…

  50. Aucun accord n’est parfait mais cet accord, je l’ai dit plusieurs fois, constitue une très bonne base pour faire la paix, traiter des questions de fond qui ont entraîné des difficultés au nord de notre pays, restructurer notre appareil sécuritaire et créer ainsi les fondements d’un Etat de nouveau en mesure de faire face à ses obligations.
    Si on l’applique dans la lettre mais surtout dans l’esprit, avec bonne foi, il y a de bonnes chances que le Mali retrouve de nouveau de bons espoirs vers demain.

  51. Je sollicite l’accord
    tu sollicites l’accord
    Il / elle sollicite l’accord
    Nous sollicitons l’accord
    Vous sollicitez l’accord
    Ils / elles sollicitent l’accord.

    Vive l’accord !!!

  52. Cependant des progrès ont été accomplis. Le comité de suivi de l’accord s’est réuni plusieurs fois et a pu adopter son règlement intérieur. Espérons qu’à partir de là, on pourra engager des mesures urgentes sur les plans sécuritaires (cantonnement, désarmement…), humanitaires et de réconciliation (retour des réfugiés notamment) ainsi que les actions de développement. Concernant ce dernier chapitre, la mission internationale d’évaluation des besoins de développement travaille pour trouver des financements et engager ces chantiers.

    Au niveau interne, le Gouvernement a mis en place une instance de coordination et de soutien à la mise en œuvre des actions de l’accord, notamment sur les plans institutionnels et de gouvernance. Il faut également savoir que la collaboration sur le terrain sécuritaire à travers des missions de patrouilles se met en place doucement. Par conséquent, on peut mieux faire mais on n’est pas statique.
    Vive le Mali…

  53. Tout le monde n’a pas intérêt à la paix, notamment les terroristes et les trafiquants de drogue qui feront tout pour que l’accord ne puisse pas être correctement appliqué et que les Maliens ne se réconcilient pas car cela signifierait la fin de leur quiétude et de leurs activités illicites et destructrices pour notre pays et le Sahel. L’accord ne sera jamais en danger si les Maliens se donnent la main pour faire halte à ces vendeurs de morts.

  54. Certes plusieurs accords ont échoué dans le passé lors des régimes précédents, le Mali et les belligérants doivent tout mettre en place pour le respect scrupuleux de cet accord. Le Mali n’est pas seul sur le coup, elle dispose de plusieurs aides internes comme externe, qui lui permettront de mettre en œuvre les principes de l’accord.

  55. Toutes les parties signataires doivent faire comme IBK, ils doivent faire preuve de bonne foi. Le respect scrupuleux de l’accord par les belligérants est la seule manière de donner une suite favorable à la crédibilité de l’accord. Le respect de l’accord du 20 Juin est le seul moyen de sortie de crise qui date depuis fort longtemps. J’invite tous parties à faire preuve de bonne foi, de responsabilité et de maturité.

  56. Tout le monde doit s’y mettre, la paix et la réconciliation c’est pour l’intérêt de tous. D’autant plus que les pourparlers inter-Alger se sont déroulés avec la participation de tous belligérants, alors chacun doit dans la généralité et aussi la particularité faire preuve de bonne foi et acte de patriotisme pour sauver l’accord de paix et de réconciliation dont la crédibilité est mise en cause par différents attaques perpétrés sur le sol malien.

  57. Tous les efforts mise en œuvre pour l’accord ne sont point vaine, Je pense que cet atelier est salutaire et crédible. Cet atelier permet de rassemblée tous les acteurs de la mise en œuvre de l’accord de paix et de réconciliation.

  58. La signature de l’accord de paix était une étape à franchir et la mise en application de l’accord est aussi une autre étape très différente de la signature de l’accord de paix et de réconciliation. Je soutiens le gouvernement dans sa politique de mise en œuvre de l’accord de paix.

  59. Cet accord du 20 juin à un jeu plus qu’important, surtout si elle est appliqué comme il se doit, car le Mali est en train d’écrire l’une des pages importantes de son histoire. L’accord de paix du processus d’Alger est vraiment très salutaire pour notre pays, le Mali ne pourrait en trouver mieux, le plus important reste maintenant la mise en œuvre effectif de cet accord de paix.

  60. IBK a gagné son pari d’une manière général. Malgré, qu’il ait hérité d’un pays qui persiste depuis fort longtemps dans une crise multidimensionnelle, il n’était très évident qu’IBK en résulte, ainsi. Sa gouvernance est salutaire car il est actif dans plusieurs domaines.

