Le président de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA), Alghabass Ag Intallah : .« Nos 900 déserteurs n’ont pas encore réintégrés les FAMA » .« Le gouvernement n’a pas encore rempli nos conditionnalités »

3

Suite à notre article, intitulé : « Le colonel Koné de la DIRPA à propos des rappels de 7 ans de salaires au réintégrés des FAMA,  c’est faux et archifaux, les réintégrés seront pris en charge à partir de janvier 2019 »,  paru dans notre dernière édition, nous avons reçu l’appel du président de la CMA, Alghabass Ag Intallah pour nous préciser que son mouvement ne se sent pas concerner  par cette déclaration du Colonel. Il avance trois raisons.

La première est relative à l’absence des éléments de la CMA dans le groupe qu’a réintégré, puis cantonné dans  les différents centres de formation.

La deuxième porte sur l’absence totale d’accord entre le gouvernement et la CMA sur la problématique des grades, des avancements des réintégrés, et leur réaffectation éventuelle.

La troisième raison concerne les discussions sur « la reconstitution d’une armée réunifiée » que le gouvernement tarde à ouvrir.

A la question de savoir si la CMA ne joue pas la carte de l’extrémisme, voire du  jusqu’auboutisme, notre interlocuteur réagit en ces termes : « Pas du tout. Nous sommes attachés à l’application stricte de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger. Nous n’avons aucune nouvelle doléance, nous voulons simplement le respect du document que nous avons tous signé. Nous attendons donc que le gouvernement accepte l’ouverture de négociations sur les conditions de réintégration de nos Forces armées et de sécurité ».

En clair, les 450 réintégrés, en formation à Faladiè, Markala, Séguéla (Kayes) n’incluent aucun élément de la CMA. Selon Alghabass Ag Intallah, il y a un ou deux  personnes disparates qui y sont, mais pas au nom de la CMA.

« Nos neuf cent éléments n’ont pas encore réintégrés. Ils attendent des meilleures conditions dans la perspective de discussions sur la réunification de l’Armée nationale », a-t-il conclu.

El Hadj Chahana Takiou

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Écoutez ,parlez de 900 combattants déserteurs après tous les morts enregistrés leurs rangs est aberrant.
    De deux choses l’une :
    – ou vous allez remplacer les morts par d’autres ;
    – ou les anciens intégrés n’ont jamais participé aux différents combats, alors si cette dernière hypothèse est, le MNLA n’a pas d’armée en dehors des terroristes dont il est la branche politique.
    Je peux me tromper, mais comme dirait l’autre:《Les faits sont têtus 》.

  2. Où est le problème s’ils ne sont pas intégrés! Il faut les intégrer dans vos lois et mesures que vous aviez prises tout dernièrement! ! ! ! ! ! C’est plus pratique et plus rapide que le “gouvernement”!

    Une chose est sûre et certaine: un jour viendra où le peuple Mandenka se lèvera de mainière unanime, spontané et déterminé pour mettre fin à ces fourbéries dignes de Scapin!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here