Comité de Suivi de l’Accord(CSA) à Kidal : « Nous sentons une certaine confiance qui s’est établie entre les parties signataires de l’accord… »

6

Six membres du gouvernement ont effectué le déplacement de Kidal, depuis la veille, pour prendre part à ce Comité de suivi de l’accord. Il s’agit des ministres de la sécurité et de la protection civile Modibo Koné, de la réconciliation nationale Ismaël Wagué, de la refondation de l’État et des relations avec les institutions Mohamed Coulibaly, de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche Mahmoud Ould Mohamed, de l’emploi et de la formation professionnelle, Mohamed Salia Touré, de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille Bintou Founé Samaké. Le gouverneur de la région de Kidal, le Colonel Fodé Malick Sissoko, ne cachait pas sa satisfaction de voir flotter le drapeau malien devant le gouvernorat, ainsi que le mur faciale de la salle du Comité de suivi drapé des couleurs vert or rouge. Une photo qui ne peut pas cacher les nombreux pick-up contenant des combattants des mouvements, qui jalonnent le long de la route de l’héliport à l’intérieur de la ville, surmontés du drapeau de la CMA. Les combattants tiennent la ville de Kidal et y assurent la sécurité des personnes et des biens.

La présence de la CMA et des deux plateformes dans la salle a fait dire au Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU au Mali, Mahamat Saleh Annadif, que ce jour devrait être marqué par le sceau particulier. Depuis cinq qu’il est au Mali, part aux CSA, c’est la première fois qu’il voit autant de participants, avec les cinq membres permanents du Conseil de sécurité, qui sont représentés au plus haut niveau. Ainsi ont pris part à ce premier CSA délicieux, les Ambassadeurs de France, des États-Unis, de Chine, de Russie, du Royaume Uni, et tous les pays africains voisins impliqués dans l’accord  pour la paix et la réconciliation, comme le Nigeria, la Mauritanie, le Niger, le Tchad, le Burkina Faso. L’Union africaine et la Cedeao à travers leurs représentants à Bamako ont pris part au CSA de Kidal. En outre, le ministre français des Affaires étrangères, Jean Yves Ledrian d’une part et l’Organisation islamique  étaient connectés pour communiquer par visioconférence.

Mahamat Saleh Annadif a souligné la solidarité de la communauté internationale, à travers sa présence à Kidal, car le chemin pour y parvenir a été parsemé d’embuches. « Si nous y sommes parvenu, c’est d’abord l’environnement de la présidence de la médiation internationale à travers l’Algérie, et aussi la volonté des Maliens eux-mêmes, car depuis un certain temps nous sentons une volonté politique. C’est ce qui avait manqué dans la mise en œuvre politique de l’accord. Nous sentons une certaine confiance qui s’est établie entre les parties signataires de l’accord. Une relation décomplexée est en train de se créer, d’une part entre le gouvernement et les responsables des mouvements, et d’autre part entre le gouvernement et les partenaires du Mali ». Pour le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU au Mali, c’est ce qui a permis d’avoir une nouvelle dynamique. Selon lui, cette dynamique doit au bout se matérialiser par les dividendes de la paix pour les populations maliennes.

« Dans moins de cinq mois, nous serons appelés à faire le bilan de six ans d’efforts consentis pour restaurer la paix et la cohésion au Mali », a déclaré le ministre algérien des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, président de la présente session du Comité de suivi de l’accord. La mise en œuvre de l’accord a certes accusé du retard, en raison d’un environnement complexe auquel s’est greffée la crise sanitaire du Covid-19, selon le ministre algérien. Il a encouragé la médiation à « continuer de manière progressive, sereine et évolutive dans la stabilité tant recherchée. »

Le ministre de la réconciliation nationale Ismael Wagué a rappelé les décision du Conseil de sécurité des Nations-Unies et du sommet de Pau en ce qui concerne le DDR (Démobilisation, désarmement et réinsertion) et d’intégration accélérée : 3000 combattants devaient passer par le processus accéléré pour être intégrés dans les forces de sécurité, selon le ministre de la réconciliation nationale. Les questions de développement et l’opérationnalisation du fonds de développement durable ont été abordées par le ministre, qui indique que le comité de gestion tenu en décembre 2020 a retenu seize projets pour un montant de plus de 38 milliards de FCFA. Le dernier mot reviendra au comité de pilotage de ce fonds qui se réunira sous la présidence du Premier ministre.

