La CMA exige 3 portefeuilles stratégiques pour son entrée au gouvernement

18

Après avoir chaque fois boudé les équipes gouvernementales successives depuis 2015, les séparatistes de la CMA pourraient finalement cheminer avec le Premier ministre Boubou Cissé. Il nous revient, de source bien introduite, qu’ils ont été entrepris par le président de la République en personne ainsi que par le nouveau chef du gouvernement auxquels ils ont posé un certain nombre de conditions. Sous la houlette de son nouveau président, OuldSidatt, la Coalition des Mouvements de l’Azawad réclame en effet trois postes ministériels stratégiques, soit autant de portefeuilles ministériels que d’entités  constitutives.

La CMA, à en croire notre source, n’a pas déterminé les domaines qui l’intéressent, mais son entrée dans la prochaine équipe ne sera effective qu’après avoir connu et examiné les secteurs dont la gestion lui sera affectée. Et comme pour l’opposition, les négociations semblent non seulement bloquées à ce niveau mais aussi au niveau des gages de sincérité de la plus haute autorité de la République.

Le SG de la présidence de la République, Ben Barka, en guerre contre les ministres sortants 

BEN-BARKAOn l’a vu à l’œuvre dans le rôle qu’il abhorre le plus depuis sa sortie du gouvernement : celui de devoir rendre les décrets de nomination de ministres et de Premier ministre à la télé. Moustaph Ben Barka – il s’agit de lui – exercerait une influence très négative sur le locataire des lieux. Mais à chaque chose ses limites. Il aurait été ainsi arrêté net par son employeur et oncle, IBK, à qui il a voulu faire avaler l’amer pilule d’une équipe gouvernementale sans le moindre ministre sortant. En clair, aucun membre sortant du gouvernement Soumeylou Boubeye ne mérite à ses yeux d’y demeurer après le départ de ce dernier. Le Secrétaire général de la présidence ne manque certainement pas d’arguments au balayage excessif qu’il a suggéré à IBK, sauf que sa proposition n’a pas manqué non plus d’agacer son employeur très outré et qui ne s’est point contenté d’un refus de l’agréer. Ce faisant, IBK s’affranchit pour une fois au moins de l’influence négatif de sa famille sur ses options politiques. Quant à son Secrétaire général, il a l’air d’ignorer que le régime de son employeur est né avec des intouchables dans les gouvernements successifs.

La Rédaction

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

18 COMMENTAIRES

  1. …PAS MAL KASSIN…
    MAIS VOYEZ VOUS L ARRIVEE DE LA REBELLION DE NIORO?…C EST PLUS PROCHE DE BAMAKO NON?…ON Y PRATIQUE LES MEMES TRAFFICS ET ON FAIT DESIGNER LES RESSORTISSANTS DE NIORO POUR PILLER SYSTEMIQUEMENT LES RICHESSES CREES PAR LES CULTIVATEURS LES ELEVEURS ET LES FORGERONS QUI N ONT MEME PAS UNE BONNE CHEMISE POUR CACHER LEURS DOS DU SOLEIL DE MIDI ET LES ENFANTS A QUI MEURENT MASSIVEMENT DE MALADIES ET MALNUTRUTION SEVERE….

    ….LES ISLAMISES ET LES FRANCISES SONT LES ENEMI-INCONCIENTS DU MALI…DES TRAITRES QUAND ILS CHOISISSENT LA COLLABORATION AVEC LES FRANCO-ARABO-ABRAHAMIQUES POUR RAISON D EGO…..

  2. ….LES ILLETTRES DOIVENT PRENDRE LE POUVOIR EN AFRIQUE POUR QUE LES CHOSES MARCHENT, UN FRANCISE OU UN ARABISE N EST QU UN IDIOT SANS MEME LE SAVOIR….

    …le partage du gateau? lequel? le sang et la chair du peuple du mali?…l or exploite aussi bien que toutes les ressources a des taux a faire pleurer, le travail a bas pris de nos peres et meres aux villages exploite par les leaders religieux et leurs freres les leaders francofous au niveau national qui eux garantissent a la communautee dite internationale des voleurs abrahamiques l exploitation massive du monde entier….

    …SI LES INTALLAGH OU AUTRES POUVOIRS TRADITIONELS AU MALI PEUVENT COLLABORER A CHASSER LES IDIOTS FRANCISES ET LES IDIOTS ISLAMISES DU POUVOIR, CE SERAI DU KOUROUKANFOUGAN 2, ET CELA EST BIENVENUE!…

    ….LES PRECHEURS ET MUSULMANS AUSSI BIEN QUE LES IDIOTS PSEUDO-INTELLOS N ONT AUTRE CHOIX QUE DE TRAHIR CE PEUPLE CAR ILS NE SONT QUE DES TRAITRES SEMANTIQUEMENT ….

