Case SANGA : La récompense qui oppose Dabara aux organisateurs

0

La finale de l’émission de téléréalité Case Sanga qui opposait vendredi 07 septembre dernier au Palais de la culture Amadou Hampaté Bah de Bamako, Pamela Badiégo à Mamadou Dembélé dit Dabara a tourné en faveur du dernier, suscitant ainsi une véritable ferveur dans le rang de l’étoile montante de Faani (Ségou) et ses partisans. Mais une ferveur qui aura été de courte durée quant on sait que les rapports entre le jeune promu et les organisateurs de Case Sanga (l’émission de téléréalité diffusée les deux derniers mois sur Africable, la Chaîne du Continent) ne sont pas des plus conviviaux. rn

rn

L’argent, le nerf de la guerre, s’est imposé dans le choix à faire entre lui et l’avenir de l’émission au Mali. Encore une fois les organisateurs de Case Sanga ont préféré l’argent à l’avenir de l’émission Case Sanga en conditionnant l’attribution de la récompense du lauréat (qui s’élève à 3 millions de nos francs puis des beaucoup d’autres surprises) à la signature d’un contrat dont il n’aurait jamais été question au départ. A l’époque il a été dit publiquement et à plusieurs reprises que le lauréat empochera la somme de trois (3) millions de nos francs et beaucoup d’autres surprises.

rn

Pour mémoire de Bamakois, cela a été même rappelé à la finale le vendredi 07 septembre par Oumou Sangagé quand elle donnait rendez-vous au public pour la deuxième édition de cette émission.  Dire à la dernière minute qu’il existe des préalables pour entrer en possession de la totalité de sa récompense (3 millions de franc CFA) semble susciter un sentiment de doute chez le lauréat Mamadou Dembélé Dabara qui, de l’avis des organisateurs eux-mêmes est l’un des lauréats les plus appréciables sur le double plan social et éducatif, fait l’objet de beaucoup controverses. 

rn

rn

rn

Mais qu’est ce qui aura été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, s’interroge-t-on ?

rn

rn

rn

En réponse à cette question lors d’un point de presse organisé à leur siège le mardi 18 septembre dernier Ander Baba Diarra et Papa Wane insinuent qu’il y aurait une main derrière cette affaire et qui serait en train de tirer à la ficelle pour que Dabara n’adhère pas à leur projet de production d’album qui aboutit à une tournée musicale à l’intérieur et à l’extérieur du pays en compagnie de la diva de musique malienne Oumou Sangaré, non moins marraine de cette première édition. Pour les deux jeunes initiateurs de l’émission, le principe est clair. Il s’agit de donner une partie de l’argent soit un (1) million au lendemain de la victoire( ce qui est déjà fait), le deuxième après les formalités, et le troisième reste après avoir eu la certitude que le lauréat entrera en studio le 2 octobre prochain pour la production d’un album. Ne voyant pas d’assurance en cela, Dabara aurait rejeté cette façon de faire qui serait, à ses yeux, une forme de se livrer mains liées à Fanaday Intertainement.

rn

C’est pourquoi il refuse de signer le contrat de production d’album qui l’engera à produire son premier album pour Fanaday Intertainment auquel l’exclusivité des droits reviendra. Il en est de même pour les tournées prévues à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Contrairement à une conception générale, ces tournées sont organisées par Fanaday Intertainment qui ne versent que des cachés au lauréat pour ses prestations. C’est l’une des précisions apportées lors de leur point de presse du mardi dernier dont ils ont profité pour rendre publique la récompense de la finaliste Pamela Badiogo. Là aussi un autre paradoxe. Car malgré son classement de finaliste, Pamela Badiogo n’a empoché que la somme de 100 000 francs CFA, même montant versé aux 6 autres lauréats éliminées. 

rn

rn

Autant de procédés, de vide juridique et de tares qui auraient découragé le lauréat de cette première édition Case Sanga à signer le contrat de production d’album.

rn

rn

Vu la détermination dans les deux camps des protagonistes aucun terrain encore sûr. Du côté des organisateurs on soutient ne pas être dans la logique de négocier. « On ne va pas se plier à la volonté de Dabara, et s’il ne n’entre en studio le 2 octobre on prendra une décision », menacent-ils. En clair, si d’ici le 02 octobre prochain, date de démarrage des travaux d’enregistrement de l’album, rien n’est fait la première édition de l’émission Case Sanga se serait soldé par une note de déception. Ce qui risque d’avoir des répercutions négatives sur les éditions futures. Des informations circulant ces derniers temps font état d’une menace de poursuite judiciaire contre les ténors Fanaday Intertainment.

rn

rn

Affaire donc à suivre !

rn

rn

Markatié Daou

rn

rn

 21 septembre 2007

rn


Commentaires via Facebook :

PARTAGER