Pr Mohamedoun Dicko, à propos de la rentrée dans le gouvernement du président de l’Adema «Une option qui donne à réfléchir »

5

Le dernier remaniement ministériel a été marqué par l’entrée du président de l’abeille solitaire, le Pr Tiémoko Sangaré dans le gouvernement. Cette rentrée a été perçue par des observateurs politiques comme une allégeance de l’ADEMA –PASJ au régime IBK. Qu’en pense le professeur Mohamedoun Dicko de ce choix  du président Tiémoko Sangaré ? Dans un entretien exclusif qu’il bien voulu nous accordé, l’historien  à la retraite, premier secrétaire général de l’ADEMA et aujourd’hui président d’honneur, fait son commentaire sur la question.

Le Pouce: Quelle lecture faites-vous de de l’entrée du président de l’ADEMA PASJ, le Pr Tiémoko Sangaré dans le gouvernement ?

PR MOHAMEDOUN DICKO, : «  C’est une question d’éthique. Les ministres qui  représentent aujourd’hui l’ADEMA au sein du gouvernement sont tous mes jeunes frères. Je pense que la situation a commencé à déraper dans l’ADEMA depuis le congrès de 1994 par rapport à nos fondamentaux et notre éthique politique. C’est pourquoi, en fin 1994, avec un certain nombre de camarades dont Mamadou Lamine Traoré, Tiémoko Sangaré et moi-même, nous sommes partis créer le MIRIA. Nous l’avons fait parce qu’on n’a pas compris l’intervention de l’Etat dans les affaires intérieures du parti. Jusqu’à présent, je condamne cette pratique. Je pense que l’Etat n’a pas à s’immiscer dans les affaires intérieures du parti ; tout comme le parti n’a pas, selon la démocratie actuelle, le droit d’intervenir de façon intempestive dans les affaires de l’Etat. Notre ligne était  claire au départ. L’ADEMA se veut un parti démocratique, un parti  de progrès, un parti de révolution, un parti créé pour les populations du Mali. Ce parti a été créé pour une autre intention au peuple dans la vie de la nation. Je ne suis pas un politicien. Je suis un militant. Nous ne sommes pas venus à la politique pour faire le politicien. Pour moi, le politicien c’est ce type qui manœuvre, qui manipule, qui calcule, qui cherche à s’agripper à quelque chose. Depuis ce congrès de 1994, des situations nouvelles se sont créées au sein du parti, pas seulement avec l’arrivée des nouveaux. C’est dire, que ce congrès bizarre a complètement déboussolé les gens. On s’est progressivement éloigné de nos méthodes de faire. Pourtant à ses premières heures, c’était un parti assez rigoureux. Mais avec cette situation, j’utiliserai l’expression qu’on perdu le nord. Quand des gens à un certain niveau de responsabilité de l’ADEMA entre dans le gouvernement, cela me parait être une option qui donne à réfléchir. D’abord, je précise en tant que président d’honneur, je nullement pas été consulté sur ce choix. Maintenant, aux ministres ADEMA de faire en sorte que leur participation à l’action gouvernementale ne puisse pas affaiblir le parti. Je crois qu’ils doivent plutôt œuvrer pour ne pas détourner l’orientation du parti. Cependant, il faut savoir que nous sommes dans le jeu politicien. La gestion de l’ADEMA ne doit pas être une affaire de personne. Un dirigeant peut certainement faire des choses qui peuvent ne pas plaire aux militants, mais cela ne doit pas créer des problèmes à l’ensemble du parti. C‘est  en cela que ces jeunes ministres doivent s’atteler. A mon avis,  l’ADEMA dispose des moyens et des ressources pour faire face à ces genres de situation. Le parti est encore mieux structuré et son passé influence toujours l’opinion des gens.  Nous sommes dans une situation très complexe dans laquelle personne ne sait où va le pays. Avec la rébellion et l’affaiblissement de l’autorité de l’Etat, la perte de notre souveraineté, des idéologies bizarres sont venues pourrir notre atmosphère politique. Les gens ne savent plus ce qu’ils veulent et ce qu’ils doivent faire concrètement. La question de vieux et de jeunes  dans la nomination des postes de responsabilité est un faux débat. Opposer les vieux et les jeunes n’existe pas en vraie politique. Ces idéologies de génération importées sont de nature à polluer notre paysage politique. C’est une situation difficile mais réelle.  Je pense qu’ils sont conscients de ce qu’ils font.  C’est tout ce qui fait que les uns et les autres se fabriquent. Chacun cherche sa tête. Ce qui doit rester inchangé, c’est les orientations de départ. Il s’agit donc de combattre pour la démocratie. L’ADEMA a été créé dans le combat et dans la révolution. Le parti n’a pas d’autre choix. Ceux qui ont fait la révolution pour créer ce parti et qui ne sont plus de ce monde, doivent être des sources d’inspiration pour les cadres d’aujourd’hui à commencer par les premiers responsables.  L’ADEMA a été créée dans la révolution. Ceux qui ont créé l’ADEMA n’avaient pas des ambitions pour des places. Ils avaient plutôt des ambitions réelles pour la situation qui prévalait à l’intérieur du pays. Je ne suis pas un donneur de leçons.  De toutes les façons, Tiémoko  Sangaré est responsable de ce qu’il fait. Il est jeune par rapport à nous autres, mais politiquement, il n’est pas jeune. Il a une certaine expérience qui lui permet de mesurer la teneur de sa responsabilité dans l’action gouvernementale par rapport aux objectifs du parti. Je souhaite tout simplement que l’action gouvernementale lui permettra de comprendre davantage beaucoup de choses pour servir le parti. En réalité, nous sommes dans une situation qui fait que les partis politiques doivent être reformés. Comme disait Tiémoko lui-même, il faut retourner aux options de départ. A mon avis, il  ya un dérapage général des partis politiques. C’est valable pour toutes les forces politiques.  Il faut, au sein des partis de la rigueur dans les choix et dans la démarche de contact avec la population. Aujourd’hui, il, est  regrettable de constater que les partis politiques ne jouent pas le rôle que la population souhaiterait  qu’ils jouent. C’est pour cela qu’on a ouvert la voie à d’autres forces. Ce qui fait qu’il ya une certaine anarchie dans le paysage politique. Toute le monde vient  et se fait donneur de leçons. Tout le monde a des projets. Alors que ce n’est pas vrai. Ce n’est pas les diplômes qui font le politique. C’est le travail sur le terrain, le contact avec les gens, l’engagement politique pour les populations qui font la différence. Le bon dirigeant politique est celui qui accepte de sacrifier ses intérêts pour la cause du peuple. Aujourd’hui, on est calculateur. Mais cela ne sert pas le pays ».

