Ministère des maliens de l’extérieur : Incitation de la diaspora malienne aux investissements productifs

1

Le projet Action de Coopération Sud-Sud en Matière de Migration a organisé un atelier en vue de valider l’étude sur les dispositifs et mécanismes existants pour l’incitation de la diaspora malienne aux investissements productifs. Le coup d’envoi  dudit atelier a été donné par Mme Tangara Néma Guindo, Secrétaire général du Ministère des Maliens de l’Extérieur, le 28 juillet 2020, dans la salle de conférence de ce ministère, en présence du Coordinateur du projet, M. Aliou Barry, du Point focal de l’Union Européenne au Mali, et des participants venus de différents services et organisations de la société civile concernés par le projet.

Les objectifs du projet

Selon le Coordinateur du projet M. Aliou Barry, les objectifs recherchés par ce projet  Action de Coopération Sud-Sud en Matière de Migration sont multiples : « Partager l’ensemble des expériences en matière d’immigration entre les quatre pays que couvre le projet, à savoir ; le Mali, le Sénégal, le Maroc, et la Côte d’Ivoire ; avoir une gouvernance partagée en termes de gestion de la migration entre ces quatre pays ; emmener l’Etat malien et la diaspora malienne a inverser cette tendance-là. C’est-à-dire que les transferts de fonds qui se font désormais puissent être injectés dans le circuit économique et qu’il puisse créer de la richesse, créer des emplois dans le pays et permettre un développement harmonieux du pays à travers les différents rouages ou l’argent a été engagé ; se fixer sur la nécessité de la mise en place d’un fond de garantie pour l’investissement productif de la diaspora »

Il a commenté a disant que : « En 2017, nous avons constaté qu’il y a plus de 538 milliards que la diaspora malienne a acheminés vers le Mali. L’essentiel de ces fonds est allé dans la prise en charge sociale et familiale et dans des investissements dans certains secteurs qui ne sont pas totalement productifs et ne permettent pas la création de la valeur ajoutée ».

Au passage, il a aussi dit que : « Cette même étude sera faite dans les quatre pays, afin de comparer ce qu’ils sont entrain de faire et surtout de profiter des uns et des autres en termes de dispositifs »

 Les différents axes du projet

Toujours selon le coordinateur du projet M. Aliou Barry, « Ce projet concerne trois axes : migration et développement ; protection des droits de migrants ; mobilité Sud-sud à travers les quatre pays ».

 Le cadre de l’étude

Dans son discours d’ouverture Mme Tangara Néma Guindo Secrétaire général au Mme, a fixé le cadre de l’étude ; « La présente étude s’inscrit dans le cadre de la recherche de nouvelles pistes innovantes pour améliorer sa contribution, combien utile  et nécessaire à l’économie nationale .

Nous pouvons donc affirmer sans nous tromper que cette étude constitue un cadre appropriée pour faire un diagnostic réel  de la mobilisation de la diaspora, des stratégies de canalisation de transfert de fonds vers les investissements productifs et du renforcement de leurs initiatives en faveur du développement de notre pays.

Faire de la migration un véritable atout pour le développement, facteur de croissance et de réduction de la pauvreté, telle est la vision des plus hautes autorités du mali exprimée clairement dans la politique nationale de migration. Cela passe par la recherche de synergie d’acteurs et l’amélioration du climat des affaires dans notre pays ».

 

« La présente étude s’inscrit dans le cadre de la recherche de nouvelles pistes innovantes… »

En se félicitant de la tenue de cet atelier, Mme Tangara Néma Guindo, Secrétaire général du Ministère des Maliens de l’Extérieur (MME) a dit que cette étude abordera toutes les problématiques des investissements de la diaspora malienne.

Mme Tangara Néma Guindo : « Je me félicite que cet atelier abordera toutes les problématiques relatives à une mobilisation de la diaspora en mettant en lumière les opportunités existante, les obstacles à l’investissement productif  et proposera des solutions idoines. Qu’ils s’agissent des mécanismes visant à orienter l’épargne de nos concitoyens vivant à l’étranger, vers des projets producteur et pourvoyeurs d’emplois ou des mécanismes à mettre en place pour une meilleure sécurisation de leurs investissements ».

 Montant du projet

D’après le coordinateur du projet M. Aliou Barry, « Ce projet a été financé à hauteur de 10 millions d’euro par l’Union Européenne et la GIZ à travers le fonds judiciaire d’urgence pour une durée de trois ans et prendra fin en décembre 2021

 Les réalisations  du projet

Dans sa phase de la mise en œuvre, le projet « Action de Coopération Sud-Sud en Matière de Migration », a déjà réalisé pas mal d’activités : « évaluation a mis parcourt de la politique nationale migratoire, guide sur les filières porteuses qui va aider les investisseurs de la diaspora à s’orienter vers ces secteurs ; formation sur les droits des migrants et les droits de l’homme et des enfants ».

Pépin Narcisse LOTI 

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. De la mascarade entre un certain nombre de personnes. Aucune amélioration des conditions d’investissement et de sécurisation des fonds des migrants. De la poudre dans les yeux de l’union européenne.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here