Journée mondiale de la protection civile 2019 : « En 2018, les unités de la protection civile ont effectué 19 925 interventions, contre 16 941 en 2017 »

0

Le  Mali,  à travers  la Direction Générale   de  la  Protection Civile, comme les autres pays  du  monde,  sous  l’égide  de  l’organisation  internationale  de la protection civile (OIPC),  a célébré, le 1er mars 2019, à la direction  générale   de  la protection civile, (ACI 2000), sous  la présidence  du président  de  la  République, Ibrahim Boubacar Kéita, en  présence  des présidents d’institutions, des membres  du  gouvernement, des  partenaires  du Mali, des  diplomate  accrédités  dans  notre pays,  du Maire  de  la Commune  IV de Bamako, Adama  Béréthé,  etc., a  célébré  avec  faste , l’édition 2019,  de  la  journée  mondiale  de  la protection  civile. « La protection  de  l’enfant, c’est notre  responsabilité », tel était le thème  choisi  pour la circonstance.  Les soldat du feu  du Mali ont  mis à profit  pour  sensibiliser,  informer   la  population  afin que  tout  un chacun puisse  prendre conscience   du bien  être  des  enfants.  Matchs   de football, activités  culturelles, conférences,  etc., étaient   entre  autres  activités  tenues  par  les  sapeurs  pompiers  lors  de  cette  journée.

Selon  le  colonel  Major  S. Doumbia, en  instaurant cette journée, l’OIPC  vise à sensibiliser sur les  tâches  des  Services  de  Protection  civile à travers le monde, pour la protection de la vie, la préservation  des  biens et la sauvegarde de l’environnement. Il a  pris  tout  un arsenal de dispositions  constitutionnelles, législatives  et règlementaires qui ont  pour garantir aux enfants tous les droits qui leur sont dus. L’Organisation Internationale  de la Protection Civile, à travers ce thème,  dit-il, veut alerter tout un chacun, sur la vulnérabilité des  enfants qui méritent le soutien de tous étant les plus touchés lors  de catastrophes.  Le directeur général de la protection civile, le  Colonel  Major  S. Doumbia, a rappelé  les  efforts  fournis  par  l’Etat  à l’endroit  de son service, les actions réalisées  durant  l’année  2018 par son service,  le souhait  des  sapeurs  pompiers   auprès  des  autorités d’avoir  une  école  de formation  des  sapeurs  pompiers.  Les  formations  en  cours, faites, attenues par le service  de  même  que  les  réalisations   attendues, ont  été  décortiqué  aussi  au  président  de la république par  le premier responsable  des  sapeurs  pompiers.  Courant   2018, les  services  de Protection civile ont formé  environ  5000 jeunes  aux gestes de premier  secours.  Pour  la  protection  de l’enfant toujours, ajoute le colonel  Major S. Doumbia,  nous avons  initié  depuis 2013, la relecture des  curricula de l’enseignement fondamental et secondaire général, pour  y intégrer  les  notions  de risques, de  prévention et de réponse aux catastrophes, ainsi que des gestes  qui  sauvent la vie. Des modules ont été  élaborés et validés à l’échelle nationale.  S’agissant du niveau universitaire, dit-il, nous nous  réjouissons  de  la certification en  2018 des  premiers  auditeurs  pour  le  leadership  en  gestion  des  risques  de  catastrophe.

Le  colonel Major  s’est  réjouit  de l’application de la L.P.R.S.I. 2017-2021, qui a déjà commencé  à  Produire  des effets  positifs sur  l’ensemble des  Services  et des  personnels de la Protection civile. Un des piliers essentiels de cette loi  de l’avis  du colonel  Major,  vise l’amélioration des  conditions de vie et de travail du personnel.  Dans  le domaine du  renforcement  des  effectifs  et  de  la formation, poursuit   le directeur général,  le  recrutement  et  la formation continus  de nouveaux  personnels  se  poursuivent. «  C’est ainsi que  le  contingent 2017, fort de  350 éléments, composé  de Sapeurs  pompiers, d’Agents  techniques et de Techniciens, sont en fin  de formation. Quant au contingent 2018, son  processus de recrutement  est  bouclé, et  les résultats  devront  être  proclamés dans les tous  prochains jours.  Ce processus  de  recrutement  annuel  devra  porter l’effectif  du  personnel  de  la Protection civile à environ 4000 éléments à  l’horizon 2021, contre 1200 en 2015 », a décalé  le colonel Major.

Dans le domaine des formations  professionnelles, ajoute  le directeur général, 2 455 éléments ont été  formés  courant  2018. C’est le lieu de remercier tous les partenaires  qui nous ont facilité la tenue de ces formations, notamment  l’Algérie, la MINUSMA, la Coopération française et tous les pays partenaires de la Protection civile. Dans le domaine de la logistique, poursuit  le  colonel Major  Seydou  Doumbia, la Direction Générale la  Protection civile a bénéficié du 1 er mars 2018 au 1 er mars 2019 de la  dotation de 15 Ambulances dont 5 semi-médicalisées, 16 véhicules  de commandement et de liaison, 2 Fourgons Camions Incendie  d’une capacité de 10 000 litres chacun, tous réalisés sur budget  d’Etat.  Au titre de la coopération, dit-il,   il a été réalisé 4 Ambulances et 2  vedettes  pour le secours  nautique, par le Japon;  2 véhicules   d’intervention  avec  chacun  à son bord 1  lot  de matériels  de  désincarcération, un  Centre  de  Coordination  des  Opérations à  la  Direction Générale  de la Protection civile par l’Union  européenne, etc.

S’agissant  des  infrastructures, la  construction  en  cours  des  Centres  de Secours de  Bandiagara  et  de  Yamana, la construction  programmée pour 2019 du Centre de Secours  Fluvial de Bamako, viendront  renforcer  les  infrastructures  déjà  existantes.

Sur le plan opérationnel, nous notons avec beaucoup de satisfaction  l’ouverture des postes de Secours Routiers de Didiéni, Kourémalé,  Diboli, Bla, Zégoua et Manankoro, ceux de Gogui et Sanankoroba, ainsi que les unités fluviales de Kayes, Macina, Ténenkou et  Youwarou sont également programmés. «Ces acquis variés et multiformes  ont permis  d’améliorer  de manière  significative  les interventions  des unités  de Protection civile.  Ainsi en 2018, les unités de Protection civile ont effectué  19 925  interventions,  contre  16 941 en 2017. Le  bilan humain enregistré est  de 1 096 morts  et 27 899 blessés, avec  une prédominance  des accidents de la circulation, qui ont  occasionné 14 504 interventions  des unités de protection civile,  contre 14 543 en 2017. Le bilan des victimes de ces accidents est de  502 morts contre 558 en 2017. A l’analyse comparative de ces  bilans, nous constatons une augmentation du nombre des  interventions  et du nombre de personnes secourues  en 2018, grâce à  la création de nouvelles unités, et l’acquisition de nouveaux  équipements, et en même temps une diminution du nombre de décès.  Cela traduit une nette réduction des délais d’intervention  ainsi que l’amélioration de la prise en charge des victimes, ce qui constitue un résultat tangible du renforcement des capacités de la Protection civile, et du secours de proximité qu’il a rendu possible », s’est réjouit  le  directeur général.

Hadama B. Fofana

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here