Bandiougou Diawara à la 2ème Conférence nationale du parti APDM-Équité : «Au Mali, tant que la corruption ne reculera pas, la pauvreté gagnera du terrain…»

41
Bandiougou Diawara à la 2ème Conférence nationale du parti APDM-Équité : «Au Mali, tant que la corruption ne reculera pas, la pauvreté gagnera du terrain…»
Bandiougou Diawara

Le parti APDM-Équité a tenu le samedi 19 décembre 2015, dans la salle de conférence du CRES de Badalabougou, sa deuxième Conférence nationale. Au cours de cette journée, les participants-militants ainsi que les sympathisants du parti se sont imprégnés sur le thème : «COP21, tous ensemble pour sauver la planète bleue». C’était sous la présidence du président du parti, Bandiougou Diawara, accompagné par les membres du Bureau politique national de l’APDM-Équité.

Créée seulement le 3 avril 2013, l’APDM-Équité est une jeune formation politique qui est en pleine progression. Elle fait partie des 16 autres formations politiques qui ont signé, le 6 juillet 2013, un accord pour soutenir IBK comme candidat à l’élection présidentielle. Aussi, elle signataire des textes de création de la CMP (Convention des partis politiques de la majorité présidentielle).

«Elle est née de la volonté de Maliennes et des Maliens de toutes origines sociales et géographiques, de toutes obédiences, avec une seule mission fondamentale : la promotion et le développement du Mali, comme son sigle l’indique », a introduit le président du parti APDM-Équité, Bandiougou Diawara.

Selon lui, l’heure est au travail pour relever les défis de la lutte contre la corruption. «La corruption est un fléau très préoccupant et très grave qui freine les efforts de développement de notre économie déjà fragile», a-t-il lancé. Et d’ajouter : «Au Mali, tant que la corruption ne reculera pas, la pauvreté gagnera du terrain. Les deux phénomènes sont intimement liés».

Par rapport au thème de la conférence, le président Bandiougou Diawara, martèlera que «Notre planète bleue, que nous aimons et chérissons tant, notre habitat naturel, est quelque part enfouie dans notre système solaire et lui-même, insignifiant dans l’infinité de l’Univers, est en difficulté due à un réchauffement progressif du climat qui constitue une menace certaine pour la préservation de toute forme de vie, telle que nous la vivons actuellement ». À APDM-Équité, dit-il, «nous sommes résolument et définitivement engagés pour cette cause planétaire».

Pour la lutte contre le terrorisme, le président Diawara a indiqué qu’elle ne donnera de résultats probants, que lorsque l’humanité toute entière tentera de rectifier les causes profondes de ce mal. «Cette lutte devrait surtout se faire sur le terrain intellectuel, sociologue, culturel et économique», a-t-il recommandé.

À souligner que tous les autres intervenants ont évoqué les activités et l’avancement du parti. De même, ils ont exprimé leurs préoccupations sur le changement climatique et le terrorisme.

Retenons qu’un aperçu général sur les changements climatiques du Mali a été brillamment exposé par M. Indé dit Amadou Timbiné, Chargé de formation et de documentation à l’AEDD. Et, les différentes prestations musicales ont rehaussé l’éclat de l’événement.

Seydou Karamoko KONÉ

PARTAGER

41 COMMENTAIRES

  1. Qui aime la pluie doit forcément accepter la boue. Qui dit développement dit lutte contre la corruption. IBK veut coute que coute faire avancer ce pays quelles que soient les conséquences négatives de la lutte dans laquelle il va s’engager. La transparency international a fait de son mieux Il reste maintenant que nous nous unissons pour accompagner le chef de l’Etat dans cette lutte.

  2. L’un des maux dont souffre le Mali, depuis le régime de Moussa Traoré jusqu’à celui d’ATT, est la corruption encouragée par l’impunité. La corruption est un obstacle au développement. Car les biens publics volés seront obligatoirement remplacés. On peut chasser la corruption de notre pays si nous unissons nos forces pour en faire une seule.

  3. L’incrimination de tous les criminels doit être au rendez-vous maintenant. Les peines seront désormais proportionnelles, c’est ce qu’a dit IBK. Celui qui vol l’Etat aura une peine ou un traitement convenable à son acte. Avec IBK le Mali ira de l’avant seulement si les magistrats répondent à son invitation.

  4. La Transparency International vient de publier son rapport des enquêtes sur la corruption en Afrique. Il est apparu qu’au Mali il y a toujours des agents de l’Etat qui encouragent des pratiques encourageant la corruption. Donc de ce fait l’Etat malien doit prendre toutes les précautions pour démasquer ces criminels.

  5. Après 20 ans de démocratie, le pays est toujours confronté à un problème de gouvernance. Les dirigeants ne sont plus des patriotes. Le gain individuel est prioritaire. Assez !!! Assez !!!! Le chef de l’Etat est sur ses nerfs. Non à la corruption, non au laisser-aller. Il n’est plus question de tolérer les malversations. Malheur aux hommes corrompus! Les enquêtés ayant affirmé avoir versé des pots de vins sur des agents publics sont des personnes qui encouragent la corruption.

  6. La manière dont la corruption a gagné du terrain dans notre pays, elle doit être combattue avec force, sérénité, et solennité. Lors de son passage à l’occasion de l’Aïd-el-Fitr, IBK a promis aux maliens une bonne gouvernance sans corruption. Son peuple l’encourage et l’accompagner sur ce chemin. Nous comptons aussi sur les magistrats pour l’aider dans cette tâche difficile.

  7. La corruption est devenue un phénomène social très répandu au Mali. Aux temps de Modibo Keïta et de Moussa Traoré elle n’existait pas. Même si elle existait, elle n’était pas aussi développée que ça. Le phénomène a pris de l’ampleur sous les deux premiers régimes démocratiques. Le président de la république, après ce constat, a jugé important de bannir ce fléau. Les maliens doivent l’aider dans cette lutte.

  8. Secoué par la corruption depuis plus de vingt ans, le Mali doit maintenant tourner cette page brouillonne de son histoire. Ibrahim Boubacar Keïta est actuellement la première personne sollicitée par le peuple. Il se doit de faire en sorte que la corruption s’abaisse petit à petit jusqu’à ce qu’elle disparait totalement. Tout le Mali compte sur lui. Car il est la personne à qui de droit.

  9. Ibrahim Boubacar Keïta est un patriote. Son gouvernement est à la fois issu de la crise et le premier régime post-crise. La corruption est un fléau qui existe depuis bien avant le pouvoir que nous connaissons actuellement. Il ne ménagera aucun effort pour instruire la baisse du budget des institutions afin de faire avancer ce pays.

  10. Ibrahim Boubacar Keïta a affirmé, à l’occasion des vœux d’Aïd-el-Fitr, qu’il serait impitoyable désormais. Ces propos montrent qu’il va entamer une guerre contre la corruption et ses auteurs. Et lors de la cérémonie de la rentrée des cours et des tribunaux il a invité les magistrats à agir dans le cadre de la lutte contre la corruption.

  11. excellent travail politique de ce parti. Nous vous respectons M.Diawara. Les maliens doivent vous faire confiance. Tchao !!!

  12. Ce problème sur le changement climatique me chagrine beaucoup car c’est un problème qui en appelle un autre. Tous sont unanimes que les états retournent aux ressources renouvelables mais lesquels?
    Et les pays qui,en disposent de très peu que deviennent-ils?
    Il faut être prudent pour ne pas que ce chapitre soit à la base de conflits dans le monde; car certaines puissances voudront à coup sûr piller les richesses des autres.

  13. Le changement climatique doit nous interpeller tous car en moyenne, le niveau des océans a augmenté de 3 millimètres par an ces vingt dernières années. Un phénomène en nette accélération dans la mesure où ce niveau n’a augmenté en moyenne que de 1,7 millimètre par an au cours du XXe siècle. Un endiguement des côtes est donc nécessaire et a déjà commencé en Europe notamment pour lutter contre les fortes marées et les tempêtes qui les érodent. Depuis la fin du XIXe siècle, le niveau des mers a monté de 19 centimètres.
    Il faut que quelque chose soit fait pour améliorer cette situation.

  14. Avec le réchauffement climatique tous les secteurs sont touchés: +1.3 dégré la température moyenne en Europe pour la décennie 2002-2011 et l’ère pré-industrielle. Dans le monde, la température globale a, en comparaison, augmenté de 0,8°C
    Les glaciers des Alpes européennes ont perdu près de deux tiers de leur volume depuis 1850. Phénomène non linéaire, les glaciers se régénèrent globalement moins l’hiver et fondent plus vite l’été. Le front du glacier des Bossons, plus grande cascade glacière d’Europe, a ainsi reculé de 900 mètres depuis 1982, mais n’a pas reculé en 2014.
    Capables d’absorber le dioxyde de carbone, les océans ont vu leur acidification augmenter de 30% depuis 1850. Une acidification près de 100 fois plus rapide qu’au cours des 55 millions d’années précédentes.
    Où allons nous donc?

