Lutte contre la délinquance financière : Les actes ne suivent pas les mots

1

Presque deux mois après la remise du rapport au président de la transition, les filets de la justice tardent à attraper d’autres poissons en dehors du seul ambassadeur du Mali au Burkina

L’opinion était en délire. Rarement la quasi-unanimité était faite autour de la volonté de traduire les délinquants à col blanc devant la justice. Le ton employé, le contexte et la promptitude du président de la transition à transmettre intégralement le rapport et dès lundi – on était vendredi – aux hommes de la loi achevaient de convaincre que le vent du changement soufflait sur le Mali. La confirmation est d’ailleurs  venue de l’interpellation de l’ambassadeur du Mali au Burkina Faso, Amadou Soulalé, puis son incarcération à la Maison d’arrêt de Bamako.

« Je combattrai l’impunité de toutes mes forces »

Plus rien depuis. Les augures ont scruté le ciel, le citoyen lambda a prêté l’oreille, les observateurs se sont suffisamment nettoyé les yeux, au risque des les crever, rien de nouveau sous le soleil. Pourtant il y a matière à profusion. D’ailleurs, les propos de Bah N’Daw ont continué de résonner dans les esprits. En recevant le rapport du Vérificateur général, il avait textuellement déclaré  « soyez certain alors, monsieur le Vérificateur général, que la situation ne restera pas en l’état ! Car dès lundi, les départements ministériels concernés seront mobilisés pour que les responsables des entités incriminées sachent que la performance n’est pas facultative mais obligatoire. Il n’y a pas d’hésitation possible ; c’est soi le Mali, soit la porte ! Monsieur le Premier ministre, en tant que chef de l’administration publique, la balle est dans votre camp. Et vous savez à quoi vous en tenir ! Je combattrai l’impunité de toutes mes forces. On réussissait parfois, sous le prétexte de l’urgence, à tromper ma vigilance. Et parfois, je serai victime de nos faibles capacités d’investigations.

Mais, chaque fois que la preuve est établie, je corrigerai l’erreur et la sanction tombera. Personne n’y échappera. Tous ceux qui voudront servir du Mali, au lieu de le servir, le feront à leurs risques et périls. Qu’ils le sachent ! »

Loin de pousser de longues dents carnassières, les irrégularités financières sont épinglées dans trente-une entités vérifiées, notamment les ambassades du Mali – Washington 181,50 millions de F CFA se sont évaporés, Rome 284,15 millions ont été carottés, Abidjan s’est affiché au milieu du tableau sombre avec 166,48 millions,  loin devant Madrid avec 51,05 millions, Ouagadougou a caracolé en tête du classement en pointant 1,84 milliard.

La palme d’or est allée aux sociétés minières. Syama a affiché au compteur des déperditions 227,87 milliards de F CFA contre le nain Loulo et Gounkoto où 60,53 milliards décelés.

Des chiffres qui donnent froid à la colonne vertébrale, donne des vertiges et des sueurs froides. Souffrez de poursuivre le voyage dans la grisaille de la délinquance financière ! Mais nous n’allons pas vous assommer davantage de chiffres. Contentons –nous d’en énumérer quelques uns. D’abord, la Pharmacie populaire du Mali sevrée de 236,41 millions, ensuite  l’Office de radio et télévision du Mali (ORTM) délesté de 4,53 milliards, et enfin l’Office malien de l’habitat où une évasion de 247,95 millions de nos francs épinglées.

Georges François Traoré

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Cet Ambassadeur n’est seul . Le vol des maigres ressources a déposé ses bagages avec la démocratie malienne. Des gens qui n’avaient même pas un vélo, sont parvenus à se payer des voitures , se construire des villas, des champs , pour eux , leurs épouses et enfants. Certains payent à coup de millions les études de plusieurs enfants en Europe, USA, etc…. Sous GMT qu’on considère comme un régime dictatorial , ils avaient peur de voler, sous Modibo KEITA, ils avaient honte de voler , avec la démocratie a commencer par AOK , le vol a été autorisé, mais a condition de voler beaucoup d’argent . Avec ATT , le laissé aller . Sous IBK, lui-même ne faisait pas la différence entre l’argent de sa poche et l’argent public au trésor. Assis à son domicile, ou en voyage à l’intérieur, comme à l’extérieur il demandait à son Ministre de l’Économie et des Finances des centaines de millions rien que pour ses désirs. Des dirigeants sans scrupule, il faut vite ouvrir ces dossiers de vol que les auteurs soient jetés en prison , puis rembourser l’argent volé au préjudice du peuple . En 7 ans de règne, les ministres des gouvernements successifs d’IBK , pas tous mais 90/ % ont volé l’argent du peuple , il en est de même pour les Presidents des institutions idem pour les DG , etc…. Tant que cette lutte n’est pas déclarée, le pays disparaîtra, puisque les partenaires financiers internationaux ont vu sous IBK , comment l’argent public était dépensé.

Répondre à Mamadou NOMOKO Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here