Choguel K. Maïga à la Primature : Quelle garantie pour la crédibilité des élections ?

8

Nommé le lundi 07 juin 2021 par le président de la transition, Colonel Assimi GOÏTA en qualité de Premier ministre du Mali, Dr. Choguel Kokalla MAÏGA et son gouvernement doivent organiser les élections présidentielles libres, transparentes et crédibles dans les neuf mois à venir. Si sa nomination est accueillie par certaines couches de la société malienne comme logique et judicieuse, d’autres émettent des réserves. Dr. Choguel K. Maïga, président du Mouvement du 5juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) et président du parti MPR (Mouvement Patriotique pour le Renouveau) ayant brigué la magistrature suprême à plusieurs reprises saura-t-il se départir de son mouvement et de son parti pour être objectif et neutre lors des élections ?

Le Mali est familier avec les coups d’Etat ou du moins le pays a connu plusieurs coups d’Etat durant les 60 dernières années (1968, 1991, 2012, 2020 et 2021). Et après chaque coup d’Etat, les autorités font preuve de discernement et de sacrifice pour nommer un Premier ministre neutre, sans coloration et équidistant des partis politiques. Cela a été le cas en 1991 avec la nomination de Soumana Sako comme Premier ministre après le coup d’Etat de Amadou Toumani Touré (ATT) contre le général Moussa Traoré.

Idem pour la nomination successive de Cheick Modibo Diarra et de Diango Cissoko, comme Premier ministre, après le coup d’Etat du capitaine Amadou Haya Sanogo contre le général Amadou Toumani Touré (ATT) en 2012. C’est aussi le cas récemment avec la nomination de Moctar Ouane comme Premier ministre après le putsch du Colonel Assimi GOÏTA contre Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) le 18 août 2020.

Pas de principe sans exception, selon les juristes. Cette fois-ci, l’opinion publique remarque la nomination d’un premier ministre politique « de premier plan » après le coup de force du même Assimi GOÏTA contre le colonel major à la retraite, Bah N’DAW. Il s’agit de Dr. Choguel Kokalla Maïga, président du Mouvement du 5juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) et président du parti MPR (Mouvement Patriotique pour le Renouveau) qui a d’ailleurs brigué la magistrature suprême à plusieurs reprises, notamment en 1997, en 2002, en 2013 et en 2018. Si sa nomination est accueillie par certaines couches de la société malienne comme logique et judicieuse due aux différentes luttes menées par le M5-RFP, nombreux sont ceux qui émettent des réserves.

Avec la nomination de Dr. Choguel K Maïga, des craintes existent au sein de la classe politique malienne quant à la neutralité des autorités lors des futures échéances électorales. Pour preuve, Dans une interview accordée à la presse, le 8 juin 2021, à la Pyramide du Souvenir de Bamako, le secrétaire général du Parti pour la renaissance nationale (PARENA), Djiguiba Keïta dit PPR (Prêt Pour la Révolution), ancien ministre, a invité les autorités de la transition à la neutralité.

En réalité, PPR voulait une personnalité neutre, équidistante des partis politiques à la Primature. « Choguel est un acteur politique de premier plan qu’on prend pour diriger une transition dont l’objectif ultime est l’organisation des élections, donc, on doit avoir des craintes, on dit attention ! Pendant les 18 mois, on doit faire beaucoup de chose, on n’a pas pu faire beaucoup de chose, maintenant, il reste à organiser les législatives et les présidentielles ou les seules présidentielles, mais la classe politique doit se retrouver en conclave pour dire objectivement, nous n’avons que neuf mois, qu’est ce qu’on peut faire ? », a-t-il dit.

A défaut d’une transition consensuelle, inclusive et apaisée, PPR n’écarte pas la lutte politique à travers des manifestations. « Je suis un acteur du 26 mars et c’est les « Choguel » que nous avions combattus pour qu’il y ait la démocratie, donc nous savons nous battre et nous sauront nous battre », a déclaré PPR. Bien avant PPR, le samedi 05 juin 2021, lors d’un café littéraire organisé à Bamako, l’ancien Premier ministre, Moussa Mara évoquait aussi la nécessité pour les acteurs de la transition d’être neutres. « La réalité de notre pays est que n’importe quelle transition, le contexte dans lequel nous vivons n’est pas propice à la refondation.