  3. Kassin
    Vous êtes une source d’information pour les internautes.
    Une analyse très juste de la crise malienne.
    Il vous faut aussi une analyse sur les hommes politiques de la place.
    Sont ils tous aussi mauvais qu’ IBK comme pensent trop de personnes?
    L’alternative à IBK est elle le chef de fil de l’opposition le libéral SOUMAILA CISSE ?
    Ou le centriste MODIBO SIDIBE?
    Le communiste OUMAR MARIKO?
    L’ opportuniste MOUSSA MARA ?
    Le délinquant KARIM KEITA ?
    OSER LUTTER ,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue

  4. De tous les temps, depuis la Transition de 1991-1992, commandée par le Général ATT, les rebelles touareg et maires qui avaient signé le Pacte de Paix et de concorde en Avril 1992, ont des quotas au GRM, le plus illustre représentant du MPA, ensuite du MNLA et actuellement de la CMA, est l’indeboulonable Mohamed ag – Eghlaf et toujours un maure à côté de lui, et dans le GRM de SBM tombé , Nina wallet-Intalou représente, ouvertement, le MNLA et donc la CMA .

    C’est normal qu’en termes de représentation politique d’une région entière que la CMA qui, bien que rebelle encore, contrôle politiquement , administrativement et … militairement et …. économiquement la région de Kidal, comme le PFDC en Casamance au Sénégal , ait des ministres au nouveau GRM du PM Boubou Cissé et je m’en vais leur suggérer qu’il négocier celui de la Défense, ceux de l’artisanat et du tourisme leur sont acquis par la tradition politique depuis AOK, un secrétariat de la décentralisation et un secrétariat des zones arides ou de l’environnement des régions sahariennes.

    Sincèrement

  5. ” … Il nous revient, de source bien introduite, qu’ils ont été entrepris par le président de la République en personne ainsi que par le nouveau chef du gouvernement auxquels ils ont posé un certain nombre de conditions… ” … /// …

    :

    Pour l’arrêt de la rébellion, pour l’arrêt de cette guerre absurde contre l’ETAT Malien, pour l’abandon des velléités communautaristes, pour l’abandon des velléités séparatistes, pour l’arrêt de ces stupidités indépendantistes…, pour notre bien Vivre ensemble, pour notre cohésion nationale…, pour la paix et l’Unité du Peuple Malien. Acceptons l’entrée au gouvernement de toutes les compétences, y compris des ex-rebelles qui n’ont pas de sang sur les mains.
    Puisque en plus d’avoir été hors la loi, il nous revient que c’est eux qui veulent poser des conditions pour leur éventuelle entrer au gouvernement. Soit…
    Il revient maintenant, moi je l’espère, au Président de la République et à son nouveau Premier Ministre de poser des conditions à leur entrée dans le gouvernement, qui seraient entre autres l’arrêt total des hostilités, mais aussi et surtout la disparition totale de leurs ” drapeaux azaouade ” et autres banderoles indépendantistes. Et l’arrêt des provocations à l’égard de l’ETAT Malien.

    Vivement le Mali pour nous tous.

  6. Boua, qui est Ben Barka, le fils de ta belle-soeur Mme Ben Barka et il est le Secretaire General de ta Presidence? Je demande au roi MAUDIT de segou de nous dire comment memes de animaux comme lui caracterisent cette situation? BOUA KA BLA

  7. Pourquoi le Mali nage t-il dans la crise depuis 2012?

    Je devrais plutôt écrire depuis 2006.

    C’est quand ATT s’est rapproché des touareg Imghas de la zone de Ménaka en nommant comme chef d’état major particulier de la présidence l’actuel général, El Hadj Gamou que ses ennemis jurés, le touareg ifoghas de Kidal, Iyad Aghali et Ibrahim Ag Bahanga lui ont tournés le dos.

    La tentative d’ATT de rallier toutes les fractions touareg du Mali à la cause du Mali prend un échec cuisant et Bahanga rentre en rébellion armée contre le régime d’ATT jusqu’à à sa mort accidentelle en 2011 dans le désert entre le Mali et la Libye.

    Iyad Aghali a profité de son poste de diplomate au Moyen Orient offert par ATT pour tisser des liens solides avec le Qatar et s’assurer un financement pour ses projets personnels et se rapprocher de l’Aqmi dans le but de créer un état islamique au nord du Mali.

