#BenbereVerif : À Baguineda, cet homme n’a pas été battu pour sa nationalité ivoirienne

0

Dans une vidéo publiée sur Facebook, on voit un homme en train d’être brutalisé par une foule. La légende qui l’accompagne prétend faire croire que des Maliens s’attaquent à un Ivoirien à Baguinéda à la suite de l’affaire dite des 49 militaires ivoiriens arrêtés dimanche 10 juillet à Bamako. C’est de la mésinformation !

La vidéo a été publiée par un internaute avec cette légende : «Crise Mali – Côte d’Ivoire. Ce jour 14 juillet 2022 au Mali, un Ivoirien molesté et battu par la population à Baguineda à 15 km de Bamako. On peut savoir comment commence un conflit mais on ne peut pas savoir comment il se termine».

L’internaute veut faire croire que la population malienne s’est attaquée à un homme à cause de sa nationalité ivoirienne et surtout après les derniers développements dans les relations entre le Mali et la Côte d’Ivoire. Ce qui est faux !

Sur les images, on voit un homme par terre, les mains ligotées dans le dos, en train de se faire battre par une foule. On peut entendre celui qui filme dire que les faits se déroulent à Baguinéda Nonibougou, une localité située à environ 30 kilomètres de Bamako.

Arrêté pour vol

Benberevérif s’est rendu sur les lieux. Plusieurs personnes interrogées disent ignorer que les populations s’en sont prises à de personnes d’autres nationalités sur place. Selon les autorités locales, le sieur qu’on voit sur les images a été en réalité arrêté et battu pour vol dans la nuit du 13 juillet à Baguinéda-Nonibougou.

A notre passage, il était toujours détenu sur place et les autorités locales n’ont pas souhaité faire plus de commentaires. Car le dossier devait aller en instruction vendredi au parquet du tribunal de la commune VI.

Il faut noter que cette vidéo fait surface alors que la situation politique est tendue entre les autorités de la Côte d’Ivoire et celles du Mali depuis l’arrestation, dimanche 10 juillet, de 49 militaires ivoiriens au Mali. Depuis, les discours de haine et d’appel à la violence se sont multipliés sur les réseaux sociaux dans les deux pays. Il est important de rester prudents face aux rumeurs qui circulent sur la toile. Vous pouvez nous contacter lorsque vous verrez des informations douteuses.

Par IB TOGOLA

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here