Paraphe d’un accord de paix à Alger entre le Gouvernement malien et les mouvements politico-militaires du Nord, dimanche dernier Le monde entier salue une “victoire” pour la nation malienne

0
Cérémonie de signature de l'engagement d'Alger.
Cérémonie de signature de l’engagement d’Alger.

LES PAYS VOISINS APPROUVENT

  1. Ould Mogeya Abdallah de la Mauritanie. “Cet accord sera porteur d’espoir prometteur, et c’est une victoire pour la nation malienne toute entière”, a déclaré l’Ambassadeur de Mauritanie, Ould Mogeya Abdallah. Le document paraphé par les parties maliennes “invite au retour de la paix et la stabilité au Mali et dans l’ensemble de la région”, a ajouté M. Ould Mogeya. Il a réitéré l’engagement de la Mauritanie a apporter son soutien à la mise en œuvre de cet accord, appelant la communauté internationale et les pays voisins à accorder leur appui.
  2. Domminique Djandjan du Burkina Faso. Pour le représentant du Burkina Faso, Domminique Djandjan, cet accord est “une œuvre commune conçue de manière inclusive” avec l’objectif de “parvenir à un compromis qui ouvre une nouvelle ère de gouvernance avec l’implication de la population”. Réaffirmant l’engagement de son pays à accompagner les Maliens dans le chemin vers la paix, M. Djandjan a invité les parties maliennes et la communauté internationale à faire en sorte que l’accord soit traduit sur le terrain.
  3. Mohamadou Adbdoullah du Niger. De son côté, le représentant du Niger, Mohamadou Adbdoullah a soutenu que l’accord paraphé à Alger est “le fruit d’un effort collectif sous le leadership de l’Algérie (chef de la médiation).” “Il constitue une étape importante sur le chemin de la paix et de la réconciliation” au Mali et “ouvre une nouvelle ère d’espérance pour le peuple malien”, a-t-il dit, en mettant en exergue la nécessité de la mise en œuvre effective de cet accord.

Le représentant du Tchad. Le représentant du Tchad qui a exprimé sa satisfaction suite à la signature de l’accord, a encouragé “toutes les parties à poursuive et ne ménager aucun effort pour aboutir à une solution globale est définitive du problème malien”. Il a demandé à ceux qui n’ont pas encore paraphé l’accord de le faire le plus tôt possible “dans l’intérêt du peuple malien”.

Le représentant du Nigeria. Le représentant du Nigeria, qui ne fait pas partie de la médiation, a quant à lui souhaité que les Maliens travailleraient la main dans la main pour parvenir à la prospérité.

LES ORGANISATIONS INTERNATIONALES

  1. Nabil al Arabi, secrétaire général de la Ligue arabe. La Ligue arabe s’est félicitée du paraphe dimanche à Alger de “l’accord de paix et de réconciliation au Mali” sous l’égide de l’Algérie. Dans un communiqué, le secrétaire général de la Ligue arabe Nabil al Arabi a salué “les efforts consentis ces derniers mois par la médiation algérienne pour le règlement de la grave crise au Mali et le retour de la stabilité dans la région”, ce qui permettra, a-t-il dit, de se consacrer “au processus de développement et à la lutte contre le terrorisme et le crime organisé transnational”. M. al Arabi a appelé “tous les groupes militaires du Mali à adhérer immédiatement au processus de paix et à signer l’accord de paix et de réconciliation”.

Mme Nkosazana Dlamini-Zuma, Présidente de la Commission de l’Union Africaine (Ua). La Présidente de la Commission de l’Union Africaine (Ua), Nkosazana Dlamini-Zuma, a salué dimanche le paraphe à Alger de l’accord de paix et de réconciliation au Mali. Mme Dlamini-Zuma a exprimé, dans une déclaration, “la reconnaissance de l’Ua au président de la République Abdelaziz Bouteflika, pour les efforts soutenus et les sacrifices consentis par l’Algérie, chef de file de la Médiation, en vue de promouvoir le retour de la paix et de la concorde au Mali”.

