Hostilité envers le Premier ministre : La réduction du train de vie de l’Etat vue d’un mauvais œil ?

5

De sources crédibles, l’option de la réduction du train de vie de l’Etat est une pilule très amère à avaler pour une frange de l’opinion publique nationale. Ce qui expliquerait la vague d’hostilité envers le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga. Et des acteurs politiques se seraient mis à contribution pour exprimer cette hostilité.

Le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maiga a annoncé pour le début de l’année 2019, une réduction drastique du train de vie de l’Etat. Et c’est la phase pratique depuis le mois de janvier. Les mesures relatives à la réduction du train de vie de l’Etat, instruites par le président de la République, en vue de rationaliser les dépenses publiques, sont de façon criarde, perceptibles. Etant donné que le contexte sécuritaire exsangue obligent les plus hautes autorités à prioriser certaines dépenses, bien de …robinets ont été désagréablement fermés. Comme pour nous rappeler : « L’utile avant l’agréable » ! IBK et son Premier ministre  tiennent à faire pleinement assumer à l’Etat ses charges prioritaires…Conséquence : les dotations en boissons en cartons d’eau, de café et de thé ont disparu et nul ne se presse de rendre visite à son ami travaillant dans les ministères. C’est la disette ! Les dépenses en carburants, en produits alimentaires, les achats de véhicules et de billets d’avions pour les missions hors du Mali sont filtrées.

Dans  un communiqué du Gouvernement, rendu public en fin décembre 2018, les couleurs de cette austérité étaient annoncées :  « Pour ce qui est des dépenses en carburant et en produits alimentaires, le Chef du gouvernement annonce une rétention globale de 14,194 milliards sur tous les crédits affectés à ce volet. Par conséquent, les départements ministériels, les institutions, les autorités administratives indépendantes, les gouverneurs de région et du District sont invités à réduire leurs dépenses en carburant et produits alimentaires dans la limite des crédits ouverts. Pour ce qui concerne le renouvellement du parc auto de l’Etat, tout achat de véhicule pour les années 2019 et 2020 sera désormais soumis à l’autorisation préalable du ministre de l’Economie et des finances. En fonction du volume des besoins, des achats groupés seront envisagés et pris en charge sur des crédits budgétaires préalablement identifiés à cet effet ».

Et le communiqué de la primature d’ajouter : « Pour les achats de billets d’avions, le Premier ministre invite les départements, institutions et services, à se procurer les services des agences agrées par l’IATA (l’Association internationale des transports aériens) et à veiller à ce que le prix du billet d’avion soit le mieux-disant afin d’avoir des billets à moindre coût. Il recommande par ailleurs de réduire de moitié les déplacements à l’étranger ».

La conséquence de ces mesures est, comme le confiait un cadre politique, la semaine dernière, qu’«il n’y a plus rien à se mettre sous la dent ». En clair, plus de missions négociées pour des députés, plus ristournes de marchés de billets d’avions, plus de pot-de-vin sur des marchés d’achats de véhicules… Bref, plus rien en terme de pourboires issus des « arrangements » subrepticement gérés entre cadres politiques et économiques. Et l’on abouti ainsi au tarrissements de tous les…marigots !

Cet état de chose crée d’énormes frustrations contre l’artisan de telles mesures d’un véritable assèchement de la marmite familiale! Cet artisan n’étant personne d’autre que le Premier ministre et le ministre de l’Economie et des finances, il s’en suit qu’une terrible animosité se développe contre ces véritables empêcheurs des « arrondissements des fins de mois ».

Et quand le contexte sécuritaire venait à se dégrader un tant soit peu, le bouc émissaire est tout trouvé. Et même des alliés politiques de la majorité présidentielle ‘Ensemble Pour le mali » et même du RPM, le parti présidentiel s’y mettent à gorge déployée. On les verra ainsi à l’Hémicycle clamer haut et fort un réaménagement gouvernemental avec derrière la tête le désir farouche de voir le PM limogé. Calculs politiciens ou défense de l’intérêt général ? la seconde hypothèse semble l’emporter. Et IBk doit en tirer toutes les conséquences !