A la fin des travaux du CSA l’Ambassadeur de France au Mali, Joël Meyer, a souligné la symbolique du lieu : Kidal, même s’il ne faut pas résumer toute la problématique de l’accord de paix à celui de Kidal, dit-il. Il a souhaité que cette réunion consacre le retour de l’ensemble des services de l’État malien au nord. « Au-delà du symbole, ce qui est important, c’est de poursuivre le travail sur le fonds. Il y a une feuille de route qui a été actualisée par tous les acteurs, et qui trace des objectifs très précis, des étapes avec un chronogramme, c’est ce à quoi il faut s’atteler maintenant ». Joël Meyer a précisé qu’il pense notamment « à la question du DDR global, à l’intégration des ex combattants dans l’armée, la police ou dans la réinsertion économique. Nous félicitons la réunion qui s’est tenue le 9 février entre les parties signataires, le gouvernement et les mouvements. Je suis heureux d’entendre que cette réunion va se poursuivre dès le lendemain de ce CSA (Comité de suivi de l’accord) pour avoir un accord sur l’ensemble du DDR global », a poursuivi l’Ambassadeur de France au Mali. A cela s’ajoute les questions du quota, du commandement. « Je suis heureux d’avoir aussi entendu que le comité de pilotage du fonds de développement durable qui doit financer des projets en particulier pour le nord se tiendra bientôt également sous l’égide de Monsieur le Premier ministre. C’est important aussi que le Conseil national de transition puisse adopter le plus vite possible cette loi sur la police territoriale qui est importante », selon Joël Meyer. « Il faut capitaliser ces acquis mais ne pas s’arrêter au symbole, il faut continuer sur le fonds, il y a beaucoup de choses qui sont atteignables très vite ces prochains mois, j’ai parlé du DDR, j’ai parlé des projets pour le nord, j’ai parlé de la police territoriale, je parle du retour pour achever la troisième compagnie du bataillon reconstitué à Kidal, pour assurer ses missions régaliennes de sécurisation et de protection notamment des bâtiments administratifs ». Selon l’Ambassadeur, la confiance renouvelée entre les parties signataires est perceptible. « C’est grâce à ces confiances que ça nous encourage aussi à aller de l’avant à accompagner le Mali, toutes les parties à réaliser leurs objectifs de mise en œuvre de l’accord de paix. Je rappelle que la France a fait un don de 2 millions d’euros pour ce fameux fonds du développement durable et des projets consacrés au nord du pays », indique Meyer.

B. Daou

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. LA CONFIANCE DE QUEL COTE? DU COTE REBELS OU DU COTE PEUPLE OU BIEN DU COTE DES ”DIRIGENTS NAIFS FENEANTS” ?

    ATTENTION LES FILS D ABRAHAM DE DEUXIEME GENERATION SONT DES INTRUS CHEZ NOUS, ILS USERONT DE BEAUCOUP DE RUSES A CHAQUE FOIS QU ILS PEUVENT PERDRE, ET FORTIFIENT LEURS VICTOIRES SUR LA TERRE, LA TERRE QU ILS DOIVENT OCCUPER POUR L ARABIE ET L ISLAM, SOYEZ TRES VIGILENTS , IL N Y A PAS DE CONFIANCE , PAS AVEC CES GENS!

  2. McROND MANU SODO SAVAIT DEPUIS LONGTEMPS QU' IL NE PEUT PAS ALLER AU TCHAD, DE PEUR D' Y RESTER Á JAMAIS...

    ENCORE, VOICI LE DESSOUS DES CARTES DE LA QUESTION “KIDAL”:

    LA FRANCE A ÉCHOUÉ, LA FRANCE A TOUT PERDU AU MALI….LA FRANCE LE SAIT….

    CE QUE LA FRANCE FAIT C’ EST TROUVER UNE SORTIE TOUT SIMPLEMENT, ET CHERCHE LE TEMPS DE LE FAIRE….McROND MANU SODO A DES PRÉOCUPATIONS INTERNES BRULLANTES , VOIRE MORTELLES : LES FRANCAIS DE SOUCHE “IRONT LE CHERCHER”…

    MDR…!!! MDR…!!! MDR…!!!

    SURTOUT APRES LA CONVOCATION Á TOUR DE ROLE, CHEZ McROND MANU SODO, DES GARCONS NEGRES AUX CHEVEUX BLANCS, DES ÉTERNELS BLAN’KORO…….ÉTERNELS ASSISTÉS MENTAUX, INCAPABLES DE SE PRENDRE EN CHARGE…

    ET MAINTENANT NOS ILLUSTRES BLA’NKORO NATIONAUX VONT FIGURER Á N’DJAMÉNA….AU G5-SAHEL SIMULACRE DE LUTTE ANTI-TERRORISTE, SANS LA MACRONNIE COVIDée Á LA PUISSANCE 19, 20 ET 21 ….

