La presse perd une grande mémoire : Yaya Sidibé, passionné, patient et compétent

0

Connu pour ses articles économiques fouillés, Yaya Sidibé, considéré comme un vétéran et une grande mémoire de la presse malienne, décédé le lundi 19 avril, a été inhumé hier mardi dans sa ville de Kati, à une quinzaine de kilomètre de Bamako.

Notre confrère et ami Yaya Sidibé a été rappelé à Dieu lundi, emporté par une courte maladie. Ses confrères tiennent à rappeler à quel point le journaliste était “un garçon d’humeur joviale, souvent secret, un grand sensible  “. Et bien sûr, un grand passionné de l’info. Il suivait de près la macro et micro économie et gardait cet œil impressionné et honoré à chaque fois qu’il rencontrait un homme d’affaires d’ici et d’ailleurs.

Yaya avait intégré le quotidien L’Indépendant dont il était longtemps le rédacteur en chef avant de fonctionner son stylo à bille au compte de la rédaction du 22 Septembre.

Ses proches ont choisi pour lui le cimetière de Kati, comme sa dernière demeure,

à une vingtaine de kilomètres de la capitale malienne. Cet orfèvre du verbe et passionné de chiffres était considéré comme un vétéran et une grande mémoire de la presse malienne. Passionné, mais patient et compétent, il était un véritable journaliste de terrain, féru de l’actualité économique à laquelle il vouait sa littérature journalistique. Plusieurs grandes plumes de la presse malienne lui doivent une fière chandelle. Peinée par cette triste nouvelle, la rédaction adresse ses sincères condoléances à sa famille, à ses amis et tous ceux qui ont apprécié son talent de rendre dans un langage accessible le jargon économique et sa camaraderie sans faille et prie Dieu le Tout Puissant de l’agréer en Son Vaste Paradis.

C’est un journaliste chevronné qui a cassé la plume.

Georges François Traoré

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here