Arrêt de la Cour Constitutionnelle : L’ASMA-CfP, la grande victime

5

Le jeudi dernier, dans la soirée, la Cour constitutionnelle a proclamé les résultats définitifs du 2 ème tour de l’élection législative tenue le 19 Avril 2020.

Contre l’attente de la majorité des Maliens, pour ne pas dire une surprise, l’Institution chargée du contentieux électoral a donné des résultats controversés.

Elle a recalé plusieurs listes données gagnantes par le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, lors de la proclamation des résultats provisoires.

En Commune I la Cour a annulé les résultats dans 10 bureaux de vote, idem en Commune IV, V et VI. Du coup, il y a eu un renversement de situation.

L’ASMA-Cfp a été la grande victime de l’arrêt de la Cour constitutionnelle, d’autant plus qu’elle perd 4 élus à Sikasso et à Kati.

A Sikasso, l’Alliance Adema-ADP-Maliba-ASMA-CfP- FCD avait obtenu 61.223 voix soit 54%, selon les résultats provisoires donnés par le département de l’Administration territoriale tandis que leur adversaire la liste RPM-Codem et URD a obtenu 50780, soit 45,14%. La Cour a annulé les résultats des communes de Kapala, Lobougoula,Farakala, Klela, N’kourala et tout le ganadougou, favorable à la liste ASMA. Même son du côté  de Kati où l’Alliance ASMA-CfP- Prvm-Fasoko- Um-Rda était en tête dans les résultats provisoires avec 53769 voix, soit 50,81%, pendant que l’Alliance Adema-RPM-Urd avec 52059 voix soit 49,19 % s’est vu recaler aussi.

Comme à Sikasso, la Cour constitutionelle a annulé les résultats des bureaux de localités où l’Alliance ASMA-CfP s’était imposée.

Jamais dans l’histoire du Mali, un tel arrêt de la Cour n’a fait autant  bruit. Si cela continue comme ça, l’Institution en charge de purger le contentieux électoral risque de tuer la démocratie au Mali. Il ne sert à rien d’aller accomplir son devoir civique quand on sait que le résultat sera attribué comme des arachides.

La Cour constitutionnelle ne sera pas les seuls auteurs de la mort de la démocratie malienne, il ya aussi les requérants qui sont des mauvais perdants. Sachant que le peuple ne les aime pas, ils portent leurs espoirs sur cette Cour constitutionnelle téléguidée.

Quelle honte pour la démocratie malienne qui a été citée jusque-là parmi les bons exemples d’Afrique. Pourquoi organiser des élections dont les résultats seront renversé en faveur d’un clan ? Mieux vaut introduire les dossiers de candidature à la Cour constitutionnelle qui va    nommer les députés comme elle sait le faire déjà. Cela va éviter le gaspillage du contribuable malien pendant l’élection.

A Bougouni, l’Alliance RPM- URD- MPM a été recalée. Pour montrer sa vraie face au peuple malien, la Cour a donné vainqueur la liste RPM-ADEMA dans la circonscription électorale de Yanfolila, après un moment, on dit que c’est une erreur. Des incohérences dans les calculs se font sentir aussi dans les résultats finaux de la circonscription électorale de Sikasso, malgré l’annulation de ceux de certains bureaux.

C’est un danger pour la démocratie quand le peuple commence à douter d’une Institution comme la Cour constitutionnelle.

Pourquoi, cette cabale contre l’ASMA ? De toutes les façons, un député doit être élu par le peuple et non être nommé.

Seydou Diamoutené

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. Si l’asma est specialiste de vol et tripatouillage. Il a ete pris les mains dans le sac dans plusieurs centres. Les gens ce sonr préparés et attendaient l’asma.