    Dans la détérioration de la situation sécuritaire du nord du Mali entre 2002 et 2010, fait de prises d’otages occidentaux par l’Aqmi, de trafics de drogue, de cigarettes et de rébellion touareg armée de Bahanga, les touareg installés en France, en Belgique et en Suisse ont eu l’opportunisme de créer le MNLA, le mouvement national de libération de l’Azawad.

    Un mouvement dont le récépissé d’association fut donné naïvement par le régime ATT, sous l’appellation « MNA, Mouvement National de l’Azawad ». Les touareg du Mnla par opportunisme y ont ajouté le L pour y introduire la lutte de « libération » du nord du pays qu’ils appellent Azawad.

    Ils ont largement profité de la crise libyenne pour s’armer lourdement et déferler par milliers sur le nord du Mali.

    Dans la chronologie des ces événements, il y a deux choses qui ne fonctionnent pas correctement au Mali, les services de renseignement et la diplomatie.

    Le régime ATT vouait une confiance aveugle à l’Algérie et à la Libye de Kadhafi pour résoudre l’irrédentisme touareg du nord du Mali et semblait totalement abandonner l’option militaire comme cela fut évoquée dans les accords de paix signés en Algérie entre 1991 et 2009.

    IBK alors en opposition qui s’était offusqué contre les accords d’Alger de 2009 est allé encore plus loin dans la compromission avec les rebelles touareg en juin 2015 car il reconnaît non seulement leur Azawad mais régionalise carrément la sécurité du pays et tente même de modifier la constitution du pays pour cela sous la pression de la France et toujours avec une confiance aveugle à l’Algérie.

    Les rebelles du Mnla devenus ceux de la CMA (Coordination des mouvements de l’Azawad) qui n’avaient pas hésité une seconde à déserté en masse l’armée et les administrations du Mali pour leur projet sécessionniste entre novembre 2011 et avril 2012 du nord du pays, sont pour l’occasion en embuscade pour avoir cette régionalisation dans la constitution du Mali, étape indispensable pour eux avant de demander encore une indépendance de leur Azawad.

    Durant tout ce temps depuis 2002 jusqu’à 2019, les services de renseignement maliens sont restés médiocres pour prévenir et déjouer les attaques armées contre le pays, l’armée est plus que faible et se fait toujours surprendre dans ses propres camps de fortune et la diplomatie du pays est inexistante ou inefficace.

    Dans ces conditions, les gouvernements successifs d’ATT à IBK font semblant de protéger le pays et ses populations civiles mais ils n’ont ni moyens ni méthodes ni stratégie pour faisant face aux défis sécuritaire du pays.

    Ils suivent à la lettre soit l’Algérie et la Libye (ATT) soit la communauté internationale et l’ONU (Dioncounda et IBK) qui elles mêmes suivent la France et ses fonctionnaires du Quai d’Orsay qui ont une vision erronée ou délibérément biaisée de la réalité du pays.

    De 2013 à 2019, IBK a beaucoup voyagé et a fait beaucoup de bruit avec beaucoup de gouvernements, mais il n’est jamais parvenu à avoir ni un bon service de renseignement, ni une bonne armée ni une bonne diplomatie. Donc il ne s’est donné en aucun moment aucun attribut de souveraineté pour sortir la tête de l’eau et apporter du réconfort au Mali durant 6 ans.

    L’Etat malien s’affaiblît comme une glace qui fond au soleil à cause principalement de la corruption à ciel ouvert, du népotisme à tous les coins de l’administration et de l’armée, de l’amateurisme des hauts fonctionnaires, du clientélisme des acteurs politiques, de l’opportunisme associatif et religieux qui endorment le peuple malien et l’empêche de s’affirmer comme nation indépendante et souveraine et surtout des gaspillages financiers et matériels du régime IBK.

    Les maigres ressources du pays qui devraient servir à renforcer l’Etat et son armée et à investir dans les bases du développement du pays (routes, électricité, eau potable, santé, éducation, télécommunications, etc) sont systématiquement détournées et dilapidées au vu et au su de tous sans que cela ne dérange personne.

    Le régime IBK reste spectateur docile dans la résolution du crise du pays et se laisse allègrement entraîner par la Minusma, l’ONU et la France, passés maîtres dans les rôles peu glorieux d’acteurs principaux du grand théâtre sanglant du nord du pays.

    Sans stratégie, ni moyens ni voix diplomatique, IBK et ses gouvernements successifs regardent impuissants la situation sécuritaire se déliter également dans les régions du centre du pays (Mopti et Ségou) avec les islamistes d’Amadou Kouffa et son corollaire de conflits ethniques stupides mais sanglants entre populations dogons et peuls.

