Si j’étais Bah N’Daw : Cette rubrique permet d’alerter, de dénoncer et surtout de proposer des pistes de solutions.

4

Si j’étais Bah N’Daw, j’allais entamer, dans les brefs délais, les concertations avec toutes les couches sociopolitiques pour désamorcer la bombe de contestation populaire en gestation surtout après la sortie du M5- RFP.

J’allais démettre la ministre de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille pour calmer le Cherif de Nioro qui demande depuis quelques semaines lors de son sermon du vendredi, son limogeage suite à la tentative de la ministre Bintou Founé Samaké de réintroduire l’avant- projet de loi sur le genre.

J’allais initier une assise nationale pour que les maliens se parlent et se comprennent, ce qui facilitera la révision constitutionnelle en vue.

J’allais enfin entamer une tournée à l’intérieur du pays pour me rapprocher d’avantage des populations et toucher du doigt leurs préoccupations majeures.

La Rédaction

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Vous laisserez le Chef de l’etat faire son travail en fonction de ses propres analyses. Il a des conseillers et des renseignements que nous n’avons.
    BINTOU FOUNE’ SAMAKE’ N’A COMMIS AUCUN CRIME POUR ETRE LIMOGE’E DU GOUVERNEMENT! ELLE EST MINISTRE DONC MEMBRE D’UNE EQUIPE. ELLE N’IMPOSE RIEN. ELLE A TROUVE’ DEVANT ELLE UN DOSSIER IMPORTANT. ELLE NE PEUT PAS AGIR COMME SI LEDIT DOSSIER N’EXISTAIT PLUS.
    BOUYA EST LE CHEF SPIRITUEL DE LA COMMUNAUTE’ HAMALLISTE DONT J’APPARTIENS. JE N’AI QUE RESPECT ET ADMIRATION POUR SA PERSONNE MAIS JE CROIS FERMEMENT QUE LES POINTS QUI SONT DANS LE DOSSIER SONT IMPORTANTS ET MERITENT D’ETRE DISCUTE’S.
    NOUS DEVONS FAIRE TRES ATTENTION POUR EVITER DE JOUER LE ROLE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. C’EST BIEN LE PRESIDENT QUI NOMME LES MINISTRES SUR PROPOSITION DU PM. C’EST EGALEMENT LUI QUI LES DEMET DE LEURS FONCTIONS . SI UN RELIGIEUX NE VEUT PAS D’UN MEMBRE DU GOUVERNEMENT POUR UNE RAISON OU UNE AUTRE, IL PEUT MENER DES DEMARCHES DISCRETES AUPRES DU PM ET DU PRESIDENT POUR VOIR CE QU’ON PEUT FAIRE. UNE FOIS QUE LA DEMANDE DEVIENT PUBLIQUE, IL SERAIT DIFFICILE D’ AGIR CONTRE LA PERSONNE INDEXE’E CAR
    L’ OPINION NATIONALE ET INTERNATIONALE SUIT LE DEVELOPPEMENT DE LA SITUATION AU MALI! DOIT-ELLE FAIRE CONFIANCE A’ UN PRESIDENT QUI NE CONTROLE PAS LA COMPOSITION DE SA PROPRE EQUIPE GOUVERNEMENTALE?
    CECI ETANT DIT, JE CONSEILLERAIS AU PM ET AU PRESIDENT DE PROCEDER A’ UNE PERMUTATION ENTRE MA SOEUR BINTOU FOUNE’ SAMAKE’ ET MA SOEUR KADIATOU KONARE’. JUSTE POUR CALMER LES ESPRITS. JE CONSEILLERAIS AUX FILS ET AUX FILLES DU CHEF SPIRITUEL DE NOTRE COMMUNAUTE’ HAMALLISTE DE FAIRE TOUT POUR PROTEGER NOTRE PERE ET NOTRE CHEF SPIRITUEL ET RELIGIEUX! ILS DOIVENT L’AIDER A’ S’ ELOIGNER DU TERRAIN POLITIQUE POUR DES RAISONS EVIDENTES!!!
    MON AMI A.N. SAMAKE’, VOUS AMENEREZ LA PETITE SOEUR BINTOU FOUNE’ A’ DJITOUMOU POURQU’ON LA NOMME MINISTRE DE NOS BAMANAN BOLOUW! JE NE SAIS TOUJOURS PAS COMMENT ELLE FERA AVEC LA VIEILLE BAMANAN MOUSSO SAUVAGE DU VILLAGE QUI SE PROMENE AVEC SON COUTEAU POUR COUPER LES CLITORIS DES FILLES! QUE FAIRE? C’EST BIEN CONTRE LA VIEILLE SAUVAGE ET SON COUTEAU QUE NOS RELIGIEUX DOIVENT MENER LA GUERRE!
    JE SUIS NE’ HAMALLISTE, HIER J’ ETAIS HAMALLISTE, AUJOUD’HUI JE LE SUIS ET DEMAIN JE LE SERAI MAIS JE CROIS FERMEMENT A’ L’EMANCIPATION TOTALE DE LA FEMME. LE MALI NE SERA JAMAIS DEVELOPPE’ EN CONTINUANT D’OPPRIMER PLUS DE 50% DE SA POPULATION! LE COMBAT DE BINTOU FOUNE’ SAMAKE’ EST UN COMBAT POUR L’EMANCIPATION DE LA FEMME. C’EST UN NOBLE COMBAT QUE JE SOUTIENS!
    LES FEMMES MALIENNES DOIVENT EXIGER A’ CE QUE TOUS LES CANDIDATS A’ L’ELECTION PRESIDENTIELLE DE 2022 SE PRONONCENT SUR CE SUJET RELATIF A’ L’EDUCATION SEXUELLE, AU RESPECT DE L’ORIENTATION SEXUELLE DE LA PERSONNE ET A’ L’EMANCIPATION TOTALE DE LA FEMME MALIENNE!
    MES AMIS, REGARDEZ LE FEUILLETON HAWA NI KALIFA POUR COMPRENDRE QU’IL Y A ENCORE DU CHEMIN A’ FAIRE DANS LA REPUBLIQUE DE MA DEFUNTE MERE NENE SOUMARE’! VIVE LA REPUBLIQUE DE SANKINGBA!!!

  2. Si j’étais Bâ ndkw je me donne comme priorité en défendant les intérêts de mon pays face aux occupants de notre territoire (les multinationales étrangeres et leurs armées)

    En récupérant nos bases militaires et revoir les accords de défense militaires.

    Mettre fin à la présence de la minusma qui est un problème pas la solution

    exécuté comme en chine tout dirigeant et toute personne qui détourne l argent public

    Enlevé le galon de général de Amadou Aya une honte pour notre armee nationale

    Ibk, Dioncounda et ses amis en prison pour haute trahison

  3. Bonjour,

    Si j’étais MBah N’DAW j’allais lancer :

    (1) sans tarder un remaniement ministériel et un remaniement du CNT,

    (2) sans tarder la relecture de l’accord de paix suivant son article 65 à travers des concertations inclusives allant aussi servir pour les réformes,

    (3) la promotion de l’accord de paix à travers des renforcements de capacités et des projets des collectivités territoriales, des jeunes et des femmes à base de cet accord,

    (4) la mise en ouvre diligente et inclusive de l’accord de paix,

    (5) suivi des sanctions liées à l’accord de paix en liaison avec l’ONU.

    L’incompréhension sur l’accord de paix est manifeste. Nos f r ères et sours de Songhoy chawaara Batoo ont une compréhension biaisée de la ZODERN (ZOne de DEveloppement des Régions du Nord) ; voir l’explication ci-dessous.

    Pour eux, cette zone symbolise l’apartheid.

    Si ceux qui ont fait la répartition des sièges l’ont mal faite, cela ne veut pas dire que c’est l’apartheid. Que chacun soit responsable. Mettez-vous ensemble et faites une répartition fidèle à un consensus que vous définirez en toute responsabilité et éloignez-vous des stigmatisations et indexations.

