Culture : Janjo pour Mamou

0

Sortir la culture des musées, en faire un art vivant, une vraie industrie culturelle est le pari réussi à Ségou par Mamou Daffé et son équipe. Aujourd’hui, le Festival sur le Niger et ses produits dérivés ont fait de Ségou une destination connue du monde entier.

 

Depuis un certain temps, un « débat » a été soulevé par un aîné, sur l’industrie culturelle au Mali. En fait, on a cru à un débat jusqu’à ce qu’il vire dans la diatribe contre le Festival sur le Niger.

Peut-on dire que le Festival sur le Niger a ôté à la culture Bambara, au-delà, aux cultures maliennes leurs substances ou les a plutôt valorisés ?

Aujourd’hui, le Festival sur le Niger a permis de faire de Ségou un carrefour incontournable dans le monde. Festival sur le Niger a permis d’exhumer des pratiques culturelles de Ségou, de faire revivre des arts, de permettre à des artistes et acteurs culturels de vivre de leurs arts notamment à travers la création du Centre Culturel Kôrè, un centre de référence sous-régionale pour le développement des métiers des arts et de la culture, qui a revalorisé la confrérie des Kôrèdugaw à Ségou. On peut également citer la création de l’Institut Kôrè des Arts et Métiers (Ikam), un Institut universitaire de haut niveau, qui délivre aujourd’hui le Master et la Licence professionnelle, basé sur l’expérience réussie et le succès du modèle entrepreneurial du Festival sur le Niger à Ségou, appelé l’entrepreneuriat Maaya. Ce modèle entrepreneurial du Festival sur le Niger a été cité comme meilleures pratiques dans le rapport 2013 de l’Unesco sur l’économie créative.

La ville de Ségou, à travers le Programme ‘’Ségou Ville Créative’’ de la Fondation Festival sur le Niger en partenariat avec la Mairie de Ségou, a été primée et désignée en mai 2020 comme ville créative par le ‘’Prix International CGLU (Cités et Gouvernements Locaux Unis, un programme des Nations Unies).

Au-delà, les éditions, le Festival sur le Niger sont des rendez-vous attendus de tout Ségou et d’une manière ou d’une autre, toute la ville en profite. En effet, la ville de Ségou vit au rythme du festival à travers la Foire de Ségou, qui regroupe chaque année plus de 250 000 visiteurs.

Le positionnement de la Cité des Balanzan comme une vitrine de l’art contemporain en Afrique de l’Ouest, à travers le salon d’art Ségou’ Art n’est-il pas une bonne image pour un Mali qui gagne à l’international ?

Ségou doit une fière chandelle au Président Mamou Daffé et à son équipe.

 

Alexis Kalambry

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here