Décès de Idrissa Boubèye Maiga Idy : Le témoignage de Madani Tall

1

Sage bien que jeune, il ne restait jamais cinq minutes sans sourire et était toujours heureux. Depuis mon retour au Mali, j’ai rarement rencontré un jeune homme aussi intelligent que Idrissa Soumeilou Maiga. Sa logique était impressionnante et son raisonnement limpide. Il s’intéressait à tout, à l’astronomie, au destin de l’univers. La semaine dernière, il me disait avoir besoin de spiritualité, de méditation.

Dieu l’a rappelé à lui. La mort, nous avons appris à l’accepter car elle est inéluctable. Toutefois la mort lorsqu’elle frappe de façon inattendue un proche dans la fleur de l’âge, nous laisse avec une douleur indescriptible et nous laisse face à notre impuissance. Idy était le fils que tout homme souhaiterait avoir, je l’aimais comme un fils et l’admirait tant pour sa modération, sa politesse que son intelligence. Je n’ose imaginer la douleur de son père, encore moins celle de sa mère, celle de ses sœurs. Que Dieu dans Sa Miséricorde leur donne la force d’accepter.  Dieu veille.

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Pour des cas comme celui-là, il est nécessaire de mettre l’accent sur les éléments suivants :
    – La citation de François de Malherbe
    – La récitation de Fathia, l’ouverture ou le prologue une fois
    – La récitation de AL-‘IKHLAS = La foi Pure et Exclusive; Sourate 112, 4 versets 11fois.
    « la mort a des rigueurs à nulle autre pareilles ; on a beau la prier, la cruelle qu’elle est se bouche les oreilles et nous laisse crier. Le pauvre en sa cabane où le chaume le couvre est sujet à ses lois, et la garde qui veille aux barrières du Louvre n’en défend point nos rois. De murmurer contre elle et perdre patience il est mal à propos ; vouloir ce que dieu veut est la seule science qui nous met en repos. » François de Malherbe.

    Prononciation en araba
    Souratoul Fathia en 7 versets

    Bissimilaye Ramanir-rahimi

    (1) Alhamdou Lil-hâhi rabbil alamina (2) Arrahmânir-rahîmi (3) Mimâliki yawmid-dini (4) Iyyâka na aboudou , wa iyyâka nasta-inou
    (5) Ihdinaç-çirâthal moustaghîma (6) çirâthal-ladzîna an amta alaîhim (7) Khaîril makhdhoûbi Alaihim waladhdhâllîna (âmina)

    Traduction française
    FATHIA= l’ouverture ou le prologue

    Au nom de dieu, clément et miséricordieux,

    (1)Louange à Dieu, Seigneur des créatures ; (2)Le très clément, le miséricordieux ; (3)Maître du jour de la rétribution ; (4)C’est toi que nous adorons, et c’est toi dont nous implorons, le secours ; (5)Guide-nous dans le droit chemin ; (6)Non le chemin de ceux qui ont encouru ta colère, (7)non plus le chemin des égarés. Amen.

    AL-‘IKHLAS = La foi Pure et Exclusive; Sourate 112, 4 versets
    Prononciation
    Bismil-lahir-rahmanir-rahimi
    1/ Qhoul houwal-lâhou Ahadoun 2/ Allâhouç-çamadou 3/ Lam yalid wa lam-yoûlad 4/ Wa lam-yakoum lahou kouf-an Ahadoun.

    Traduction en Français
    Au nom de dieu, clément et miséricordieux,
    (1)dis, lui Allah est unique ; (2)dieu, l’absolu ; (3)il n’engendre pas, il n’est pas engendré ; (4) et nul n’est égal à lui. Fin de citation.
    Amen.
    Il était si jeune et si humble que la mort ne connait pas, Allah lui donnera sans nul doute son éternel paradis.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here