Transition : Choguel en quête du soutien du Hcme

0

48 heures après l’annonce du report de sa 7ème conférence ordinaire, une forte délégation du Haut conseil des Maliens de l’extérieur conduite par son président Habib Sylla a rencontré le premier ministre, Choguel Kokalla Maïga.

La question du report et le choix d’une nouvelle date pour la conférence et les axes prioritaires des autorités de la transition étaient au cœur de la rencontre, le vendredi 27 août 2021 à la primature.

C’est dans un langage clair que le premier ministre s’est adressé aux délégués des 45 conseils de base du Haut conseil des Maliens de l’extérieur (Hcme), venus de cinquante-quatre pays de tous les continents en plus de leurs collègues du Conseil national de transition (CNT), du Haut Conseil des collectivités (HCC) et du Conseil économique, social et culturel (Cesc). C’était non seulement en présence du président Hcme, mais également du ministre des Maliens établis à l’extérieur et de l’Intégration africaine, Alhamdou Ag Ilyène.

Avant de se prononcer sur le report de la 7ème conférence ordinaire du Hcme et le processus de la transition, le chef du gouvernement a salué l’engagement et le patriotisme des fils et des filles du Mali établis à l’extérieur pour leur contribution à la construction du pays. Une contribution financière selon lui, qui dépasse largement l’aide au développement. « C’est avec beaucoup de fierté que je vous reçois aujourd’hui. Les Maliens établis à l’extérieur constituent une région à part entière du Mali. Partout où ils sont, les Maliens sont des hommes et des femmes d’action très actifs dans les secteurs économiques en termes de création de richesses. C’est pourquoi ils sont respectés. Leur contribution à l’économie malienne pèse plus que toute l’aide extérieure apportée au Mali », c’est en ces termes que le locataire de la primature a ouvert cette rencontre à l’allure d’une assemblée générale.

Parlant du report de la conférence, Choguel a salué la concordance de vues entre le ministre de tutelle et le président du Hcme.  Il a invité ses interlocuteurs du jour à l’unité d’action « Le gouvernement gère la cohésion et l’unité des Maliens et non des rivalités entre les personnes et les organisations. Malgré les divergences, les Maliens doivent cheminer dans la même direction », a-t-il averti.

Il a exposé les grandes lignes des autorités de la transition pour conduire le Mali à la normalité. Le désormais ancien président du comité stratégique du M5-RFP a indiqué que le gouvernement travaille depuis un certain temps pour faciliter à la diaspora l’acquisition des papiers administratifs. A en croire Choguel Kokalla Maïga, le ton sera donné ce jeudi 2 septembre 2021 avec le début des opérations d’enroulement Ravec.

Quête de soutien

L’adresse du premier ministre à la forte délégation conduite ressemble plus à une demande de soutien qu’à un exposé des grandes lignes des actions du gouvernement pour répondre aux aspirations des Maliens. Pour Choguel Kokalla Maïga, conduire le Mali au changement exige non seulement des autorités de la transition mais au peuple malien une synergie d’actions. Ce qui explique d’ailleurs, à ses dires, la démarche du gouvernement de la transition à mettre l’accent sur trois axes prioritaires. Il s’agit de la sécurité, la justice et la refondation de l’Etat.

Pour donner un contenu aux autres priorités, le gouvernement travaille pour doter le Mali d’un outil de défense aux besoins sécuritaires du moment. C’est dans cette dynamique de lutte contre le terrorisme que le Mali veut se doter d’une école de guerre. « De profondes transformations sont en train d’être opérées pour que l’armée ait toute sa capacité opérationnelle ».

La deuxième priorité, c’est le besoin de justice. « L’injustice, la corruption et l’impunité sont à la base de l’effondrement l’Etat », selon lui. Quant à la troisième priorité, c’est le changement pour aboutir à la refondation de l’Etat, au Mali nouveau. D’où la tenue, en fin septembre et début octobre 2021, des Assisses nationales de la refondation (ANR) qui ne sont pas des assises de plus. A ses dires, les conclusions de cette rencontre entre les Maliens seront exécutoires tant pour les autorités de la transition mais également pour le prochain président de la République.  Pour ce faire, le premier ministre n’écarte pas de   légiférer dans ce sens.

A son tour, le président du Hcme, Habib Sylla a salué la disponibilité du premier ministre avant d’exposer l’objectif de ce cadre d’échanges entre le Hcme et le premier ministre. Il s’agit d’apporter à la transition leur soutien inconditionnel. « Nous sommes tous opérateurs économiques, scientifiques ou grands intellectuels. « Avec vous, l’espoir est permis de croire à un avenir radieux. Après trente ans de lutte, nous sommes aujourd’hui représentés au CNT grâce à la Transition. Nous sommes donc prêts à vous accompagner en vous apportant notre soutien inconditionnel », a-t-il poursuivi.

Nouhoum DICKO

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here