Assises nationales sur la refondation : « une rencontre de trop », selon des partis politiques

3

Les assises nationales sur la refondation (ANR) auront lieu d’ici le mois de septembre prochain. L’annonce a été faite ce lundi 21 juin 2021 par le Premier ministre, Choguel Kokalla Maiga. C’était lors de sa rencontre avec le bureau de la coordination de l’association des élèves et étudiants du Mali (AEEM). Certaines organisations politiques s’interrogent déjà sur l’utilité de cette rencontre, après la tenue du Dialogue National Inclusif, de la conférence d’entente nationale entre-autres.

Pour le chef du gouvernement, ces assises permettront de refonder l’État pour endiguer les maux qui minent le pouvoir public au Mali à savoir : la fraude électorale, la corruption généralisée, la déliquescence de l’armée.
Dr Choguel Kokala Maïga a déclaré que :“tous les documents issus des différentes assises vont servir de matière première pour élaborer la charpente de ce qui doit être fait pendant les assises nationales de la refondation”. Selon le Premier ministre Choguel Kokala Maïga, “cette charpente élaborée va être envoyée dans toutes les régions, tous les cercles, toutes les communes pour que les citoyens discutent”.

Choguel Kokala Maïga ajoute que « des instructions vont être données aux gouverneurs et aux préfets », avant de préciser qu’il n’y aura « pas de censure, tout ce que la population dira sera remonté à Bamako».

Le parti RPM, membre de l’alliance « Ensemble pour Mali », signale que les objectifs de ces assises ont déjà été pris en compte par le dialogue national inclusif. Oumar Cissé, membre du parti RPM estime que “les conclusions de ces assises restent d’actualité”. Pour lui, “il ne sert à rien sur cette question d’essayer encore de créer un autre cadre qui va engendrer des frais et qui va prendre encore plus de temps”.

Du côté de la société civile, certaines organisations comme AJCAD-Mali saluent l’initiative. Toutefois, elles souhaitent la participation de l’ensemble des Maliens notamment les femmes et les jeunes à ces assises. Fousseyni Diop, responsable programme gouvernance et engagement de AJCAD-Mali pense qu’“il est bien de faire des assises. Il est bon que les maliens se parlent. Mais tout réside à pouvoir façonner le malien à la base”.

Pour Mr Diop ”si nous ne retournons pas à la citoyenneté, si nous ne faisons pas en sorte de mettre en place des dispositifs pour éduquer les maliens, pour les former sur le civisme, pour les former sur ce que c’est l’État ?, qu’est ce que la décentralisation ?, qu’est ce que le développement au niveau local ? On a beau faire des assises ça ne pourra qu’être des assises de trop”. Fousseyni Diop souhaite également l’application des conclusions qui seront issues de ces assises. Il estime que plusieurs rencontres ont eu lieu mais les recommandations restent dans les tiroirs.

Source: StudioTamani.org

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Ah 😀😀😀 Ce Choguel est un vieux briscard, un bandit désespéré qui est arrivé à son poste grâce à la rue.
    Il a goûté fort, très fort à la sauce et jamais il ne voudra partir au délai imparti.
    Vieux bandit, il veut nous rouler dans la farine avec une autre occupation que celle de la préparation des élections en février prochain. Quel calculateur ce monsieur😀😀😀. Trop fort, mais sauf qu’il oublie que le Mali a l’épée de la Cedeao au dessus de la tête. Il partira sans avoir lavé ses mains. La sauce Mali est trop puissante.

  2. Sangar Toi tu crois que tout le monde est d’accord avec ces faux colonels et politiciens véreux , pourquoi encore gaspiller des sous ? Au Mali les gens ne serons jamais unanimes sur quelque chose , ceux qui sont là aujourd’hui hier ils ont tout refusé car eux ils cherchaient leur poche, donc tout le monde n’ira à ces fameuses assises nationales inutile de gaspiller des ressources.

  3. Le DNI a été fait dans un contexte de parti majoritaire qui est juge et partie , les assises nationales vont être fait dans le contexte où il n’y a pas de mouvance présidentielle et surtout de domination d’ un parti politique ce qui bon signe pour la reconstruction du Mali ! Il a fallu trente ans pour en arriver là , pour avoir la possibilité d’ aller sur des bases saines en impliquant le peuple le citoyen lambda ! Aulieu de s’ en tenir au DNI qui est la logique des animaux malades de la peste de Jean de la fontaine , allons aux assises nationales qui va permettre au citoyen lambda de participer à la construction nationale , une participation qui s’ avère nécessaire ! La participation entraîne l’adhésion populaire qui facilitera le sursaut national dans tous les domaines en un minimum de temps : s’il faut rallonger la transition alors il faut le faire pour sauver le Mali puisque avant tout il s’agit de cela , le Mali avant tout y compris le désir des assoiffés de pouvoir qui veulent coûte que coûte aller vite aux élections au détriment de l’intérêt national !
    Que DIEU sauve le Mali !

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here