Les animateurs de la transition sont difficilement impartiaux. Nous l’avons vu en 2012 et nous l’avons vu en 2020 et nous allons le voir en 2021. Et si les animateurs de la transition sont difficilement impartiaux, il est très difficile qu’ils puissent emprunter des solutions neutres, impartiales et équitables. Ils sont impartiaux dans leur choix des hommes et dans leur choix des collaborateurs. Ils sont impartiaux par les priorités qu’eux-mêmes affichent comme étant les priorités du pays alors que ce sont leurs propres priorités. Pour refonder, il faut de la neutralité, il faut l’équité, il faut de la justice.

Autant de choses théoriquement liées à une transition, mais les transitions maliennes ne sont pas neutres, elles ne sont pas équitables, elles ne sont pas justes parce que ceux qui les animent ne sont pas neutres, ne sont pas équitables, ne sont pas justes malheureusement », a déploré l’ancien Premier ministre, Moussa Mara du parti YELEMA (Le Changement). Au regard donc de ces réserves au sein de la classe politique, Dr. Choguel K. Maïga est un Premier ministre averti. Saura-t-il se départir de son M5-RFP qui regorge, certes, des candidats potentiels aux élections et de son parti, pour être neutre ? C’est là toute la question. C’est à Choguel K. Maïga de comprendre ces réserves émises contre lui et de savoir faire la part des choses. Il y va de l’intérêt supérieur du pays.

Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :

8 COMMENTAIRES

  1. Pour la garantie pour la crédibilité des élections … nous comptons sur nous-mêmes car le peuple révolutionnaire surveillera de près et nous aurons toutes les informations sur les agissements des uns et les autres par rapport la vente de l’élection au plus offrant (de milliards pour achat des consciences)… a titre d’exemple nos radars étaient déjà déployés depuis des mois en vue de l’Élection 2022…. nous voyions, avant le départ de Ba Ndaw, qui avait quelle intention pour vendre l’élection ..et quels partis avaient déjà entrepris des activités de prostitution politique en proposant aux candidats milliardaires …quel parti politique aurait quémandé et a reçu 20 million en forme de faveur d’un candidat milliardaire …..

    Hélas, le sang de nos martyrs du 10, 11, 12 juillet 2020 hantera tout candidat qui aura acheté ou truqué l’élection prochaine …la malédiction sera de sorte qu’un tel president mal-élu ne finira jamais son premier mandat inch’Allah …. plus jamais le peuple révolutionnaire ne laissera des gens sans conscience diriger ce pays… nous allons les combattre avec toute notre force je jure de Dieu et l’aboutissement logique ne sera qu’un autre coup d’état (que Dieu nous en garde)…. donc mieux vaut jouer a la transparence en 2022 comme en 2013…. sinon non seulement nous découvriront exactement les moyens utilisés pour tripatouiller l’élection mais aussi nous lutteront pour rendre leur victoire mal acquise nul et non avenu !

  2. Les PPR sont issu des typiques politiciens du soi-disant “mouvement démocratique” composé des professeurs, journalistes et autres chômeurs dont les plus n’avaient pas 400 000 cfa dans leur compte bancaire …qui criaient sur tous les toits du monde pour le “CHANGEMENT” dia dia il s’agissait de du changement de leur propre sort …c’est pour cela entre 1992 et 2002 en 10 petits ans …il faut vérifier leur compte bancaire et leur nombre des terres (parcelles et champs ) sous l’ égide de leur entreprise ADEMA-SA & co Graphique Industrie .. etc..

    De quelle démocratie PPR parles j’espère bien qu’il ne s’agit de cette démocratie alimentaire de façade érigée par l’ ADEMA-199-2002 qui a résulté de mauvaise gouvernance en mauvaise gouvernance et a l’enrichissement illicite… culminant toujours dans des coup d’états!

    Vous laisserez cette transition faire son boulot…. Les maliens ne veulent vraiment voir vos faces de politiciens de carrière faillis, svp!

  3. @ Sangare Djeli: je demande a Aguibou, c’est PPR ou Tieblen Konare-Drame qui t’envoient pour dire que quand le MRP/UDPM est Premier Ministre alors les elections seront pas credibles et transparentes!

