Bamako-Bruxelles-Paris : La touche TiA�bilA� A� la diplomatie malienne

2

A� peine nommA� patron de la diplomatie malienne, TiA�bilA� DramA� A�sa��attA?leA� A� remettre le Mali debout sur la scA?ne internationale. A cet effet,A� le nouveau ministre des Affaires EtrangA?res et de la CoopA�ration Internationale multiplie les contacts diplomatiques. Entre Bamako et Paris via Na��Djamena, M. DramA� apporte dA�jA� sa touche personnelle A� la diplomatie malienne.

Ainsi, de retour de Bruxelles oA? il a participA� A� la rA�union ministA�rielle conjointe UE-G5 Sahel, TiA�bilA� DramA�, a effectuA� une visite de travail A� Paris du 15 au 17 Mai 2019. Il a A�tA�A� reA�u, le 17 mai 2019, par son homologue franA�ais A�Jean-YvesA� le Drian.

Lors des A�changes, A�le Ministre franA�ais s’est rA�joui du nouveau contexte A�politique de notre pays. Un contexteA� marquA� par la signature da��un Accord politique qui a abouti A� la formation da��un gouvernement de large ouverture, le 02 mai 2019.

Pour sa part TiA�bilA� DramA� a rA�affirmA� la pertinence de la��Accord politique qui permettra la��organisation diligente, dans un climat apaisA�, da��un dialogue national inclusif indispensable pour mobiliser la��ensemble des forces vives autour des dA�fis de la��heure.

Les deux ministres ont enfin A�changA� sur la situation sA�curitaire dans le Sahel en gA�nA�ral, et singuliA?rement au Centre du Mali, dans la perspective du renouvellement du mandat de la Mission multidimensionnelle intA�grA�e des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA).
Au cours de son sA�jour parisien, le Ministre DramA� A�a A�galement rencontrA� de nombreuses personnalitA�s, notamment Madame Louise Mushikiwabo, SecrA�taire GA�nA�rale de la��Organisation Internationale de la Francophonie et Franck Paris Conseiller Afrique du PrA�sident franA�aisA� Emmanuel Macron.

Avant la��A�tape de Paris, TiA�bilA� DramA� avait A�participA�A� A� Bruxelles le mardi 14 mai dernierA� A� uneA� rencontre entre les chefs de la diplomatie de la��UE et ceux des pays des G5 sahel.

Au cours de cette rencontre, les discussions ont essentiellement portA� sur la rA�ponse A� apporter A� la situation sA�curitaire dans la rA�gion, notamment au centre du Mali et au Burkina Faso, la mise en A�uvre du Programme da��investissements prioritaires du G5 Sahel (PIP), la reprise des opA�rations de la Force Conjointe G5 Sahel.

La situation sA�curitaire dans la rA�gion A�volue de mal en pis, notamment par la multiplication des prises da��otages, les assassinats et des attaques malicieuses pour attiser des conflits communautaires.

Au sortir de la rA�union, de A�Bruxelles, le ministre des Affaires EtrangA?res et de la CoopA�ration Internationale, TiA�bilA� DramA� A�la��a qualifiA�e de A�A� prise de conscience internationale, surtout europA�enne A�A� dans le combat contre le terrorisme.

Auparavant, ici A� Bamako, TiA�bilA� DramA�, avaitA� reA�u en audience les Ambassadeurs des pays membres permanents du conseil de SA�curitA� des nations Unies, le jeudi 09 mai 2019. Il sa��agit de la Russie, la Chine, la France, les Etats-Unis da��AmA�rique et la Grande Bretagne.

La��Objet de la rencontre A�tait une prise de contact et un A�change de vue sur la��A�volution de la situation au Mali. Il a saluA� le consensus qui existe au sein des cinq membres permanents du conseil de SA�curitA� au sujet du Mali et souhaite que ce consensus se manifeste A� nouveau lors du renouvellement du Mandat de la MINUSMA. Le Ministre des affaires EtrangA?res et de la coopA�ration Internationale a dit aux Ambassadeurs que la��Accord Politique de Gouvernance signA� le 02 mai dernier, ouvre la voie A� la tenue da��un dialogue national inclusif et la conduite, dans le consensus, de rA�forme politiques et institutionnelles pour stabiliser davantage le Mali et renforcer les bases de la RA�publique et de la dA�mocratie.