  15. L’Afrique est beaucoup menacée car si sa contribution aux émissions globales de gaz à effet de serre est pour l’instant de moins de 5 % pour 15 % de la population mondiale, l’Afrique est fortement concernée par les changements climatiques. La plupart des États de ce continent appartiennent à la catégorie des pays en développement, ce qui les rend plus vulnérables. Si les émissions globales poursuivent leur augmentation, les épisodes de sécheresses ou au contraire d’inondations risquent de se multiplier, entraînant davantage de famines, de migrations, voire de conflits en l’absence d’une gestion efficace.
    Il nous appartient donc de nous investir dans cet accord pour éviter tous ces travers.

  16. Je pense que dans cette lutte contre la corruption, la volonté du président de la république de faire de la justice malienne une des plus crédible n’a jamais changé. Il l’a affirmé lors de la campagne et tient toujours à cette promesse qui était à l’ordre du jour des consultations du conseil de gouvernement. Il faut donc accorder le temps nécessaire pour que ces reformes engagées puissent aboutir à des résultats concrets.

  17. La gestion chaotique de l’argent du contribuable est imputable à tous car qui dit corrompu dit corrupteur alors changeons tous de comportement car les autorités de ce pays et en particulier le président font tout pour redresser cette société en proie à la corruption.

  18. Je pense que la corruption sous l’ère du président IBK a beaucoup baissé et les indices en témoignent. Force est de reconnaître que beaucoup de mesures ont été prises quant à traquer les acteurs et à les punir. A mon humble avis, j’estime qu’il faut attaquer le mal à la racine c’est-à-dire UN CHANGEMENT DE COMPORTEMENT.

  19. La corruption est un mal encré au sein de notre société depuis des décennies et le pouvoir actuel mets tout en œuvre pour éradiquer ce fléau. Nous devons tous nous impliquer dans cette lutte.

  20. Apprendre aux jeunes de votre pays ce qu’est un comportement éthique, ce qu’est la corruption et comment la combattre, et les encourager à revendiquer le droit à l’éducation. Élever les futures générations de citoyens dans l’idée que les pays doivent être exempts de corruption est un des moyens les plus efficaces de leur garantir un avenir meilleur.

  21. La corruption, tous coupables !
    En effet, la corruption est un phénomène qui gangrène notre société. Pour lutter contre ce fléau, le président s’attèle à mettre des stratégies en place afin de lutter farouchement contre celui-ci. Tous ces moyens sont bons pour y parvenir, mais je pense qu’il faut un éveil de conscience et un changement drastique de comportement des uns et des autres. Faute de quoi, nous y irons de mal en pire.

  22. Pour ma part, je pense que l’Etat prendra toutes les mesures possibles pour éradiquer ce phénomène. Mais, j’estime que ces mesures à elles seules ne suffisent pas pour y parvenir. De ce fait, il faut un changement de comportement de tous.

  23. La lutte anti-corruption est une lutte très complexe car elle est le fait de tous sans exception. Pour ce faire, il faut une volonté commune sans laquelle nous ne parviendrons pas à bouter ce phénomène hors de nos frontières. Car, on aura beau prendre les mesures d’éradication sans une implication de tous, nous n’arriverons pas.

  24. Je pense que la lutte contre la corruption n’est pas le seul ressort du président de la république, mais de tous. Assurément, nous sommes tous coupables et en même temps tous coupables. De ce fait, chacun doit être la police de l’autre.

  25. A mon humble avis, je pense que la corruption, nous sommes tous coupables et tous victimes. Pour arriver à une éradication de ce fléau, il faut réduire les possibilités de la corruption. En effet, l’un des moyens de diminuer la corruption est de réduire les bénéfices et les coûts qui sont sous le contrôle des fonctionnaires à tous les niveaux de la hiérarchie administrative. La transparence des règles et l’introduction de la concurrence au sein de l’administration sont également d’autres moyens. En appliquant ces moyens avec de la volonté chez nos autorités d’ailleurs chose réelle, je pense que nous y parviendrons.
    ABAT LA CORRUPTION !!!

  26. Apprendre aux jeunes de votre pays ce qu’est un comportement éthique, ce qu’est la corruption et comment la combattre, et les encourager à revendiquer le droit à l’éducation. Élever les futures générations de citoyens dans l’idée que les pays doivent être exempts de corruption est un des moyens les plus efficaces de leur garantir un avenir meilleur.

  27. Avec l’arrivée de IBK au pouvoir,nous pouvons dire que la corruption a beaucoup diminué au Mali.
    Nous sommes conscients qu’il reste beaucoup à faire,mais les uns et les autre doivent savoir que le président a fait beaucoup et continue de faire ce qu’il peut.