  4. Kinguiranke le dérangé
    Avec un CHEF DE PARTI POLITIQUE à la PRIMATURE qu’on soit à la TRANSITION ou dans un POUVOIR MANDATÉ,une opposition politique se forme naturellement.
    L’HOMME POLITIQUE EST PAR NATURE PARTIAL.
    Tout homme politique fait la politique pour exercer le pouvoir,sinon il ne fait plus la politique,mais la prêche.
    CHOGUEL MAIGA,en acceptant la primature de la transition,DÉNATURE la TRANSITION.
    Chaque acte qu’il va poser est examiné,à juste raison,par ses concurrents potentiels.
    C’EST SON PARTI POLITIQUE QUI EST CONCURRENT POTENTIEL DES AUTRES PARTIS POLITIQUES.
    Il ne sera naturellement pas candidat aux élections présidentielles,mais son parti va competir dans les autres scrutins.
    À la primature,il est le chef de l’administration.
    On le sait très intelligent pour manipuler ses alliés à adhérer à ses vues.
    Ils sont depuis sa nomination les COLONELS.
    Vont ils permettre la réalisation de la souveraineté du peuple?
    Avec CHOGUEL MAIGA,tout est possible.
    Avec lui,la lutte contre la corruption peut être un moyen d’écarter les concurrents très sérieux.
    Donc PPR a raison de s’inquiéter.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  5. ERRATUM :

    ” … Le Mali est familier avec les coups d’Etat ou du moins le pays a connu plusieurs coups d’Etat durant les 60 dernières années (1968, 1991, 2012, 2020 et 2021)… ” …///…

    :
    S’il y a des coups d’Etat au Mali. C’est parce que, il n’y a jamais d’alternance idéologique à la TÊTE de l’ÉTAT par voie démocratique.
    Quand il y en a UN qui s’installe au POUVOIR, peu importe qu’il soit de Droite ou de Gauche, il veut sa Présidence à VIE. Et dans un coin de sa tête…, il imagine son propre fils lui succéder quand il ne serait plus là au POUVOIR. C’est ce qu’on constate dans beaucoup de pays Africains.
    Curieusement, la Gouvernance Française qui fait en permanence la leçon aux Autorités Maliennes, s’accommode bien ailleurs de ces Présidences à VIE Africaines.
    Aujourd’hui, avec Choguel comme Premier Ministre, on s’inquièterait qu’il n’installe ” un Fidel ” du Général Moussa TRAORÉ à la Présidence… ?
    De 1991 à 2020, quelle idéologie était au POUVOIR au Mali, si ce ne sont des PRÉSIDENTS de Gauche… ? Ce qui est très bien du reste… Mais pour éviter un autre PUTSCH ou un soulèvement populaire suite à un ” ras – le – bol “…, ne serait-il pas préférable de pas discriminer telle ou telles Personnalités à l’élection pour être à la TÊTE de l’ÉTAT… ?

    Vivement le Mali pour nous tous.

  6. ” … Le Mali est familier avec les coups d’Etat ou du moins le pays a connu plusieurs coups d’Etat durant les 60 dernières années (1968, 1991, 2012, 2020 et 2021)… ” …///…

    :
    S’il y a des coups d’Etat au Mali. C’est parce que, il n’y a jamais d’alternance idéologique à la TÊTE de l’ÉTAT par voie démocratique.
    Quand il y en a UN qui s’installe, peu importe qu’il soit de Droite ou de Gauche, il veut sa Présidence à VIE. Et dans un coin de sa tête…, il imagine son propre fils lui succéder quand il ne serait plus là au POUVOIR. C’est ce qu’on constate dans beaucoup de pays Africains. Curieusement, la Gouvernance Française qui fait en permanence la leçon aux Autorités Maliennes, s’accommode bien ailleurs de ces Présidences à VIE Africaines.
    Aujourd’hui, avec Choguel comme Premier Ministre, on s’inquièterait qu’il n’installe ” un Fidel ” du Général Moussa TRAORÉ à la Présidence… ?
    De 1991 à 2020, quelle idéologie était au POUVOIR au Mali, si ce ne sont des PRÉSIDENTS de Gauche… ? Ce qui est très bien du reste… Mais pour éviter un autre PUTSCH ou un soulèvement populaire suite à ” ras – le – bol “…, ne serait-il pas préférable de pas discriminer telle ou telles Personnalités pour être à la TÊTE de l’ÉTAT… ?

    Vivement le Mali pour nous tous.

  7. Aguibou, c’est PPR ou Tieblen Konare-Drame qui t’envoie pour dire que le MRP/UDPM est Premier Ministre alors les elections seront pas credibles et transparentes!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here