    LA FRANCE SE CHERCHE, ET TROQUE DÉSESPÉRAMENT SES POSITIONS GÉOPOLITIQUES NÉO-COLONIALES ET ESCLAVAGISTES…

    LE CEMOC EST DE RETOUR…..LA FRANCE A TRES MAL JOUÉ…ET LE MNLA VOIT AUSSI LE VENT TOURNER DE DIRECTION, ET LA TRAHISON FRANCAISE AUSSI…

    LE G5-SAHEL SE TIENT QUAND MEME……

    CAR IL FAUT FIGURER…..
    FIGURER…..FIGURER…..FIGURER…..TEL EST LA DÉVISE DES NEGRES DE SALON…..

    LE SIMULACRE….LE SIMULACRE….LE SIMULACRE….TEL EST LA CROYANCE DE NOS NEGRES INVERTÉBRÉS Á LA TETE DE NOS PSEUDO-ÉTATS….

    EN SOMME , McROND MANU SODO A PEUR DE QUITTER SA CACHE SÉCURISÉE….

    N’ AVAIT-IL PAS DÉCLARÉ AU BRAVE PEUPLE DE FRANCE “..QU’ ON VIENNE ME CHERCHER…” ….?

    EH BIEN CE TEMPS EST VENU…ET McROND MANU SODO RISQUE BEAUCOUP EN FRANCE…RISQUE DE SE FAIRE KADHAFFIser PAR LES PEUPLES DE FRANCE , CEUX DE SOUCHE….!!!!!!

    LA DÉFLAGRATION POPULAIRE FRAPPE DÉJÁ AUX PORTES DES PALAIS….

    • IL FAUT QUE LES FRANCAIS DE SOUCHE SE DRESSENT HAUT-FORTS!

      AUSSI LES PEUPLES DE SOUCHE PARTOUT DANS LE MONDE SURTOUT DANS LE SAHEL POUR FAIRE BARRAGE AUX NAA MAA DENW QUE LES DJIHADS DEPUIS DES SIECLES, ONT LAISSE SUR NOS TERRES NOIRES!

  3. La présence de la CMA et des deux plateformes dans la salle a fait dire au Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU au Mali, Mahamat Saleh Annadif, que ce jour devrait être marqué par le sceau particulier. Depuis cinq qu’il est au Mali, part aux CSA, c’est la première fois qu’il voit autant de participants, avec les cinq membres permanents du Conseil de sécurité, qui sont représentés au plus haut niveau. Ainsi ont pris part à ce premier CSA délicieux, les Ambassadeurs de France, des États-Unis, de Chine, de Russie, du Royaume Uni, et tous les pays africains voisins impliqués dans l’accord pour la paix et la réconciliation, comme le Nigeria, la Mauritanie, le Niger, le Tchad, le Burkina Faso. L’Union africaine et la Cedeao à travers leurs représentants à Bamako ont pris part au CSA de Kidal. En outre, le ministre français des Affaires étrangères, Jean Yves Ledrian d’une part et l’Organisation islamique étaient connectés pour communiquer par visioconférence.

    Merci à eux Tous.
    Vivement la paix au Mali

  4. Les touareg séparatistes ont enfin compris que c’était ne pas eux seuls qui souffraient dans notre Mali depuis l’indépendance de ce pays quant à la gestion de la cité. Malgré la souffrance des populations noires, elles n’ont pas pris les armes contre leurs régimes successifs depuis la nuit des temps. Les populations négroïdes se sont battues dignement en vrai stoïciens dans la souffrance, si ces populations avaient fait comme les touareg séparatistes, le Mali allait disparaitre depuis la première République sous le régime de Modibo KEITA. Comment une population minoritaire comme les touareg séparatistes, à peine 0,5% des vingt millions d’habitants peut-elle prendre des armes contre leur pays? Ces touareg pensaient que c’est les noirs qui les oppressaient, aujourd’hui ils ont tout compris, car ils sont plus nantis que les noirs qui continuent leur souffrance devant eux. Nous espérons que ces touareg séparatistes se tiendront en bonne posture désormais dans la gestion de la cité.

    • Oui certains parmi eux ont compris et travaille honnêtement et dignement, mais beaucoup de bandits paresseux parmi eux qui perturbent la quiétude.
      Près de 10 ans perdus pour ce pauvre petits pays!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here