FOURRE TOUT : Les Brèves du Scorpion

0

Mali-Libye : 1,3 milliard pour la mosquée de Ségourn

Le  frère guide de la Jamahyria Arabe Libyenne tient parole. Ses émissaires dépêchés sur Bamako ont emporté avec eux une enveloppe de 1,3 milliard de FCFA pour la construction de la grande mosquée de Ségou. La Libye a choisi l’entreprise chinoise, COVEC pour réaliser l’édifice en douze (12) mois. Le marché  a été déjà signé et Ségou aura bientôt sa grande mosquée flambant-neuve au début  de l’année prochaine. C’est bien l’année dernière, en quittant Bamako pour Tombouctou que le guide de la révolution El Kaddafi a fait escale à Ségou. C’est là bas qu’il a promis de construire une grande mosquée à ses frais. La promesse n’a pas tardé puisque ses émissaires sont venus remettre l’argent de sa construction à l’entreprise chinoise. La maquette de la mosquée a été présentée. La belle bâtisse pourra contenir des milliers de fidèles et sera dotée d’un minaret d’une trentaine  de mètres. C’est dire que la cité des Balanzans  compte désormais le frère guide parmi ses illustres amis visiteurs.

rn

Congrès des tisserands : ça innove

rn

Pour  mieux marquer le week-end du congrès les tisserands  ont innové. La cérémonie d’ouverture solennelle et la publication des résultats des travaux ont eu lieu le même jour. Si on est arrivé à ce scénario c’est parce que les commissions de travail avaient  commencé leurs travaux deux jours avant (le vendredi et le samedi). Les femmes et les jeunes du RPM ont eu ainsi droit  à leur congrès le samedi. C’est dire que le dimanche déjà le Tisserand en chef (IBK) et ses ouailles savaient tout déjà sur les résolutions et les recommandations du congrès. Toutes  choses qui leur donnaient la marge de manœuvre indispensable  à l’investiture du candidat du parti pour  l’élection présidentielle d’Avril.

rn

Des tisserands  déterminés à gagner les élections

rn

Dans les coulisses du congrès du RPM, on  a rencontré des militants et militantes animés par la détermination de rafler large à la présidentielle  et aux législatives prochaines. Ils ne font même pas l’ombre d’un doute sur leur victoire finale. Pour eux, IBK gagnera le marathon du palais  de Koulouba en Avril et que la place de la République brillera sous les couleurs du parti des tisserands.

rn

Les futures régions du Mali ?

rn

Quelques communes urbaines du Mali sont bien  parties pour devenir dans un proche délai chefs lieux  de régions. Il s’agit des villes  comme Kita, Koutiala, San et Bougouni. Des efforts sont  en cours pour aller dans ce sens. Si tout se passe bien le Mali pourra passer de huit régions et un district  à douze régions et un district. Ce passage nécessitera un grand recrutement  d’administrateurs. Reste à savoir si les moyens matériels et financiers seront au rendez-vous.

rn

Daffé et la BDM-SA : Deux destins liés

rn

Le grand Boss de la banque de développement du Mali-Sa a été reconduit le vendredi dernier à la présidence du conseil  d’administration de la BDM-SA par l’Assemblée générale des actionnaires pour un nouveau mandat. Ce renouvellement de confiance a touché aussi les autres membres du CA. Ainsi,  après plusieurs années aux commandes de la plus grande institution bancaire du Mali, le PDG Abdoulaye Daffé a pris toutes les caractéristiques d’un responsable décidé à faire de la BDM-SA une structure de financement géante de la sous-région. D’année en année, il réalise de résultats financiers  très satisfaisants et  tout se passe comme si son destin et celui de la BDM-SA sont liés.

rn

Licenciements  à la prison centrale

rn

Suite  à la récente évasion de quelques  pensionnaires de la Maison d’arrêt de Bamako pour ne pas dire du lycée technique de Bamako-Coura , les  autorités pénitentiaires ont sévi en sanctionnant lourdement une partie du personnel. Certains ont été tout simplement remerciés. Il ressort de l’enquête menée qu’il y avait  un complot visant  à faire évader certains pensionnaires. L’affaire a été prise très au sérieux par les responsables de la prison centrale. Les évadés courent toujours.

rn

Report  de la confénationale de l’Adema : La ruche aux abois

rn

C’est  au dernier moment que le président de l’Adema Dioncounda Traoré et les siens ont décidé de reporter d’un mois leur conférence nationale prévue  pour les 27 et 28 janvier 2007. Aucune raison valable (le manque de salle  à Bamako étant trop court) n’a été  avancée pour expliquer ce changement de date. Comme on est en politique, les analyses ne manquent  pas. En réalité,  l’actuel  CE fait face à un dilemme cornélien face à la donne S.B.M N°2 du parti. Ce dernier a été suspendu sur la base d’arguments infondés. Il était difficile sinon impossible à Dioncounda et ses proches collaborateurs de convaincre le peuple Adema sur la nécessité d’exclure son 1er vice-président au profit d’un soutien  du parti à la candidature de ATT. Une candidature qui n’est même pas déclarée par  l’intéressé  lui-même. Pour  ne pas être  en court  d’arguments devant les instances  de base du parti, le CE a décidé de reporter la conférence nationale au 24 et 25 février 2007 en espérant que d’ici là ATT fera connaître officiellement sa candidature pour l’élection présidentielle d’avril 2007. Ou que Boubèye le N°2 du parti aille  plus loin pour leur faciliter la tâche. Autrement dit, on diffère une rencontre statuaire du parti pour éviter d’être en position de faiblesse devant les militants. Concernant le cas Boubèye, il y a une véritable fuite en avant. L’objectif principal d’un parti étant  la conquête et l’exercice  du pouvoir, il sera difficile donc à une formation politique d’apporter son soutien à un candidat indépendant alors qu’en son sein les présidentiables ne manquent pas. Au contraire !

rn

Culture : La fête de Blonba

rnLa journée dominicale du 28 janvier a servi au lancement en commune VI (Faladiè) de Blonba. Il s’agissait là d’un événement important disposant d’un nouvel équipement culturel polyvalent de haut niveau. Blonba est une structure de création artistique et d’action culturelle qui a vu le jour à Bamako en 1998 avec comme maestro, Alioune Ifra N’Diaye. Après près d’une décennie, le buisness culturel qu’il dirige a produit quatre pièces majeures qui ont donné lieu à deux cents trente représentations dans sept pays d’Europe et d’Afrique et qui ont été reçues dans certains lieux culturels de l’espace francophone. Blonba est présente dans le domaine de l’audiovisuel sous le vocable de télékotèba. Un chef d’œuvre proposé par Alioune Ifra N’Diaye qui n’a pas manqué de marquer l’actualité avant et pendant les élections de 2002. Aujourd’hui, Blonba assure l’emploi à des jeunes diplômés et devient du coup une entreprise culturelle dont le chiffre d’affaires monte en flèche avec la vente de ses productions au Mali et ailleurs.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER