Sidi Ali Ould Bagna, chef de fraction d’Araouane « Les populations sont frustrées et ne comptent pas sur cet accord »

39
Kidal: L'espoir est de mise pour le retour à l'apaisement
Une photo à titre illustratif

Sidi Ali Ould Bagna, chef de fraction d’Araouane dans la région de Tombouctou, Président de la Jeunesse arabe du Mali, estime que les acteurs sur le terrain en marge du processus de paix et de réconciliation ne sont pas négligeables. 

Il a fait cette déclaration le 12 décembre dernier, dans la salle Balla Moussa Kéïta du Centre International de Conférences de Bamako au cours de la conférence-débat du Parti pour la Renaissance Nationale (Parena) sur le thème : «Le nord, le processus de paix, la dégradation de la situation sécuritaire, six mois après la signature de l’accord d’Alger».

En sa qualité de chef de fraction, Sidi Ali Ould Bagna a participé les 25, 26 et 27 novembre 2015, à une rencontre de la communauté arabe à Bougbeyha, au cours de laquelle les éléments d’Aqmi ont fait une irruption. « Nous étions surpris à la fin de la rencontre de voir l’irruption d’Aqmi dans la salle prétendant venir dans un esprit de paix, en frère pour apporter sa pierre à la rencontre », a-t-il affirmé. Pour lui, « cette irruption n’est qu’un fait…. Elle est la conséquence de la dégradation de la situation et de tout ce qui se passe sur le terrain …. Aujourd’hui, on peut nous faire croire tout mais il faut qu’on sache qu’il y a d’autres acteurs sur le terrain. Ces acteurs ne sont pas négligeables. Ce sont les maîtres des lieux, des localités qui ne sont pas dans l’accord ». Selon le Président de la Jeunesse arabe du Mali, à dix kilomètres de la ville de Tombouctou, la situation est gérée par ceux qui ne sont pas signataires. « A un moment donné, ça devient un tabou. Les populations sont prises au piège. Personne ne veut en parler parce que personne n’est là pour sécuriser celui qui en parle », a-t-il souligné.

Pénalty, marqué d’avance !

A la question du Président du Parena, Tiébilé Dramé qui voulait avoir plus de détails, le jeune chef de fraction se veut prudent. « Vous savez, Monsieur le Président, les murs ont des oreilles. Cette question n’est pas publique. Je suis un natif de cette zone et personne ne sera là pour me secourir », a-t-il répondu. « Je ne suis pas leur cible. J’ai dormi juste à côté d’eux pendant une nuit. Si j’étais en manque de quelque chose, je pouvais les approcher et ils allaient me la donner. Je ne suis pas leur problème mais il ne faut pas être dans leur viseur », a-t-il ajouté.

Sidi Ali Ould Bagna a déclaré que les invités surpris de la rencontre de Bougbeyha ont affirmé leur appartenance à cette zone. « Ils ont dit qu’ils sont de la zone et qu’il ne peut pas y avoir une rencontre de ce genre sans qu’ils ne viennent apporter leur soutien. Ils sont venus en frères, amis et dire qu’ils ont un message à passer. Ils ont fait passer leur message de jihad en faisant allusion à tous les versets coraniques, y afférant. Ils disent ne pas avoir de problèmes avec la population mais ils peuvent avoir des problèmes si on essaie d’entrer dans leurs 18 m et que leur pénalty est marqué d’avance. On ne rate pas…. ».

Pour Sidi Ali Ould Bagna, les prémices de la situation sur le terrain étaient visibles partout, même à Bamako. L’accord pour la paix et la réconciliation considéré comme une fin en soi, a-t-il déclaré, ne règle pas le problème. « Les populations sont frustrées et ne comptent pas sur cet accord parce qu’elles ne croient pas au père Noël », a ajouté le Président de la jeunesse Arabe. Avec la dégradation de la situation sur le terrain, il estime que « cet accord ne donne plus envie d’être optimiste même si on a envie d’être optimiste… «Tant qu’on ne pédale pas plus vite, la réalité change et l’accord ne peut plus arranger les problèmes…. Un accord qui n’arrive pas à créer la solution ne peut pas répondre aux attentes des populations. Ceux qui n’ont pas applaudi l’accord commencent à avoir raison », a-t-il martelé. A l’en croire, l’accord ne règle pas les problèmes mais les déplace.

