ADEMA-PASJ : Mme Konté rempile à la tête du mouvement des femmes, Mohamed Chérif fait le consensus auprès des jeunes- Tièmoko Sangaré en mauvaise posture pour succéder à lui même

0

En prélude au congrès du Bureau exécutif national de l’Aema-Pasj, le deuxième congrès des  femmes et le quatrième congrès des jeunes se sont tenus le week-end dernier au CICB. Au terme de ces assises, c’est la présidente du bureau sortant des femmes, Mme Konté Fatoumata Doumbia, qui a été reconduite. Chez les jeunes, c’est Mohamed Chérif Coulibaly, le premier responsable des jeunes du parti en commune II, qui a été plébiscité.

Pour la course à la présidence du bureau des femmes, deux candidates étaient en lice. Il s’agit de la présidente sortante, Mme Konté Fatoumata Doumbia, ancienne maire de la commune I et de la présidente du Mouvement des femmes de la commune V, Mme Katilé Hadiaratou Sène, deuxième adjointe au maire de la commune V,  par ailleurs membre du Bureau exécutif national.

Selon nos recoupements, Mme Konté, après  12 ans à la tête du bureau des femmes voulait faire ses valises, sauf que pour des batailles de positionnement au niveau du Bureau exécutif national, elle a été reconduite à la tête d’un bureau consensuel avec pour vice-première son challenger direct, Mme Katilé Hadiaratou Sène. A en croire une autre source au sein de la Ruche, Mme Katilé pouvait être élue à la tête du bureau des femmes si elle n’était étiquetée comme politiquement proche de  l’actuel président, Tiemoko Sangaré, dont la tête serait mise à pris par de nombreux cadres du parti.

Aussi, c’est cette accointance entre le deuxième adjoint au maire de Gao, Ben Maouloud, avec l’actuel président du bureau exécutif, qui a réduit les chances de Ben Maouloud de prendre les rênes du bureau des jeunes face à Mohamed Chérif Coulibaly de la commune 2 dont la candidature était portée par les sections du district de Bamako. Si les deux camps étaient décidés à passer par le vote pour être départagés, c’est le consensus autour de Mohamed Cherif Coulibaly de la commune II qui a finalement prévalu. C’est un jeune cadre en pleine ascension dans sa carrière politique. Même si Ben Maouloud, aurait refusé de figurer dans le bureau de 85 membres, il a tout de même proposé un nom au poste de premier vice-président. Ce qui a été retenu. Au terme de ces deux congrès, tous les observateurs politiques sont  unanimes : le président sortant, Tiemoko Sangaré, est fragilisé pour pouvoir succéder à lui-même. “En tout cas, sauf miracle, il est très difficile que Tièmoko succède à lui-même car tous ses soutiens au niveau du bureau des jeunes et des femmes ont été recalés. Ce qui veut dire qu’il ne maitrise plus le gouvernail du parti”,  nous a confié un cadre du parti de l’Abeille. Il nous revient que son poste est lorgné par l’actuel maire du district de Bamako, Adama Sangaré,  et des anciens ministres comme Marimathia Diarra, Abdel Karim Konaté dit Empé et Adama Noupoumon Diarra.

Kassoum THERA

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here