  2. SOUMEYLOU BOUBEYE MAIGA n’a t’il pas agi ainsi pour le candidat IBK contre le candidat SOUMAILA CISSE pendant les élections présidentielles de 2018?
    N’a t’il pas fait pression à la cour constitutionnelle afin qu’elle reporte les élections législatives espérant profiter de sa position pour préparer son parti à se positionner comme un parti majeur en puisant dans les rangs du RPM?
    LES DÉLINQUANTS FINISSENT TOUJOURS PAR S’AFFRONTER.
    En répondant aux injonctions des religieux, IBK a mis à dos celui qu’il a appelé pour l’aider à rempiler.
    UNE GUERRE FEUTRÉE EST ENGAGÉE ENTRE LES DEUX HOMMES POLITIQUES FAÇONNÉS PAR LE RÉGIME DE L’ ADEMA PASJ.
    Mais cette guerre n’intéresse pas les maliens car elle est menée contre les intérêts supérieurs du Mali, les deux agissants pour avoir le contrôle des deniers publics.
    Des victimes collatérales sont constatées du côté des partis qui ont accepté l’alliance avec SBM ou avec ses alliés tel BAKARI TOGOLA.
    IBK veut anéantir SBM pour lui ôter tout espoir de gagner en 2023.
    IL N’Y A PAS DE DOUTE QUE LA COUR CONSTITUTIONNELLE EST UTILISÉE PAR IBK POUR DÉTRUIRE SES ENNEMIS POLITIQUES.
    Pendant qu’il anéantit SBM, il empêche les hommes politiques qui gênent son projet de révision constitutionnelle à accéder à l’assemblée nationale.
    Là aussi ceux qui ont accepté l’alliance ont subi les foudres du MANDE MASSA.
    En commune 6,le représentant du GENERAL MOUSSA S COULIBALY est empêché d’accéder à l’assemblée nationale.
    L’URD est victime de la haine contre celui qui a participé à aider IBK à gagner en 2013.
    En commune 5,le très fidèle MOUSSA TIMBINE est sauvé.
    À kati, il faut empêcher le jeune révolutionnaire KEBE à créer le brouhaha dans l’hémicycle.
    LA COUR CONSTITUTIONNELLE A EXÉCUTÉ À LA LETTRE LES SOUHAITS DU MANDE MASSA.
    Après ce constat, on se demande à quoi a servi le DIALOGUE NATIONAL INCLUSIF?
    L’accord politique signé par les acteurs qui étaient opposés au régime a t’il permis d’améliorer la gouvernance d’IBK?
    TIEBILE DRAME, MAHMOUD DICKO, RAS BATH PEUVENT T’ILS DIRE QUE CEUX QU’ILS DÉNONÇAIENT DE LA GOUVERNANCE D’IBK N’EXISTENT PLUS UNE ANNÉE APRÈS AVOIR ACCEPTÉ DE COLLABORER AVEC IBK ?
    On n’a pas besoin d’être un politologue pour comprendre que la situation s’est encore aggravée depuis la signature de l’accord politique, qu’Ibk reste droit dans ses bottes.
    On comprend aussi, sans trop en demander à l’intellect, qu’Ibk a manipulé les trois personnalites publiques.
    TIEBILE DRAME et MAHMOUD DICKO ont choisi le profil bas.
    RAS BATH se perd dans ses contradictions créant trop de déception parmi ses supporteurs.
    Il a choisi de se taire sur l’influence qu’à IBK sur la cour constitutionnelle pour se réfugier dans le débat de loi qui guide la cour constitutionnelle.
    Tantôt la cour constitutionnelle a manqué de bon sens, tantôt elle a raison d’appliquer la loi.
    RAS BATH sait que l’absence de bon sens est guidée par la pression de l’autorité politique depuis 2002 quand on a empêché l’ADEMA PASJ d’avoir la majorité absolue afin qu’Ibk soit président de l’assemblée nationale permettant à ATT de respecter le deal passé au deuxième tour de l’élection présidentielle de 2002.
    Il refuse de critiquer l’attitude d’IBK en s’attaquant aux partis qui avaient la possibilité de changer la loi alors qu’en parlant de bon sens des membres de la cour constitutionnelle, il affirme que la loi ne vaut que par son esprit.
    Donc la LOI n’est pas fautive, mais l’absence de l’indépendance de la cour constitutionnelle.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here