    La ZODERN appartient à égalité à toutes les régions du nord du Mali pour promouvoir leur développement.

    Le CSA (Comité de Suivi de l’Accord) et la communauté internationale doivent mettre en application des sanctions exemplaires contre la CMA pour éviter la récidive des violations de l’accord de paix et la déstabilisation du système de défense et Sécurité du Mali.

    A travers la création de la ZODERN (ZOne de DEveloppement des Régions du Nord) conformement aux articles 25 et 33 de l’accord de paix, une vraie plateforme de développement des régions du nord du Mali est créé.

    Elle a pour objectif de promouvoir le développement de ces régions. Les parties prenantes à l’accord de paix devront etre soudées autour de cette zone de développement et en faire un exemple à suivre pour les autres régions du Mali conformément à l’article 1 de l’accord de paix mettant en avant le développement équitable de toutes les régions du Mali et surtout à l’article 32 de l’accord qui stipule que d’autres régions du Mali pourront aussi s’unir pour promouvoir leur développement à l’image de la ZODERN.

    En parallèle à la création de la ZODERN, la CMA a crée une zone de défense et Sécurité dans le Gourma et le Haoussa en violation flagrante de l’accord de paix et sans une entente avec les autres parties prenantes à l’accord de paix.

    Certains quotas (en nombre d’éléments participant aux bataillons reconstitués et aussi à ceux participant au commandement), cotés CMA et Plateforme, n’étaient pas respectés. En plus des éléments de la CMA (en grand nombre) et de la Plateforme, avaient quitté les bataillons armés reconstitués de l’armée Malienne dans lesquels ils étaient intégrés contribuant ainsi à retarder leur déploiement ou leur fonctionnement. Ce qui a déstabilisé le système de défense et Sécurité du Mali en impactant sur la sécurité des zones où ils devaient etre déployés ET viole aussi l’accord de paix.

    D’après un rapport de l’ONU qui avait fuité en aout 2020, des responsables militaires Maliens avaient retardé le déploiement des bataillons armés reconstitués, empechant ainsi le déroulement normal de la mise en ouvre de l’accord de paix.

    Ainsi, toutes les parties prenantes à l’accord de paix l’ont retardé d’une certaine faÇon.

    Conformément au pacte pour la paix, l’ONU doit étudier la nécessité ou pas d’infliger une (des) sanction (s) à telle (s) ou telle (s) partie (s) prenante (s) pour tel (s) ou tel (s) acte (s) ayant occasionné (s) tel (s) ou tel (s) retard (s) de l’accord de paix.

    Le cas de la CMA est plus grave car elle a récidivé à plusieurs reprises et depuis plusieurs années.

    La CMA avait meme invité les autres parties prenantes (Plate-forme et Gouvernement) à l’accord de paix à organiser, en invitant aussi la communauté internationale, une session du CSA à Kidal pour faire croire à une avancée dans la mise en ouvre de l’accord de paix or on a assisté plutot à une démonstration organisée du torpillage de l’accord de paix, des signes de la République du Mali comme le drapeau Malien ont été pietinés ou enlevés, le manque de respect au Gouverneur de Kidal etc.

    Aucune avancée n’est possible dans l’exécution de l’accord de paix sans respect des engagements des acteurs, conformément au pacte pour la paix, et sans vérité.

    L’ancien président du CSA avait pointé du doigt la CMA pour des violations de l’accord de paix mais le regroupement CMA et ses leaders n’avaient et n’ont jamais été sanctionnés.

    Normal, donc, d’assister à une récidive d’actes de violations de l’accord de paix par la CMA et ses leaders.

    Le CSA et la communauté internationale doivent mettre en application des sanctions exemplaires contre la CMA pour éviter la récidive de ces violations.

    Bien cordialement
    Dr Anasser Ag Rhissa
    Expert TIC, Gouvernance et Sécurité, TEL 78731461

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here