  28. Parmi tous les président qu’a connu notre Mali jusqu’à présent,IBK est celui qui eu le courage de se prononcer sur la corruption.
    Et depuis son accession au pouvoir,nous constatons avec fierté que ce phénomène qui tue les économies est fortement en train de diminuer chez nous.
    Personne ne peut donc s’asseoir pour critiquer le président concernant cette magouille.
    Merci président pour votre lutte…

  29. Moi je pense que la corruption est un phénomène mondial qui touche même les pays dits développés.
    Ce n’est donc pas un cas spécifique à notre pays.
    Mais je pense que ce Bandiougou ferait mieux de proposer des solutions au lieu de se limiter au simple fait de diagnostiquer le mal.

  30. Informer le public de l’obligation qui incombe au Mali d’être exempt de corruption:
    Une justice égale et équitable pour tous est cruciale pour la stabilité et la croissance d’un pays. Elle contribue également à lutter efficacement contre la criminalité.
    Attirer l’attention du public, des médias et des pouvoirs publics sur le coût de la corruption pour les services essentiels, tels que la santé et l’éducation. Lorsque les services de base fonctionnent, toute la société y gagne.

  31. Le président Ibrahim Boubacar Keita n’a pas jamais caché sa volonté de lutter contre la corruption. Nous devons comprendre que seul il ne peut pas tant qu’on ne se donne pas la main pour l’aider dans cette lourde tache.

  32. Nous savons tous que depuis des lustres notre pays est en proie à la corruption.
    Cette corruption ne fait fait que miner notre économie.
    Le président IBK fait en ce moment tout ce qui est en son pouvoir pour y trouver une solution.
    Nous le saluons et l’encourageons dans cette voie…

  33. Pour cette histoire de corruption,personne dans ce pays ne peut tenir IBK pour responsable.
    Il est venu trouver cette situation et c’est d’ailleurs lui qui se bat pour remédier à cela.
    Nous pouvons que lui dire merci pour cela.

  34. Le président Ibrahim Boubacar Keita n’a pas jamais caché sa volonté de lutter contre la corruption. Nous devons comprendre que seul il ne peut pas tant qu’on ne se donne pas la main pour l’aider dans cette lourde tache.

  35. L’avenir de notre pays est entre les main du président de la république, et il est en train de jouer pleinement son rôle de président !!! De ce fait il mérite la mobilisation, le soutien et l’accompagnement de tous les fils du pays !!!

  36. Le ministre des finances a déjà chassé des agents corrompus de la directions des impôts. Nous attendons plus de vous les magistrats

  37. Nous remercions le président IBK d’avoir renforcer notre appareil judiciaire car on en avait besoin pour son bon fonctionnement. Merci président

  38. Cela ne doit pas nous étonner d’IBK. C’est un KANKELETIGUI quand il promet il le fait. Nous lui disons merci
    Les 25 magistrats doivent relever le défis celui de la corruption car c’est une vraie gangrène qui mine notre pays depuis la nuit des temps

  39. Les Partis Politiques ont une grande responsabilité dans la lutte contre la corruption. Les principes établis dans les partis ont un effet dissuasif pour freiner les manœuvres frauduleuses. La responsabilité du secteur public, repose avant tout sur l’efficacité des sanctions et la capacité des institutions. les partis politiques qui ont leurs membres soit dans les gouvernements soit au Parlement ont intérêt à se lancer dans la campagne, par rapport aux structures mises en place dans les partis, exerçant un contrôle immédiat sur leurs membres.

  40. La société civile peut influencer les caractères relatifs à la corruption pour la bonne gouvernance, les organisations de la société civile, les groupes de citoyen, les organisations non gouvernementales, la presse et les médias, les syndicats, les associations de gens d’affaires, les groupes de réflexion, peuvent jouer un rôle important dans la lutte contre la corruption. En contribuant à l’argumentation de la sensibilisation, en exerçant les pressions sur les gouvernements en collaborant avec des organisations internationales en faveur de changement et en travaillant avec divers secteurs pour mettre en oeuvre des réformes novatrices en matière de lutte contre la corruption.

  41. Lutter contre la Corruption est leitmotiv de plus d’un, mène les pays les plus corrompus la réclament.Le défi consiste donc à faire un ménage du système judiciaire afin de chasser toute trace de corruption et d’en faire un outil efficace de lutte contre elle. Un système judiciaire indépendant, compétent et propre est essentiel dans la stratégie de lutte contre la corruption.
    Dans cette perspective de combat sanglant, en vue d’éradiquer la corruption partout où elle est, le président Ibrahim Boubacar Kéita a lancé un appel solennel aux Magistrats et aux personnels judiciaires aussi de relever la qualité de la justice et de faire preuve d’une justice responsable.

Comments are closed.