  61. ➡ Le retour de la paix dans le nord Mali est certes difficile, mais possible. Tout le peuple malien doit se mobiliser derrière nos leaders, IBK et son gouvernement sont engagés, déterminés pour la lutte du retour et le maintien de la paix et la réconciliation dans le nord Mali. La crise du nord Mali est une crise qui date depuis la veuille de l’indépendance. C’est normal que les maliens doutes de cet accord, car la crise a connu des confusions et beaucoup d’atrocités qui continue jusqu’à présent. Mais IBK et son gouvernement œuvrent pour une paix possible et durable. Les maliens doivent accorder la confiance totale à nos leaders. ➡

  62. La vue la situation et le mode de gouvernance d’IBK nous remarquons que lentement mais surement, il est en, train de relever le défis qui lui a été confié dès sa prise de fonction. La tâche est vraiment pénible mais le président se défend d’une manière salutaire.

  63. La signature de cet accord est favorable pourvu que la paix revienne au Mali. Le gouvernement est actif pour la mise en œuvre effective de cet accord. Cet accord de paix est très favorable pour notre pays car la paix, sécurité, l’intégrité territoriale et la constitution reste toujours à préserver.

  64. La paix sur le papier n’est pas forcement la paix sur le terrain. Certes, IBK et son gouvernement sont conscients de cela, mais l’accord la mise en application rencontre des difficultés ardentes mais pas insurmontables. Les différents acteurs doivent se faire confiance, le gouvernement est déterminé pour le en œuvre effective de l’accord de paix et de réconciliation.

  65. Sans la confiance entre toutes les parties signataires de l’accord de paix issu du processus d’Alger, le retour de la paix avec une mise en application intégrale de cet accord est impossible. C’est la confiance qui sert d’essence à la mise en œuvre d’un compromis. 😆 😆 😛 😛 😛

  66. La confiance entre les groupes armés et le gouvernement malien est important pour une bonne mise en oeuvre de l'accord pour la paix et la réconciliation nationale. C'est cette confiance qui donnera de sens à la paix. Sans cette confiance il ne peut pas y avoir de vraie paix.

  67. Le gouvernement a été le premier à s’acquitter d’un engagement contenu dans l’accord. Il s’agit de la première libération d’une quarantaine de prisonniers des groupes armés qu’il a fait. Cette action est un grand pas vers la réconciliation et la mise en œuvre de l’accord. Je suis sans doute sûr que le gouvernement a déjà commencé à libérer certains prisonniers. Donc la confiance existe déjà entre le gouvernement et les groupes armés.

  68. Certes, il y a beaucoup de défis à relever, mais la volonté des parties est déterminante. Celles-ci se sentent dans l’obligation de mener à bien cet intervalle passager qui vient de s’ouvrir après la signature du 20 juin 2015. Mais il me semble aussi que contrairement au gouvernement, certains groupes ne sont pas de bonne foi. Qu’est-ce que vous voulez que le gouvernement fasse, M. le rebelle?

  69. Ces défis appartiennent à la population et à toutes les parties, Mr le rédacteur. Le comité de suivi est là et il doit être accompagné par la population. Les difficultés qu’a connues la mise en œuvre sont indépendantes de la volonté du gouvernement.

  70. L’application d’un accord de paix relève toujours des défis. Et ces défis sont pour les signataires et la population civile bénéficiaire qu’on est. Cet accord, pour qu’il produise ses effets doit faire l’objet d’une application intégrale. Cela n’incombe pas qu’au gouvernement.

  71. L’application de l’accord est primordiale. Toutes personnes hostiles ou ayant des idées protagoniste sur ce traité doivent toutes être obligées à aller à l’exile. Cet accord est notre unique espoir. Sa mise en œuvre peut même être considérée comme l’une des conditions de l’avancée de ce pays.

  72. Vu les difficultés rencontrés dans l’application des accords déchus sur la même rébellion. Cet accord ne sera pas comme les autres. Il sera un vrai accord, et apportera la solution définitive à notre vieil problème. Les journalistes jaloux vont maigrir.Le gouvernement s’est assumé et continuera de la faire jusqu’à ce que cet accord soit appliqué. 🙄 🙄 😈 😈

  73. Le gouvernement s’est toujours assumé dans la mise en œuvre de l’accord d’Alger. Le plus grand problème dans ce retard réside au niveau des groupes rebelles. Ceux-ci n’arrivent pas jusqu’à présent à s’entendre réellement.

  74. Si les maliens se donnent les mains, les uns et les autres, pour la bonne mise en œuvre de l’accord signé, nous pourront faire en sorte que ce pays soit un exemple de pays où il y a la tranquillité comme il l’était avant la crise de 2012.

  75. La mise en œuvre stricte de l’accord est la seule solution pour la sortie de crise au Mali. Notre a été plusieurs fois confronté à un problème de non application des traités de paix. Le régime actuel et les groupes armés sont tous conscients de ce manque de volonté qui animait les dirigeants et les groupes de l’époque. Le problème actuel est que certaines personne n’ayant pas pris part à la signature sont engagés à compromettre l’application de celui-ci. Cela est loin du fait que le gouvernement ne s’assume pas. Toutes les parties signataires sont représentées dans l commission vérité, justice et réconciliation.

Comments are closed.