Opérations de paix au Mali : Aide ou mise sous tutelle, s’interroge le CERM ?

0

Le mercredi, 18 novembre dernier, l’hôtel Salam de Bamako a abrité un important colloque. Le thème débattu était : «Opération de maintien de la paix au Mali : Aide ou mise sous tutelle ?»

 

Ladite cérémonie conjointement organisée par le CERM, la SIPRI et la FONDATION FRIEDRICH EBERT STIFTUNG, a regroupé plusieurs structures et personnalités engagées en faveur de la paix au Mali. Il s’agit notamment d’Ousmane Sy, président CERM ; de Moussa Mara, ancien chef de gouvernement et membre de CERM ; de Jean H. Fahlbusch de la Fondation Friedrich Ebert et de. Jair Van Der Lijn de SIPRI…

 

Organisé dans le but de faire émerger des propositions, recommandations et alternatives favorisant une synergie d’actions entre tous les acteurs de la crise au Mali, notamment dans ses aspects de paix et de sécurité en mettant un accent particulier sur l’opération de maintien de la paix au Mali, ledit colloque a aussi pour but d’engager la réflexion sur les voies et moyens permettant d’assurer une cohérence d’ensemble aux actions menées en faveur de la sortie de crise par l’ensemble des acteurs, spécifiquement des autorités maliennes et de la Minusma.

«Au nom de mes collègues de CERM, je souhaite la bienvenue à tous ceux qui ont effectué le déplacement pour venir soutenir cette belle initiative en faveur de la paix au Mali. Ce colloque va nous permettre de débattre des questions pertinentes nous servant de gérer la cris », disait Ousmane Sy, président du CERM dans son discours d’ouverture.

À la suite de M. Sy, Jean H. Fahlbusch de la Fondation Friedrich Ebert dira que c’est un réel plaisir pour eux de prendre part à cette importante activité. «Nous avons, dans un passé récent, organisé un colloque allant dans le même sens que celui d’aujourd’hui. Et il a été constaté que peu de Maliens dispose d’informations fiables sur les missions onusienne dont la Minusma», a-t-il dit. Selon lui, l’occasion est un rendez-vous du donner et du recevoir.

«Cette réunion est pour nous une bonne occasion de mieux faire connaître notre organisation SIPRI, qui est internationale et ouverte au monde entier. Le Mali est un endroit spécial pour notre organisation, raison pour laquelle, j’ose croire que cette journée contribuera à clore le chapitre de la crise malienne», a dit Jair Van Der Lijn de SIPRI.

Plusieurs thèmes pertinents ont été débattus par des experts en la matière. «La crise malienne en relation avec le Sahel et le Maghreb», a été décortiquée par Moussa Mara. «Rôle des acteurs de la crise malienne dans le cadre de l’Accord pour la paix et la réconciliation : quelles interactions ?» présenté par Makan Moussa Camara, président Fondation Balanzan. «Analyse des convergences, divergences et besoins d’adaptation entre les textes et lois de la République et les dispositions de l’Accord», présenté par le Professeur Mamadou Fomba, enseignant-chercheur. «Missions de maintien de la paix : enjeux et perspectives dans l’espace sahélo-sahélien», par Jair Van Der Lijn, directeur de programme de SIPRI. «Opération de maintien de la paix et souveraineté nationale», présenté par Soumana Sacko, ancien Premier ministre. «Alternatives nationales, sous-régionales et régionales pour assurer la sécurité dans l’espace sahélo-saharien : le cas du Mal », a été présenté par le Général Ismaïla Cissé.

KANTAO Drissa

PARTAGER