CD

PARTAGER

39 COMMENTAIRES

  1. Il n’y a pas que des arabes du Mali mais il y a des tamasèques des Bellas des sonraïs des peulhs et des Bambaras parmi vous qui sont tous des Maliens y compris vous même.Vous ne pouvez être autres choses que d’être des Maliens. Sans le Mali quel sera ethniquement le statut de ces hommes et de ces femmes, dont vous supposez des frustrés à la suite d’un accord, qui vous suivent à l’aveuglette depuis des années sans aucune construction d’avenir?
    En tout cas, que ça soit accord ou pas il est de son devoir du Mali de développer son territoire pour éclairer les enjeux de demain.
    Bagna, vous aviez souligné qu'” Un accord qui n’arrive pas à créer la solution ne peut pas répondre aux attentes des populations frustrées”.
    S’il n’ y a pas de volonté, l’accord ne peut pas se construire de votre part et de la population moutonnière dont vous faites allusion.
    Vraiment regrettable de voir une partie de notre jolie population qui est entrain d’aller droit à l’échec constant de leur vie à défaut d’une éducation conséquente.
    Voila un destin voulu par les aventuriers dont l’issu ne répond pas aux critères légitimes.

  2. Tous les maliens,de l’est à l’ouest,du nord au sud en passant par le centre sont déterminés à aller à la paix.
    Ce ne sont pas des groupuscules qui vont les maintenir prisonniers dans cette crise à cause de leurs intérêts personnels.
    Alors,qu’ils sachent qu’il est encore temps pour eux de rentrer dans les rangs. 👿 👿 👿

  3. Chers malien,soyons sereins et solidaires à nos autorités dans leur recherche de la paix.
    Quant aux fauteurs de trouble,laissons les avec leurs problèmes et avançons… 👿 👿 :evil
    Nous avons en ce moment besoin de paix.

  4. Lorsque Mr Sidi Ali Ouuld avance ces propos;en tant que maliens,moi j’ai vraiment honte.
    Mais moi je voudrais lui demander de me dire quelle a été sa contribution personnelle à lui pour éviter un chaos à notre pays.
    Il ne s’agit pas de diagnostiquer un problème, mais il faut aussi et surtout y apporter des solutions adéquates.
    Que Dieu protège notre pays de ses ennemis…

  5. Tous les maliens se sont réjouis de la signature de l’accord de paix.Cette signature qui a vu la participation des différents groupes va tout d’abord consacrer la paix dans le septentrion de notre pays.Ensuite,elle donnera la tranquillité à tout le Mali et enfin incitera les investisseurs à avoir confiance en notre pays.
    Mais il faut que tous les récalcitrants rejoignent enfin la république pour matérialiser la paix.

  6. La paix dans notre Maliba est notre bien commun à tous.
    Nous devons donc travailler pour qu’elle soit effective pour le bonheur de tous. 😛 😛

  7. Le Mali est en ce moment sur la bonne voie pour aller à la normalisation.
    Cette normalisation est l’œuvre de tous ceux qui ont accepté de mettre du leur pour que notre pays retrouve la paix.
    Tous autres groupes doivent donc soutenir cet effort pour permettre à notre pays de retrouver la paix et la sécurité.

  8. Je pense que pour l’application intégrale de l’accord d’Alger, il faut beaucoup d’indulgence et de patience. Car il ne s’agit pas d’aller vite, mais d’aller progressivement et qu’au bout du compte nous ayons les résultats attendus.
    QUE VIVE LE MALI UNI ET INDIVISIBLE DANS LA PAIX ET LA RECONCILIATION! ❗ ❗

  9. Je pense à mon modeste avis que la paix tant souhaité ne saurait arriver que si nous nous donnions les moyens pour y parvenir. Cependant, pour y parvenir, toutes les parties signataires de l’accord de paix devraient y mettre du cœur dans sa mise en oeuvre. Lorsque l’on unit étroitement ces deux mots : paix et liberté. La paix nous donnera la liberté ; la liberté nous donnera la paix, et, par surcroît, la paix et la liberté donneront à tout le monde l’ordre, le travail et le bien-être. C’est par le maintien de l’ordre quand même qu’il faut assurer le triomphe de la liberté et le châtiment de l’impuissance.
    VIVE LA PAIX AU MALIBA! ❗ ❗ ❗ ❗

  10. J’encourage et recommande à tous les acteurs à redoubler d’effort quant à la mise en oeuvre de l’accord d’Alger qui a donné un nouveau souffle au peuple Malien. Certes, l’application intégrale d’un accord n’est tout à évident, mais avec la bonne volonté des uns et des autres nous y arriverons. Que chacun fasse ce petit sacrifice pour l’intérêt de notre Nation.

  11. Pour ma part, je pense que tout accord connait quelque fois des difficultés dans sa mise en oeuvre. Mais, j’ai foi que cet accord est la panacée de sortie de crise que notre pays connait. J’aimerais que chaque partie signataire face preuve de sacrifice et de responsabilité car le Mali est la chose commune et il y va de l’intérêt de tous.

  12. Le gouvernement avec à sa tête le président ont fait assez de sacrifices pour que cet accord voit le jour et soit mis en application. De ce fait s’il y a des blocages il faut qu’il y ait une compréhension de la part de la CMA et de la plateforme à l’égard du gouvernement pour que cet accord ne soit pas un de trop. Il faut aussi que la population comprenne IBK, car ce qu’il fait c’est pour que le pays retrouve la paix et la stabilité.