Kassoum TOGO 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. Monsieur Kassoum Togo,vous êtes un frère,mais je me sens dans l’obligation de vous faire savoir que vous ignorez tout des réalités actuelles du Pays,qu’ainsi vous nous entretenez de conneries comme celles-ci. Peut-être que vous vous en mouchez de tous ceux qui meurent par centaine,si fait que je me pose la question quant à savoir si vous avez un parent parmi eux. Ce qui m’amène à douter de votre patriotisme. Parce que je ne peux pas croire qu’un Malien de souche puisse faire une interprétation si biaisée des évènements actuels.En voulant mettre à plat toute cette colère généralisée du peuple, vous ramenez l’ensemble de ses révendications légitimes à sa simple expression de coupe budjétaire. Vous ignorez peut-être que c’est plutôt le combat de la majorité des Maliens,le combat de la bonne gouvernance; que tous les Maliens cessent de travailler pour une minorité qui se goinfre de leur labeur.Si l’austérité budjétaire peut permettre à la majorité des Maliens de sortir de la misère qui est la leur depuis des années,pourquoi pas? Vous conviendrez avec moi que c’est justement ceux qui clament ces mesures qui bénéficient de ces largesses budjétaires qu’ils veulent combattre.Sinon,le commun des Maliens est totalement,actuellement,en dehors des rétombées liées au budjet. C’est cet état de fait qui devient révoltant. Tout cela peut se supporter si l’Etat parvient à assurer aux gens les conditions nécessaires à sa survie,la sécurité. Que peut-on entreprendre dans un Pays où il n’est plus possible pour un paysan d’accéder à son champ,au berger de paître ses animaux,au commerçant de mener ses activités de commerce? Présentement,nous sommes dans un Pays en lambeaux, où nulle part il existe le minimum de paix. Et les autorités sur lesquelles seules nous comptons semblent dépassées ou indifférentes. En tout cas aucune action concrète en vue d’y mettre fin ne se dessine,malgré cette fameuse programmation militaire qui engloutit des centaines de milliards. Que dire des demandes sociales qui paralysent tous les secteurs de la vie de la Nation,même l’école? La logique a toujours voulu que des solutions soient immédiatement trouvées aux problèmes qui naissent aux autorités,au fur et à mesure. Elles ne doivent pas être celles qui plutôt les laissent s’accumuler,d’où tous ces mécontentements. Quand les frustations,les mécontentements atteignent un certain paroxysme,ils conduisent inévitablement à cette implosion que nous avons vécue le Vendredi dernier. Et vous ne pouvez pas nier que tous les Maliens qui ont pris la rue sont foncièrement mécontents,et parmi eux,il y avait les politiques,les religieux,les fonctionnaires grévistes auxquels on ne veut concéder de droits,les élèves et étudiants dont l’avenir est en train d’être hypothéqué,le bas peuple qui souffre.Et je vous rappelle,Monsieur Togo,que ces mouvements de protestations ont commencé bien avant que le Premier Ministre annonce sa volonté de procéder à des coupes budjétaires,dont les rétombées tardent à venir. Moinsieur Togo,je vous demande de faire un examen de conscience,et de comparer le jour où IBK est venu au pouvoir et celui que nous vivons. J’ai été , qui vous parle, son plus grand soutien en son temps,tellement je croyais à l’homme,à ses capacités intellectuelles et morales,au-dessus de tous les candidats qui se présentaient au fauteuil présidentiel. Aujourd’hui,je ne vous cache pas ma déception. Ma fierté de Malien a pris trop de coup. Mon Mlali dont j’étais si fier,où je pouvais vivre partout parce que je suis tout simplement Malien,a été déshabillé et livré à toutes sortes de vautours.Mes parents du Nord et du centre ne peuvent plus aller à 20km de leur village,s’ils ne sont attaqués et exterminés.,d’ailleurs même à l’intérieur de leur village.Enfin,aucun segment de la vie publique ou privée ne marche correctement,à hauteur de souhait.

  2. arrête de mentir ce n’est que moins de 5% de maliens qui travaillent dans l’administration donc ne vient pas nous raconter ta vie ici
    un pm incompétent et arrogant nous en avons pas besoins

  3. “…IBK et son Premier ministre tiennent à faire pleinement assumer à l’Etat ses charges prioritaires…Conséquence : les dotations en boissons en cartons d’eau, de café et de thé ont disparu et nul ne se presse de rendre visite à son ami travaillant dans les ministères. C’est la disette ! Les dépenses en carburants, en produits alimentaires, les achats de véhicules et de billets d’avions pour les missions hors du Mali sont filtrées….”
    ET PENDANT CE TEMPS, LES CERCLES DU POUVOIR ORGANISE DES ANNIVERSAIRES A COUP DE MILLION OU COULE NO N PAS DU THE OU SUCRERIES, MAIS DU CHAMPAGNE ET DU FOIE GRAS…
    OUI, LE PEUPLE A RAISON DE SE “REBELLER” CONTRE UNE TELLE REDUCTION DE LA CHARGE DE L’ETAT AU PROFIT D’UNE MINORITE..
    ET Kassoum TOGO , VA VOIR A OGOSSAGOU SI J’Y SUIS….

  4. Mr le journaliste arreter vos conneries.Personne n enveut a ce PM pour des raisons budgetaires a moins que cela soit les membres de son gouvernement.14 milliards sur 2000 milliards peut on parler d austerity?vous rigolez!!!!
    Ce PM ne maitrise rien .il pensait regner en president avc un president fictif avc un hold up electoral!!!!!.La realite le rattrape.Il se voyait successeur avant l heure de son ivrogne de patron

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here