Le Mali à l’Unesco : «Allô IBK, moi sous-ambassadeur, j’existe !»

2
Ibrahim Boubacar Keïta au micro de RFI
Ibrahim Boubacar Keïta au micro de RFI. Pierre Rene-Worms/RFI

On peut tout reprocher à Oumar Keita, sous-ambassadeur délégué du Mali auprès de L’Unesco, sauf deux choses. Primo, sa volonté inébranlable de plaire à IBK. Secundo, son désir farouche de profiter à l’extrême de la situation à lui offerte. De bonne guerre.

Oumar Keita n’est pas fonctionnaire, il le sait et le rappelle comme une nécessité. Il vient de loin et même de très loin. La France n’est pas facile surtout à des diplômes à la ”coupé-décalé” comme aime le dire un ami, professeur à Bamako. Oumar Keita sait qu’il peut être remercié sur un signe de tête. C’est-à-dire perdre et l’emploi et la fonction. En bon visionnaire et prévoyant, il essaie de durer, d’aller très vite. De très vite avoir sa part. Pauvre Maliba. Rappelons brièvement certains faits avant de nous attaquer à la quintessence du jour.

Oumar Keita, un récidiviste de la mauvaise gestion

Nous avons dénoncé les contrats bidon d’auto-entrepreneuriat que notre sous-ambassadeur Oumar Keita a signés pour faire profiter amis et obligés. Dieu seul sait, s’il y a eu rétro-commission ou pas. En tous cas, c’est bizarre. Ces multiples collaborateurs qui ne servent à rien sinon à se servir du Mali. Nous avons dénoncé sa jalousie maladive contre les cadres polyglottes plus formés que lui. Nous avons dénoncé les achats bidon de tableaux pour orner son bureau. Et pourtant, comme si de rien n’était, le mal va en pis.

Être dans la cour des grands

Une voiture de fonction haut de gamme vient d’être payée pour notre sous-ambassadeur. Les mauvaises langues disent qu’elle a coûté sur papier 80. 000 euros soit  52. 400. 000 FCFA. Cette voiture se voit un peu partout. Même dans des endroits peu recommandables. Que voulez-vous ? C’est le Mali versus IBK. Le banquet et le vil. Quand on rentre dans la diplomatie par effraction, on reste un diplomate sans envergure.

Attirer l’attention d’IBK, prouver son existence

Oumar Keita a une hantise : ne pas être trop vite lassé par IBK comme son ami emporté pour le moment par l’affaire des surfacturations, ce monsieur qu’on nous a présenté comme ancien journaliste de Jeune Afrique, pour qui les Maliens sont aigris, Mahamadou Camara. Oumar Keita a tenté de faire faire à IBK un crochet à l’Unesco lors de sa visite d’État. Sans succès. Par la suite, il a organisé une table-ronde à l’Assemblée nationale française devant permettre à IBK de discuter sur l’intégrisme avec des jeunes. Malheureusement, les attentats de Paris ont fait déprogrammer sine die la rencontre. Comme, IBK était à Paris pour la COP 21, le sous-ambassadeur organisait une soirée avec des artistes. Semble-t-il pour promouvoir la paix au Mali. Entrée gratuite. Ah oui, une soirée organisée à l’Unesco Paris était censée aider la paix au Mali. Quel folklore ?

En réalité, Oumar Keita sait que son maître aime les mondanités, les viles jouissances, il en organisa grassement avec l’argent public. C’est aussi l’occasion de faire des sorties d’argent, de se faire des amis, ne serait-ce que dans le monde des artistes invités. Oumar Keita avait déjà organisé une autre cérémonie pour dire qu’il vient d’arriver en mai 2015 aux frais bien sûr du contribuable malien. Combien d’écoles, combien de dispensaires auraient pu être réalisés avec cet argent ? Le gaspillage de notre argent public à la délégation malienne auprès de l’Unesco est effarant. En toute honnêteté, quand nous voyons les problèmes quotidiens des Maliens au Mali et voyons les gaspillages égoïstes de l’argent public malien en France, on est abasourdis. De nouvelles voitures sont achetées à l’ambassade, au consulat et à l’Unesco alors que les voitures existantes sont en très bon état. Très honnêtement, la suite de tout cela fait peur.

Suggestions utiles

Il serait préférable pour Oumar Keita d’organiser avec les grands chanteurs européens, américains et africains au Zénith ou à Bercy un gigantesque concert en faveur de l’éducation et de la culture pour les zones impactées par les crises des régions du Nord. Seulement voilà, en organisant pareille soirée, il faut obligatoirement passer en France un contrat avec un organisme de spectacles agrée. Les bénéfices seront forcément visibles et traçables. Ce qui à l’évidence n’intéresse pas notre sous-ambassadeur, plutôt soucié à préparer son après-Unesco qu’à songer à la promotion de l’éducation et de la culture au Mali.

Boubacar SOW

boubacarsow@hotmail.fr

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. SOW Sabali !
    Oumar Keita n’est en rien fautif, c’est ibk le problème
    IBK est le cancer du Mali

Comments are closed.