  13. C’est une bonne initiative d’attirer l’attention des uns et des autres sur les blocages que connaissent l’accord mais toujours des conférences de presse c’est un peu trop car comme stipulé dans le paragraphe e) de l’article 1 de l’accord, les parties doivent recourir à la concertation et au dialogue pour la résolution des différends. Il était donc souhaitable que les différentes parties engagent des concertations avec le gouvernement avant toute action de ce genre car c’est un peu montrer la mauvaise foi des autorités de Bamako ce qui n’est pas vrai.

  14. L’accord de paix a été obtenu après d’énormes sacrifices. Cependant, certains paramètres restent à être mis en œuvre. Le président IBK a été l’initiateur de cet accord et aujourd’hui des gens veulent se faire passer pour des anges pendant nous tous savons le rôle qu’ils ont joué dans cette crise.
    Qu’ils sachent qu’ils n’ont rien à exiger car le MALI n’est pas leur propriété privée.
    Le président IBK est conscient de toutes ces réalités mais dans l’application de tout programme il y a des dispositions pratiques à prendre donc qu’ils mettent balle à terre.

  15. Il faut dire que l’accord de paix, signé une première fois par le gouvernement et les groupes armés loyalistes le 15 mai, a été difficile à décrocher. Longtemps accusé de ne rien faire pour régler la situation dans le Nord, durement critiqué en coulisses par ses partenaires régionaux et internationaux, IBK a fini par passer la vitesse supérieure. Cependant, force est de constater que certains tel que Sidi Ali sont les véritables obstacles de cet accord. Quant à l’application diligente de cet accord, il faudrait que toutes les parties s’y mettent. Cela va de l’intérêt de la nation.

  16. Aucun accord de ce monde n’est parfait et ne le sera pas non plus. L’accord d’Alger peut ne pas être parfait mais il peut faire notre affaire. Dire aussi que les parties signataires sont toutes insatisfaites de ce document est faux.

  17. Ce n’est pas du djihad mais plutôt du terrorisme qui n’a rien à avoir avec une quelconque religion ; ces gens qui posent ces actes ignobles ne sont pas des musulmans. Ils ont une idéologie suicidaire qu’eux-mêmes ont développée en s’appuyant sur des préceptes révolus l’Islam et dont eux-mêmes ne remplissent pas les conditions pour mettre à mal la paix dans le monde et dans notre pays en particulier.
    CES NE SONT PAS DES MUSULMANS !

  18. Le gouvernement s’est toujours assumé dans la mise en œuvre de l’accord d’Alger. Le plus grand problème dans ce retard réside au niveau des groupes rebelles. Ceux-ci n’arrivent pas jusqu’à présent à s’entendre réellement.

  19. Ce n’est pas du djihad mais plutôt du terrorisme qui n’a rien à avoir avec une quelconque religion ; ces gens qui posent ces actes ignobles ne sont pas des musulmans. Ils ont une idéologie suicidaire qu’eux-mêmes ont développée en s’appuyant sur des préceptes révolus l’Islam et dont eux-mêmes ne remplissent pas les conditions pour mettre à mal la paix mondiale.
    CES NE SONT PAS DES MUSULMANS !

  20. Le gouvernement s’est toujours assumé dans la mise en œuvre de l’accord d’Alger. Le plus grand problème dans ce retard réside au niveau des groupes rebelles. Ceux-ci n’arrivent pas jusqu’à présent à s’entendre réellement.

  21. Certes il existe d’autres acteurs sur le terrain, cependant ces acteurs sont des TERRORISTES avec qui on ne doit NULLEMENT pas compter.
    Leur méthode c’est la guerre par la terreur et la réponse doit être pareille.
    Le plus important c’est que les conditions soient remplis pour que le processus de paix soit mis en œuvre pour que l’armée puisse sécuriser toute l’étendue du territoire et nos frontières par lesquelles se personnes rentrent pour commettre leurs forfaits.

  22. Ce sont les petites interruptions de cdes leader qui ont trainé les choses jusqu’à maintenant. Sinon notre gouvernement a la bonne volonté de respecter tous ses engagements pris dans l’accord. Vive le Mali uni !!!

  23. Avec IBK l’applicabilité de ces accords ne seront pas un problème car nous voulons que tout l’ensemble du pays se développe. Bonne mission à la commission de la réconciliation. Il est temps qu’on se parle pour situer les responsabilités et enfin se pardonner pour vivre parfaite symbiose

  24. Tout le peuple malien doit savoir que ceux qui aiment la paix doivent apprendre à s’organiser aussi efficacement que ceux qui aiment la guerre.
    Sachez que IBK travaille dans ce sens.