    Les populations civiles du sud du pays qui nagent dans l’insouciance et l’indifférence totale et coupable, suivent assidûment quelques auto proclamés chefs religieux qui haranguent les foules par dizaines de milliers et pèsent sur les actions politiques du pays tout gouvernement confondu depuis maintenant belle lurette.

    Au nom de la paix, des compromis inadmissibles et des avantages indus sont accordés soient aux rebelles touareg soient aux agents les plus corrompus des administrations contribuant à faire saigner inutilement le trésor public sans aucune avancée ni sur le plan sécuritaire du pays ni sur le plan du développement du pays.

    Tout une armée de jeunes désœuvrés, végète par millions de têtes dans le chômage de masse, sans perspective ni espoir d’en sortir et se fie corps et âme à des apprentis chefs religieux qui se partagent le grand marché de la désillusion populaire depuis le temps de l’AMUPI jusqu’au HCI pour en faire un juteux business de la misère populaire et de l’opportunisme à la malienne.

    C’est sous l’impulsion de quelques uns de ces chefs religieux et à la suite d’un nième massacre des populations civiles au centre du peuple, que Soumeylou Boubeye Maïga a rendu le tablier après une rencontre à Koulouba entre IBK et Mahamoudoun Dicko, alors président du Haut Conseil Islamique du Mali et une motion de censure à l’assemblée nationale contre son gouvernement, votée à l’unisson par les députés de la majorité comme de l’opposition.

    Pour le remplacer, le Dr Doudou Cissé, précédemment ministre de l’économie et des finances, prend les rênes de la cité administrative Mouamar El Ghadafi de bamako, après sa nomination par IBK et on attend toujours son gouvernement après 12 jours que Boubeye soit parti.

    S’il parvient à s’attaquer à la grande corruption et s’investit pleinement à la reconstruction d’une vraie armée,tout en revigorant la diplomatie et les services de renseignement du pays pour prévenir les attaques suicides et stabiliser le centre pays, ce serait un début de solution à la crise qui hante le pays depuis 2012, sinon il serait ni plus ni moins qu’un autre premier ministre de passage.

    Il doit faire très attention à la réforme constitutionnelle empoisonnée qui l’attend sûrement et faire preuve de beaucoup d’intelligence et de rigueur sinon il chuterait plutôt que prévu.

    Dans tous les cas, c’est aux maliens d’y prendre conscience et de se dire qu’ils sont les seuls vrais acteurs à détenir la clé de la stabilité du Mali et se donner les moyens d’y parvenir qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige.

  8. Il faut donner a la CMA les “portefeuilles stratégiques” …le ministère de la défense, le ministère de la sécurité intérieure, le ministère des mines, le ministère du transport, le ministère de l’administration territoriale, le ministère des finances et enfin de le ministère des affaires étrangères…. tous localisés dans un nouvelle cité ministérielle a Kidal.

  9. La CMA sait ce qu’elle veut et agit dans ce sens. Leur ligne de conduite n’a point varier et tout le monde le sait. A la place de la CMA, je ne ferai jamais le figurant dans un gouvernement. Soit j’y suis avec un poste ministériel important ou je me barre.

  10. Le roi MAUDIT de segou, ce que tu ne comprends pas c’est que ton Boua ne merite pas d’etre reconduit et comme tu n’es pas intelligent tu ne peux pas comprendre la situation! Dommage que nous avons des humains-animaux comme toi parmi nous!

  11. C’est normal car la CMA a aide Boua a voler les elections en bourrant les urnes dans le Nord Mali. Elle a droit a une recompense, mais Boua nous trouvera sur son chemin car il a echoue et lamentablement! Boua ka bla!

  12. Sous IBK le partage du gâteau est toujours à l’ordre du jour . Au lieu de s’occuper des anciens Ministres, IBK lui même ne restera pas à Koulouba . Il sera chassé du pouvoir par la rue. Il ne peut pas diriger le Mali par manque de vision. Ceux qui pensent qu’ils continueront à sucer le sang du peuple , doivent se détromper .

  13. Le seul poste que méritent ces traîtres de la Nation, c’est la prison. On leur a trop donné le temps. Le Peuple malien ne va jamais laisser faire!😠😠😠

  14. La proposition du professeur ali ( ancien pr de l’AN ) relève du bon sens ! Seul le refus des citoyens maliens attachés à la souveraineté pleine et entière du Mali peut obliger la communauté internationale de revoir sa copie , en particulier l’accord d’Alger qui est de plus en plus insupportable.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here