Crise politique : Devant les médiateurs de la Cédéao, la Cmas tient à la démission d’IBK

4

Hier à l’issue de la rencontre avec les émissaires de la Cédéao, Issa Kaou Djim, le Coordonnateur de la Cmas affirme que leur objectif reste “la démission du Président de la République IBK “.

Aux dires de M. Djim, sorti plus que prévu de la rencontre  avec la Cédéao, cette médiation ne changera point l’objectif des manifestations prévues aujourd’hui.

La Cédéao est dans son rôle de pacificateur. C’est sa mission. Elle nous a écoutés. Mais le dernier mot revient au peuple, a-t-il laissé entendre.

La Cmas maintient son mot d’ordre qui est la démission du président et s’oppose dans les formes républicaines et démocratiques, selon Issa Kaou Djim.

Issa Kaou Djim le Coordinateur et porte-parole  de la Cmas a en outre affirmé que la délégation de la Cédéao a parlé,  elle a donné sa vision des choses et a fait cas de la fragilité du pays marquée par différentes crises. Cependant, à en croire M. Djim, le peuple est déjà conscient de cela et d’ailleurs ce qui l’a poussé à se lever pour faire sortir le pays de cette situation. “Nous avons donné un document à la délégation qui contient le motif de notre réclamation, c’est à elle de bien scruter le document et nous allons voir la suite”, explique-t-il.

Cette mission de médiation de la Cédéao a atterri hier à Bamako et a engagé des pourparlers avec la Cmas dont le parrain est l’Imam Mahamoud Dicko (qui n’a pas fait de déclaration à la presse à la fin de la rencontre), la majorité, l’opposition, le Premier ministre, la Minusma, la société civile et autres acteurs politiques.

Pour la marche d’aujourd’hui, il dira que le peuple du Mali est mature et l’opinion le saura cet après-midi

Koureichy Cissé 

Ibrahima Ndiaye 

 

 ILS ONT DIT

CHOGUEL KOKALA MAÏGA FACE A LA CEDEAO

Il est impossible de surseoir à la marche

La délégation Cédéao nous a demandés de surseoir à la marche d’aujourd’hui. Nous avons dit que c’est quasiment impossible au regard de la mobilisation déjà faite à plusieurs niveau. Le M-5 RFP ne renoncera pas à l’exigence de la démission du président. Par contre nous restons ouverts au dialogue, mais pas avant la marche prévue aujourd’hui, à la Place de l’Indépendance.

CHEICK OUMAR SISSOKO, PRESIDENT ESPOIR MALI KOURA

Il y’a une gouvernance mafieuse qui n’autorise pas cette stabilité que la Cédéao demande 

“Il a été question dans la rencontre avec la délégation de la Cédéao, de discuter sur le besoin de la stabilité au Mali et le nécessaire dialogue avec les autorités actuelles du Mali et de commencer par arrêter la manifestation d’aujourd’hui afin d’engager les discussions pour que les institutions qui sont là restent. Nous les comprenons et nous les saluons. Il y’a une gouvernance mafieuse qui n’autorise pas cette stabilité que la Cédéao demande. Nous avons jugé qu’il faut un Etat fort pour faire face à la menace terroriste qui gagne du terrain et menace même la stabilité de la Cédéao. Donc la seule solution aujourd’hui que nous avons préconisée est la démission du président IBK”.

(Rassemblés par Koureichy Cissé et Ibrahima Ndiaye)

 

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Mais ce qui m’inquiète , c’est Issa Kaou Djim , il paraît qu’il est marié à la fille de l’imam Dicko, c’est une autre famille d’abord qui se prépare, maliens analyser bien les choses, les politicards voleurs comme Choguel le plus indigne de tous les maliens a toujours vécu dans la malhonnêteté, quelle leçon peut elle nous donner ? Perdez votre temps IBK terminera son mandat. Ils n’ont plus rien à manger ils sont devenus fous , c’est pas pour le Mali , c’est pas vous qui ont eu à occuper des portefeuilles ministériels sous Boua? vraiment ayez un peu de dignité , des alimentaires et apatrides réunis.

Répondre à Alou Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here