Le Pouce : Quels conseils donnez-vous  à ces ministres ?

PR MOHAMEDOUN DICKO : « Je leur dis de penser toujours à la vie de leur parti, et aux difficultés que les Maliens rencontrent tous les jours, quel qu’en soit la circonstance dans laquelle, ils pourront se trouver. Bref, c’est de penser au pays où l’insécurité est grandissante. S’il doit avoir atteinte à ces éléments, c’est à eux de dire que ça suffit. Cela est important. Pour ce faire, il est  de leur devoir de penser à chaque fois à ceux-là qui sont morts pour la démocratie et la liberté des Maliens. A titre d’exemple, je citerai Abdrahamane Baba Touré, premier docteur en physique au Mali, qui a toujours refusé d’entrer au gouvernement ; Ibrahima Ly ; Abdoulaye Barry. En pensant à ces illustres cadres, je pense que les ministres ADEMA pourront éviter des errements. Quand on fait un choix, il faut s’assumer »

Entretien réalisé par Jean Goïta

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. C’est l’ absence criarde d’hommes de conviction qui pénalise fortement ce pays.
    Pendant les premières heures de la révolution,les convictions s exprimaient .Mais depuis le fameux congrès de 1994 de l’ ADEMA où un clan animé par feu MOHAMED LAMINE TRAORÉ a été écarté des instances du parti au profit du premier ministre un certain IBK,l ADEMA et le pays ont été envahi par des OPPORTUNISTES charognards.
    Cette course poursuite pour les deniers publics s’est accentué avec ATT,lui qui devaient y mettre fin.
    Le professeur MOHAMEDOUN DICKO a le mérite de situer l’ origine des problèmes actuels de notre démocratie.
    Le peuple n’est pas au bout de ses peines puisque le premier responsable de cette déroute a été vaillamment élu (désormais remis en cause avec l’éventuelle déclaration du capitaine général SANOGO)par le peuple malien IBK.
    La première personne qui regrette ,aujourd’hui,énormément ce choix président du parti et premier ministre est ALPHA OUMAR KONARE .Quand il s’est rendu compte de son erreur,le mal était déjà fait.
    Pourquoi n’a t’il pas fait campagne pour l’empêcher de prendre la tête de la république pour le bien de l’intérêt général ?
    Ou bien faisait il trop confiance à la maturité du peuple malien ?
    IBK a t’il été réellement élu par les maliens?
    La lenteur du dossier SANOGO n’explique t elle pas la peur de la découverte de la vérité sur les élections présidentielles de 2013?
    La proximité d IBK avec les proches de SANOGO ne crée t elle pas le doute?

    • @sangare.Je crois que le général 4* Amadou Aya SANOGO et l’ex-CNRDRE n’étant plus aux affaires lors des dernières présidentielles ne pouvaient donc rien fait pour que ce soit lui IBK le président!Par contre c’est le peuple malien, qui à la recherche de fermeté côté gestion du pays pour combattre la rébellion s’est trompé dans son choix en votant celui qui est au pouvoir aujourd’hui.C’est lui IBK seul qui parmi tous les candidats était sensé apte à laver l’affront que venait de subir notre peuple…nous croyions tous.

      • Comment expliquez-vous la proximité d IBK avec les membres très proches de SANOGO ?
        Si SANOGO est en prison,c’est parce que la communauté internationale s’en est mêlée.
        Tous ses proches ont été placés dans les postes importants comme pour service rendu.
        IBK n’a jamais eu un appareil électoral digne lui permettant de remporter une élection présidentielle
        Une popularité seule ne permet pas de remporter une élection .
        Enfin le procès de SANOGO tarde.

  2. La sagesse a parlé!Merci M.DICKO.Il n’y a plus de “moussalaha” possible entre vous leaders d’opinions apolitiques et tous ces politiciens de la place…

Comments are closed.