Elle a exprimé également son “appréciation aux pays et organisations membres de l’équipe de la Médiation, pour leur engagement inlassable et leur contribution à l’avancée importante que représente le paraphe de l’accord”.

La Présidente de la Commission a souligné que “ce document constitue un compromis équilibré prenant en compte les préoccupations de toutes les parties, dans le respect scrupuleux de l’unité, de l’intégrité territoriale et de la souveraineté du Mali, ainsi que du caractère laïc de l’État.” “Sa signature et sa mise en oeuvre diligente et effective permettront de régler durablement la crise que connait le nord du Mali, de stabiliser cette région et d’en accélérer le développement socio-économique. Elles faciliteront également une lutte plus résolue contre le fléau du terrorisme et de la criminalité transnationale organisée”, a-t-elle ajouté.

Mme Dlamini-Zuma a félicité le Gouvernement du Mali et les parties concernées “pour l’esprit de responsabilité dont ils ont fait preuve et pour leur volonté d’oeuvrer à une sortie de crise définitive”.

Elle regrette profondément que “la Coordination des Mouvements de l’Azawad n’ait pas paraphé le document d’accord en même temps que les autres Parties, et forme l’espoir que la Coordination souscrira, dans de très brefs délais, au dit document.”

La Présidente de la Commission a exprimé “l’engagement de l’Ua à apporter tout son appui à la mise en oeuvre de l’accord”.

Federica Mogherini, Haute Représentante de l’Union Européenne et Neven Mimica, Commissaire à la coopération internationale et au développement. L’Union Européenne (Ue) s’est félicitée dimanche du paraphe à Alger de l’accord de paix et de réconciliation au Mali. “L’accord intervenu aujourd’hui à Alger représente une étape significative visant à instaurer une paix durable au Mali. A cette fin, les efforts déployés par l’Algérie depuis de nombreux mois, ainsi que ceux de tous les membres de la médiation à laquelle l’Union européenne appartient, ont permis de parvenir à un tel résultat”, ont souligné la Haute Représentante de l’Ue, Federica Mogherini, et la Commissaire à la coopération internationale et au développement, Neven Mimica, dans une déclaration.

L’Ue appelle les parties n’ayant pas encore paraphé l’accord à “revenir dès que possible, après avoir consulté une dernière fois leur base, afin de marquer leur adhésion définitive à un texte issu de compromis difficiles et âprement négociés entre tous les acteurs.” “L’Union européenne sera un membre actif du Comité de suivi qui sera mis en place afin d’accompagner la mise en oeuvre de l’accord de paix et poursuivra ainsi son engagement en faveur de la paix et du développement au Mali”, selon la déclaration.

LES USA

Mme Joan A. Polaschik, ambassadrice des États-Unis en Algérie. L’ambassadrice des États-Unis en Algérie Mme Joan A. Polaschik, s’est félicitée dimanche du paraphe à Alger de l’accord de paix et de réconciliation au Mali et a exprimé le soutien du Gouvernement américain au processus d’Alger.

L’accord paraphé par les parties maliennes est une “forme cruciale pour restaurer la sécurité, promouvoir la paix durable, soutenir le développement économique et améliorer la gouvernance et la justice”, a souligné Mme Polaschik. Elle a appelé toutes les parties à “rester engagées dans un dialogue pacifique et inclusif alors que l’accord commence à être mis en place”. “Les parties doivent continuer à résoudre pacifiquement les différends et travailler ensemble pour continuer à construire des structures de gouvernance et de sécurité au service de tous les Maliens”, a-t-elle ajouté.

L’ambassadrice américaine a tenu à remercier et à féliciter le Gouvernement algérien pour ses efforts de médiation pour régler le conflit au Mali.

Rassemblés par Baba SANGARÉ

Commentaires via Facebook :

PARTAGER