  25. Tous les maliens vous soutiennent dans cette lancée. Homme de conviction, Homme de paix. Merci les maliens ne se sont pas trompés. Nous félicitons et encourageons votre engagement inlassable pour la paix.

  26. Nous encourageons tous les partis prenants de cette crise. C’est le Mali qui gagne car nous voulons le développement dans l’ensemble du pays. Il est temps que nous nous donnions les mains pour le grand bonheur de tous

  27. Un gouvernement d’union de tous les partis signataires sera mis en place conformément aux accords de paix pour la satisfaction de tous.
    L’essentiel c’est d’établir la vérité et trancher avec cette commission donc cela concerne tous les maliens. IBK tient à la paix et il a mis tout à la disposition de ce comité pour mener à bien leur mission.

  28. Ce sont des leaders comme Sidi Ali ould Bagna qui sont des obstacles à la mise en oeuvre de l'accord donc à la paix. Si tous les leaders doivent se mettre à critiquer l'accord de paix de la sorte, ce pays contnuera éternellement dans la crise.

  29. Le gouvernement s’est toujours assumé dans la mise en œuvre de l’accord d’Alger. Le plus grand problème dans ce retard réside au niveau des groupes rebelles. Ceux-ci n’arrivent pas jusqu’à présent à s’entendre réellement.

  30. Vu les difficultés rencontrés dans l’application des accords déchus sur la même rébellion. Cet accord ne sera pas comme les autres. Il sera un vrai accord, et apportera la solution définitive à notre vieil problème. Les journalistes jaloux vont maigrir.Le gouvernement s’est assumé et continuera de la faire jusqu’à ce que cet accord soit appliqué. :mrgreen: :mrgreen: 😆 😆 😆

  31. L’application de l’accord est primordiale. Toutes personnes hostiles ou ayant des idées protagoniste sur ce traité doivent toutes être obligées à aller à l’exile. Cet accord est notre unique espoir. Sa mise en œuvre peut même être considérée comme l’une des conditions de l’avancée de ce pays. 😆 😆 💡 💡 💡

  32. L’application d’un accord de paix relève toujours des défis. Et ces défis sont pour les signataires et la population civile bénéficiaire qu’on est. Cet accord, pour qu’il produise ses effets doit faire l’objet d’une application intégrale. Cela n’incombe pas qu’au gouvernement.

  33. Ces défis appartiennent à la population et à toutes les parties, Mr le rédacteur. Le comité de suivi est là et il doit être accompagné par la population. Les difficultés qu’a connues la mise en œuvre sont indépendantes de la volonté du gouvernement.

  34. Certes, il y a beaucoup de défis à relever, mais la volonté des parties est déterminante. Celles-ci se sentent dans l’obligation de mener à bien cet intervalle passager qui vient de s’ouvrir après la signature du 20 juin 2015. Mais il me semble aussi que contrairement au gouvernement, certains groupes ne sont pas de bonne foi. Qu’est-ce que vous voulez que le gouvernement fasse, M. le rebelle?

  35. La paix et la réconciliation sont aujourd’hui les attentes primordiales des citoyens maliens. Depuis que l’accord de paix issu du processus d’Alger a été signé jusqu’à l’heure actuelle, rien ne rassure. Donc pour que la paix ne reste pas une chose inaccessible pour ce pays, nous dévons faire recours à la conférence d’entente nationale, comme prévue par l’accord, et la période intérimaire au lieu de faire comme Sidi Ali Ould Bagna. C’est-à-dire se donner aux critiques à l’endroit de l’accord.

  36. L’accord pour la paix et la réconciliation nationale stipule dans son dispositif qu’une conférence d’entente nationale sera organisée pour expliquer certaines parties de l’accord, telle que l’appellation « Azawad » qui fait polémique. Si nous ne comptons sur cet accord rien ne sera comme avant dans ce pays. De la façon dont mieux vaut tard que jamais, un mauvais accord vaut mieux qu’un sans accord. 😳 😳 😳

  37. La paix au Mali est impossible tant que les partis politiques, la société civile, en somme tous les acteurs de la paix ne s’impliquent pas dans sa mise en œuvre intégrale. Pour se faire ont doit privilégier le recours à la période intérimaire et faire en sorte que la conférence prévue par l’accord voit le jour. 😳 😳 :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  38. Les actes qu’ont posés les autorités de ce pays en faveur de la paix et de réconciliation sont d tels que si ce ne sont pas les parties elles-mêmes, nul ne peut compromettre la paix. Dommage que ce sont ces mêmes parties qui ont été les premières à violer cet accord. Il nous obligatoirement compter sur cet accord. Ce n’est pas désavouant cet accord que nous connaîtrons la paix. Mais au contraire. 👿 👿 💡 💡

Comments are closed.