Le Mali aux Nations Unies : Le Premier Ministre Mme Mariam Kaidama Sidibé est rentrée hier de New York.

0

Au cours de la Session de l’Assemblée générale des Nations Unies tenue la semaine dernière à New York aux Etats Unies, Mme Sidibé Kaidama et le ministre Soumeylou ont réaffirmé l’attachement du Mali à la création d’un Etat Palestinien, au renforcement de la sécurité dans la zone Sahélo Saharienne après la chute du régime de Kadhafi et le repli de AQMI dans certains pays de la région comme le Mali et les positions africaines quant aux conséquences du réchauffement climatique. Pour la première fois depuis sa création, le cinquante quatrième pays d’Afrique, le Sud Soudan a participé à sa première session de l’ONU.

Après une semaine passée aux Etats Unies en compagnie du ministre des Affaires étrangères, M. Boubèye Soumeylou Maïga et son homologue de l’Environnement, M. Tiémoko Sangaré, où ils ont pris part à la  Session de l’Assemblée générale des Nations Unies, Mme Kaidama Sidibé et les ministre qui l’accompagnaient ont été accueillis à l’aéroport de Bamako par l’ensemble des membres du Gouvernement. La 51ème Session avait à son ordre du jour les questions de Paix et de Sécurité, le problème des maladies non transmissibles comme les maladies cardio-vasculaires (le diabète, la tension…), les changements climatiques et surtout l’épineuse question de l’admission de la Palestine aux Nations Unies.

La Session a adopté une Convention sur les maladies non transmissibles et les problèmes de nutrition particulièrement sensibles dans la zone du Sahel en proie à des sécheresses récurrentes. En ce qui concerne les problèmes climatiques, le Mali par l’entremise du ministre Tiémoko Sangaré qui préside la commission ministérielle a réaffirmé la position africaine relative aux responsabilités des pays pollueurs à qui l’Afrique demande le paiement de la facture. Les victimes ne doivent pas payer en lieu et place des pollueurs semble dire les pays pauvres non industrialisés.

Une des attractions de cette session était la première participation du Sud Soudan indépendant aux instances des Nations Unies, occasion que ne pouvait bouder Salva Kiir le nouveau Président du Sud Soudan et compagnon d’armes de John Garang. On ne sait pas non plus le type de relations que notre Pays envisage d’entretenir avec le nouvel Etat dont le rôle central en Afrique de l’Est n’est plus à démontrera. Une chose est sure aucun pays en particulier le Mali ne peut durablement ignorer la nouvelle donne dans cette partie du Continent surtout que l’indépendance de ce nouveau pays pétrolier est en quelque sorte un rééquilibrage des forces entre monde arabe et noirs africains de la région.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER