Seydou Badian KOUYATE tire sa révérence

21

Seydou Badian Kouyaté, auteur du célèbre roman ‘’Sous l’orage’’, nous a quitté, ce vendredi 28 décembre 2018 soir, à 23h. Un décès qui intervient deux ans jour pour jour après celui de son épouse.

«Le doyen KOUYATE était l’un des derniers maliens qui fait l’unanimité, tant son engagement, son patriotisme et son sacrifice permanent pour notre pays n’ont jamais été pris en défaut pendant ses soixante dernières années. Le Mali a perdu une boussole importante, au moment où il peine à trouver sa voie. ».

Le Mali a perdu une boussole importante, au moment où il peine à trouver sa voie.

Dors en Paix Doyen !

Que le tout puissant t’accorde le repos éternel parmi ses créatures agréées !

Selon une source proche de la famille, Dr. Seydou Badialan Kouyaté sera inhumé le jeudi 3 janvier  2018. Des délégations officielles attendues à Bamako.

===============

Biographie
Seydou Badian Kouyaté effectue des études de médecine à l’université de Montpellier en France. Il est l’auteur d’une thèse sur les traitements africains de la fièvre jaune et fut un grand poète

En 1956, il rentre au Mali et est nommé médecin de circonscription. Proche du premier président Modibo Keïta, il écrit les paroles de l’hymne national du Mali. Il devient à l’indépendance du pays ministre de l’Économie rural et du Plan. Lors du remaniement du 17 septembre 1962, il devient ministre du Développement. Il défend l’existence d’un parti unique dans l’Afrique post-colonial, seul moyen selon lui de créer la Nation. Lors du coup d’État de Moussa Traoré en 1968, il est déporté à Kidal puis s’exile à Dakar au Sénégal.

En 1997, il est candidat à l’Élection présidentielle mais décide, comme la plupart des autres candidats opposés au président sortant Alpha Oumar Konaré, de retirer sa candidature pour protester contre la mauvaise organisation des élections.

Militant de la première heure de l’Union soudanaise-Rassemblement démocratique africain, il en est exclu en 1998 pour s’être opposé à une partie de la direction qui prônait la non-reconnaissance des institutions lors des élections contestées.

Écrivain reconnu internationalement, il publie en 1957, trois ans avant l’indépendance du Mali, son premier roman intitulé Sous l’orage. en 1965, il publie les dirigeants africains face à leurs peuples. Deux autres romans sont publiés ensuite, Le Sang des masques en 1976 et Noces sacrées en 1977.

En octobre 2007, Seydou Badian Kouyaté publie un roman intitulé La Saison des pièges.

En 2009 Seydou Badian Kouyaté change de nom et s’appelle officiellement Seydou Badian Noumboïna, du nom d’un village dans le cercle de Macina.

Seydou Badian a été sacré lauréat du Grand Prix des Mécènes aux GPAL 2017 pour l’ensemble de sa production bibliographique.

Œuvres
1957 : Sous l’orage suivi de La Mort de chaka
1965 : Les Dirigeants africains face à leurs peuples, Grand prix littéraire d’Afrique noire.
1976 : Le Sang des masques
1977 : Noces sacrées
2007 : La Saison des pièges, Nouvelles Éditions ivoiriennes et Présence africaine

Distinctions
Grand prix littéraire d’Afrique noire
Grand Prix des Mécènes à l’édition 2017 des Grands prix des associations littéraires.

Commentaires via Facebook :

21 COMMENTAIRES

  1. Après L’IMMENSE Moussa Leo Keita, voilà que c’est L’IMMENSE Seydou Badian Kouyate qui nous quitte!…….

    Les BIBLIOTHÈQUES, hélas, ne sont pas éternelles…

  2. Seydou Badian Kouyate’, Cheikh Hamidou Kane, Ferdinand Oyono et Ahmadou Kourouma ont marque’ des generations africaines de maniere qu’eux meme pouvaient pas imaginer. Sous l’Orage de N’togoma, l’Aventure Ambigue de Cheikh Hamidou Kane, le Soleil des Independances d’Ahmadou Kourouma et le Vieux Negre et la Medaille de Ferdinand Oyono sont probablement les meilleurs romans ecrits par des africains.
    Apres la periode de deuil, le gouvernement malien doit donner une grande villa a’ la famille du grand patriote, romancier et politicien et transformer sa maison en un muse’e! Seydou Badian Kouyate’ est une partie integrante et tres importante de l’histoire du Mali. Sa maison et ses oeuvres doivent etre preserve’es pour les furues generations maliennes.
    LA FACULTE’ DES LETTRES DOIT PORTER SON NOM. Comme il etait docteur de formation, l’un des grands hopitaux du Mali aussi doit porter son nom!!!!

      • Capi-Biton de Segou
        “Sous l’Orage de N’togoma, l’Aventure Ambigue de Cheikh Hamidou Kane, le Soleil des Independances d’Ahmadou Kourouma et le Vieux Negre et la Medaille de Ferdinand Oyono sont probablement les meilleurs romans ecrits par des africains.”

        Mon frère, même si bien souvent je te menés la vie dure dans mes commentaires😅, tu sais que j’apprécie à sa juste valeur ton REEL niveau culturel.

        Mais quand ici tu cites d’immenses plumes Africaines, je ne peux te laisser le faire sans y inclure le GRAND, le TRES TRES GRAND poète Hamadoun Issabéré, avec ses éternelles “BOUTURES DU SOLEIL”!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!*!!!!

        Pas vrai Capi?😉

  3. Enfin,le doyen s’en va se reposer après avoir accompli sa mission quasi divine quasi révélée!

    Il doit être du malien d’aujourd’hui et surtout de ses gouvernants .

    Paix à son âme !

  4. ENCORE UN DES DERNIERS GRANDS, VRAIMENT GRANDS, S’ EN VA….!

    MAIS NOUS NOUS ALIMENTONS MORALEMENT ET SPIRITUELLEMENT DE L’ ÉNERGIE DONT IL NOUS A MONTRÉ LA SOURCE.

    • Bonjour Dogofaring. Je disais qu’il y a eu trois nouveaux El Hadj sous le regime de Boua IBK et ils sont: Chahana, Haidara et Doudouba!

    • Al Hadji Doudouba

      Eeeeeeeeeh, koro! 😁😁😁

      Toi aussi! Ne me dis pas que ton mentor ibk t’a offert un “passage” à La Mecque!!😁

      Sur quels fonds?
      Sur quel budget?😁😁😁

      WELCOME back Doudouba!

      Pardon: LADJI DOUDOUBA!😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁

  5. Oui seul le divin est souverain et eternel.
    MBalia s’en est allé, il y a sì peu de temps. Il ne reste plus que le yanki boy Yacine dit docteur et sinkingba orchestre d’intellectuels. Lui qui grignotait les cordes de sa guitare depuis le lycée de Banankoro.
    Condoléances au neveu Mad DIALLO et ses cousins.
    Sankingba se berce des souffles reveillant les genies du fleuve DJOLIBA et pour ressuciter la flamme du nationalisme en notre regreté grand pêre Seydou BADIAN.
    Lui SEYDOU BAD IAN tutta un grande Republicain.

    VIVE LA REPUBLIQUE.

  6. KAMALÉN KOTO, dors en paix, que la terre te soit légère et que le Bon Dieu t’accueille dans son paradis éternel.

  7. Une bibliotheque qui s’en va, paix a ton ame et que le bon Dieu t’accueille dans son paradis eternal. Un grand patriote qui a tojours porte le Mali dans son Coeur.

  8. Paix a son âme. Qu’ Allah le miséricordieux fasse que ce grand patriote rejoigne au paradis éternel le reste des héros patriotes Modibo Keita, Amadou Djicoroni, Mamadou Konate, Brahima Bocoum etc. qui avaient donné tout ce qu’ils avaient a ce pays. Amen.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here