FORUM DES ELUES LOCALES:La démocratie du genre

0
Assurer une pleine et égale participation des femmes élues locales dans les prises de décisions et dans la gestion des affaires publiques, tel est l’objectif de la première conférence des femmes élues du Mali qui se tient depuis hier au centre international de conférence de Bamako.
 
La problématique de la participation des femmes dans la prise de décision est au cœur de deux jours d’échanges entre les femmes conseillères des collectivités locales de l’ensemble du pays. Ces élues locales tiennent les travaux de leur première conférence, depuis hier, au Centre international de conférence de Bamako.
La cérémonie d’ouverture, a été présidée par le Général Kafougouna KONE, ministre de l’Administration territoriale et des collectivités locales et représentant le Président de la République. Il avait à ses côtés : son homologue de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, Mme M’bodji SENE, et le président de l’Association des municipalités du Mali (AMM), Abdel Kader SIDIBE, également maire de la commune III.
La présente conférence a pour but d’améliorer la participation des femmes dans les instances de décisions. Aussi, vise-t-elle à amener les femmes élues à discuter de la nécessité d’être solidaire dans leur démarche commune.
Dans son mot de remerciement, le président de l’AMM a fait remarquer cette rencontre constitue, pour son association, une étape très importante dans sa stratégie de promotion du genre. Ainsi, il a souhaité qu’au sortir de ces deux jours de travaux, les échanges permettront d’aller dans le sens d’une amélioration non seulement de la gestion communale, mais aussi de celle de la perception que le citoyen aura de leurs consoeurs élues locales.
Pour sa part, la ministre de la Promotion de la femme a indiqué que la participation de la femme dans la prise des décisions et dans la gestion des affaires publiques est une exigence démocratique, en même temps qu’une question de justice et d’équité. Elle est la garantie d’une meilleure prise en compte des intérêts, des aspirations et des besoins spécifiques des femmes, donc le gage d’un développement harmonieux et équitable de la société.
C’est pour toutes ces raisons que le gouvernement, selon M’bodji SENE, a fait de la prise en compte du genre, un axe important du cadre stratégique de lutte contre la pauvreté en cours de finalisation. Aussi, a-t-elle rappelé que la participation de la femme à la prise de décision ne se ramène pas à la seule conquête du pouvoir politique, mais qu’elle doit s’inscrire dans le cadre plus vaste du rôle qu’elles peuvent et doivent jouer dans les structures de prise de décisions dans toutes les sphères de la société.
Quant au ministre de l’Administration territoriale et des collectivités locales, il s’est félicité de la présence massive des femmes conseillères municipales. Ainsi, au-delà de toutes les autres formes de regroupement et de promotion des femmes, cette conférence des femmes élues locales, selon le Général Kafougouna KONE, se singularise et se particularise de par l’impact qu’elle aura désormais sur la vie des collectivités et sur la vaste chantier de la décentralisation en cours dans notre pays.
Par ailleurs, si éduquer une femme, c’est éduquer une famille et une nation, il faudra aussi, en retour, selon le ministre, permettre à la femme la possibilité de participer pleinement au processus de décision tout en donnant à celle-ci toute la dimension de son rôle dans la société. Aussi, a-t-il rappelé que les élues municipales représentent des espoirs pour des milliers de leurs sœurs qui continuent, malheureusement, à s’activer tous les jours pour trouver un point d’eau potable ou amener leur enfant malade dans un centre de santé situé à plusieurs kilomètres. Il les a exhorté à plus d’engagement et de combativité en vue d’amener leurs conseils communaux à intégrer dans les plans de développement économique, social et culturel, leurs préoccupations et celles de leurs autres sœurs.

Par Mohamed D. DIAWARA    

Commentaires via Facebook :

PARTAGER