Le Ministre TiA�bilA� DramA� a rassurA� les Ambassadeurs quant A� la dA�termination du PrA�sident de la rA�publique et du Gouvernement A� poursuivre la mise en A�uvre de la��Accord pour la paix et la RA�conciliation au Mali Issu du processus da��Alger.

Les Ambassadeurs des pays, membres permanents du conseil de SA�curitA� ont remerciA� le ministre de cette heureuse initiative, et tout en saluant la formation du gouvernement sur la base de la��Accord Politique de Gouvernance. En outre,A� Les Ambassadeurs ont soulignA� leur convergence de vue sur la situation au Mali et leur total soutien au gouvernement et au peuple Malien.

cytotec buy in uae, cytotec buy in uae, cytotec buy in uae, cytotec buy in uae, cytotec buy in uae, cytotec buy in uae. MA�mA� Sanogo

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. On doit impérativement renouveler le mandat de la MINUSMA ,exiger même la présence de l’ ARMÉE FRANÇAISE,mais on doit,en même temps,demander fortement leurs départs.
    POURQUOI CES FORCES INTERNATIONALES SONT AU MALI?
    Lutter contre le terrorisme?
    Aider les séparatistes à réaliser leurs objectifs?
    Aider l’ÉTAT malien à se remettre sur pied?
    On ne peut pas continuellement dire que c’est à L’ÉTAT malien d’assurer la sécurité des maliens et ensuite dire que les forces internationales doivent rester.
    Les forces internationales doivent respecter la souveraineté du Mali c’est à dire que c’est aux maliens de trouver la solution à leurs crises,aux forces internationales d’aider L’ARMÉE MALIENNE à se renforcer.
    Renforcer L’ARMÉE MALIENNE ,c’est établir un planning de travail fixant la date du départ des forces internationales,surtout celle de l’ ARMÉE FRANÇAISE .
    Le but de la présence des FORCES INTERNATIONALES doit d’aider l’ARMÉE MALIENNE à avoir toutes les capacités d’assurer la sécurité de tout le territoire sans aide internationale.
    À échéance fixée,si l’ARMÉE MALIENNE reste incapable d’assurer seule la sécurité,les responsabilités doivent être fixées pour corriger rapidement les insuffisances.
    Par contre,si on continue à dire l’ARMÉE MALIENNE est incapable,les forces internationales doivent rester,C’EST IRRESPONSABLE DE DEMANDER LEURS DÉPARTS,la crise malienne ne finira jamais car l’incapacité de l’ ARMÉE MALIENNE fait les affaires de l’impérialisme occidental.
    ON A BESOIN,POUR LE MOMENT,DES FORCES INTERNATIONALES.
    C’EST INDÉNIABLE.
    Mais on doit demander leurs départs,si on veut la paix.
    Leurs présences continues constituent une insécurité permanente car on est obligé d’accepter leurs options qui n’ont jamais fonctionné là où les terroristes sévissent.
    LE DEBAT NATIONAL INCLUSIF EXIGÉ ET OBTENU DANS L’ACCORD POLITIQUE EST UN PAS DÉCISIF POUR EXPRIMER LA SOUVERAINETÉ DE NOTRE PAYS.
    Ses recommandations et leurs exécutions seront un test décisif pour le pouvoir d’Ibk quand on sait le sort des recommandations de la conférence d’entente nationale.
    C’est à partir de là,on saura si ceux qui ont pris le risque d’accompagner le président illégitime l’ont fait pour AIDER le MALI ou pour partager le gâteau avec IBK et ses microbes.
    Le départ des FORCES INTERNATIONALES est une nécessité pour que les maliens expriment véritablement leurs fiertés.
    Leurs présences sont une honte inqualifiable pour un peuple présent dans les activités économiques partout dans le monde.
    Demander leurs départs permet de déjouer le complot très visible que la France mène contre notre pays.
    Le travail du ministre des affaires étrangères doit consister à déjouer ce complot par des actions diplomatiques et communicatives permettant à la France de savoir qu’ elle mène un jeu qui risque de lui coûter cher ;que ses intérêts ne sont pas avec des séparatistes,mais avec L’ÉTAT du MALI.
    Exiger le départ de l’ ARMÉE FRANÇAISE est une forme de stratégie de défense des intérêts supérieurs de la nation malienne car la présence française exprime celle des intérêts supérieurs de la France.
    OSER LUTTER ,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue .

  2. Pourquoi renouveler le mandat de la minusma ??? Pour quel bilan et pourquoi parler de G5 Sahel et pas l’armée malienne et pourquoi paris Bruxelles et pas Moscou ???

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here